Accueil > Business > Industrie 4.0

Industrie 4.0

Plusieurs dénominations existent pour décrire ce bouleversement numérique suivant les pays : Industrie 4.0 en Allemagne, Industrie du Futur en France, ou encore Made in China 2025 dans l’Empire du Milieu.

En perte de vitesse en Europe, l’industrie cherche des moyens de se renouveler. Habitué des révolutions des méthodes de production, ce secteur connaît depuis quelques années une effervescence technologique et organisationnelle portée aussi bien par les entreprises que les gouvernements des états où ce secteur représente une manne financière et d’emplois.

Par convention et par ancienneté, Industrie 4.0 est l’appellation la plus courante. Théorisée à la foire de Hanovre en 2011, puis au CEBIT 2013, cette expression s’ancre dans une vision allemande de ce secteur. En France, l’association Alliance pour l’Industrie du Futur a été créée la même année.

 

Industrie 4.0 : Des moyens de productions futuristes

 

L’Industrie 4.0, aussi appelée la quatrième révolution industrielle peut se définir comme une nouvelle organisation des méthodes de production par le biais d’usines connectées et intelligentes.

Après la mécanisation, l’énergie hydraulique, la vapeur, puis la production de masse, les lignes d’assemblage, l’apport de l’électricité, et l’informatisation, l’automatisation, voici venu le temps des systèmes cyber-physiques. Les outils de production sont donc contrôlés par des ordinateurs tout en minimisant l’intervention humaine dans ce processus. Ainsi, les opérateurs peuvent se concentrer sur des tâches à plus haute valeur ajoutée.

L’Internet des Objets s’inscrit parfaitement dans l’écosystème technologique – interconnecté- de l’ Industrie 4.0. A la longue liste de capteurs connectés, il faut également y ajouter les robots autonomes, les cobots, les technologies liées à l’analyse de données comme le machine learning, l’intelligence artificielle afin de réaliser la maintenance prédictive des équipements, les casques de réalité augmentée, ainsi que les outils informatiques de partage collaboratif des documents.

 

Industrie 4.0 : l’ingénierie réinventée

Car, oui l’ Industrie 4.0 n’a pas seulement pour objectif l’interconnexion des moyens de production, mais aussi la montée en compétence des collaborateurs. C’est en tout cas les valeurs défendues par Bosch, un des acteurs les plus engagés dans cette transformation numérique avec Siemens, PTC, Thalès, etc.

Avant l’industrialisation, la conception des produits connaît des évolutions de taille. En associant les logiciels de Création Assistée par Ordinateur (CAO) et de Product Lifecycle Manager (PLM) avec la fabrication additive, notamment l’impression 3D, les responsables de la conception peuvent rapidement éprouver des modèles physiques. En y associant des capteurs qui remontent les premières données critiques, les ingénieurs peuvent revoir le développement d’une pièce, d’un équipement avant son industrialisation.

Les défis de l’ Industrie 4.0

Selon les études des cabinets d’analyse, l’ Industrie 4.0 est une nouvelle source d’investissement conséquente pour les entreprises qui doivent rattraper leur retard. Le cabinet d’audit PWC mesure les moyens à déployer dans son étude d’avril 2016 : “les entreprises du secteur industriel prévoient d’investir plus de 900 milliards de dollars par an” dans leur transformation numérique d’ici 2020.

D’un autre côté, le retour sur investissement semble impressionnant. IndustryArc, par exemple, promet un marché de l’Industrial IoT d’une valeur globale de plus de 123 milliards de dollars en 2021, ce qui représente un taux de croissance annuel de 21 % entre 2016 et 2021. Dans l’analyse de cette conjecture, l’Europe serait leader du marché.

En revanche, la France doit rapidement prendre le large dans cette compétition promise par l’ industrie 4.0. BPI France pointe notamment les difficultés des ETI qui sont en perte de compétitivité. La banque d’investissement compte insuffler 5 milliards d’euros par an tout en mettant en avant les entreprises à l’aide du label French Fab. Le gouvernement sous la présidence Macron prépare quant à lui un plan de 10 milliards d’euros.

Send this to friend