Accueil > Business > E-Santé > Déserts numériques / médicaux. Qui est coupable ?
desert médicaux

Déserts numériques / médicaux. Qui est coupable ?

Selon le site du gouvernement : « L’accès à internet est de nos jours indispensable autant pour les entreprises et les services publics que pour tous les citoyens. Mais il ne suffit pas d’avoir internet pour être connecté. Le débit joue un rôle essentiel. Et aujourd’hui, il existe des inégalités dans les territoires dans ce domaine. Cela peut avoir un impact sur les déserts médicaux.

C’est la raison pour laquelle : « Le Gouvernement a fait du numérique une de ses priorités stratégiques. » Cela semble être une bonne chose, car dans le domaine de la santé cet accès est primordial.

D’une part pour les professionnels (médecins, pharmaciens et tous autres acteurs de santé), mais également pour les patients. Concernant les médecins, ces derniers ont obligation de se former tout au long de leur carrière permettant d’offrir une garantie aux patients qu’ils sont aptes à exercer. Leurs pratiques sont aussi évaluées ainsi que la gestion des risques.

Partager les dossiers médicaux à distance par le Cloud, une pratique essentielle

dossiers médicaux

Effective depuis 2013, le DPC (Développement Professionnel Continu) est un dispositif de formation obligatoire pour les professionnels de santé. . Pour ce faire, « l’Agence Nationale du DPC » est en train de développer pour les professionnels de santé un outil en ligne, dans lequel le professionnel de santé pourra tracer l’ensemble de son parcours de DPC sur 3 ans. « Il y aura une synthèse qu’il pourra donner à l’autorité de contrôle« , selon Madame Michèle Lenoir Salfati directrice de l’Agence nationale du DPC (BFM Business Check up santé : janvier 2017).
Cependant, il convient de se demander comment des médecins se situant dans des zones grises peuvent satisfaire à cette formation sans disposer d’un accès fluide à internet.

L’accès à internet est aussi utile pour la demande de partage de connaissance entre professionnels et d’informations concernant des cas de patients qui demandent des avis supplémentaires.
Face à certaines pathologies, les praticiens ont besoin d’interagir avec d’autres professionnels de santé permettant de mieux cerner une maladie et donc une prise de décision rapide quant au protocole à mettre en place.

La startup Medpics a créé une plateforme de partage de cas clinique entre praticiens. Cette application collaborative permet de partager les cas médicaux et les données entre tous les professionnels de santé, de participer aux conversations sur les diagnostics et cela tout en préservant l’anonymat des patients.  À l’heure de la désertification médicale, ces échanges ont de véritables bienfaits pour la profession médicale et donc par effet boule de neige pour les patients.

L’avenir de la santé dépend-il de la connexion à Internet ?

futurs equipements medicaux

Une mauvaise couverture internet de certaines zones françaises est donc dommageable pour la communauté professionnelle et l’avancée de la médecine. Si le praticien ne peut se former sur une pathologie, une innovation, si un souci survient, qui est responsable ?

Est-il normal qu’un praticien prenne sur son temps professionnel pour se rendre dans un endroit où le réseau passe et avoir accès à des modules de formation ou simplement à des informations complémentaires ?

De même, on sait que les jeunes médecins ont besoin d’innovation technologique professionnelle, mais aussi personnelle. Faire venir un jeune praticien implique souvent le déplacement de sa famille. Cette dernière ayant nécessité d’utiliser internet dans sa vie scolaire, sociale et professionnelle, comment faire quand il y des difficultés de connexion ?

Si le problème du mauvais accès à internet se pose pour les professionnels de santé, cette situation est également dommageable pour les patients.
La prise de rendez-vous médicaux se fait de plus en plus sous forme de plateforme internet. Avec une réception limitée au réseau, il est difficile d’avoir accès aux plages horaires des cabinets.
Cette situation se retrouve aussi dans le monde de la pharmacie.

Le click&collect est un système qui propose aux patients d’envoyer leurs ordonnances directement à l’officine via leurs écrans et de venir les chercher plus tard.
Dans une approche encore plus futuriste, on sait qu’Amazon développe le projet de livraison des médicaments par drones. Ce qui dit en passant, ne sera pas de bon augure, car déshumanisera la relation praticien patient, qui a tant besoin de créer le lien et du conseil.

Le système Click&collect a l’énorme avantage de limiter les déplacements pour les patients et d’optimiser le temps au comptoir pour le pharmacien.

Mais quid de ce dispositif si pas d’accès à internet ? Que devient le patient ?

Un rendez-vous pour explorer la problématique des déserts médicaux

Ce problème de non-réception de réseau internet est aussi valable pour la télémédecine qui permet de pallier d’une certaine façon aux déserts médicaux.
Alors que de très nombreux dispositifs de santé se mettent en place permettant d’avoir un accès plus rapide aux soins, il est triste qu’une mauvaise réception internet puisse retarder ces révolutions technologiques médicales. À quand une véritable couverture internet pour la France entière ?

Les professionnels de la santé et les patients sont-ils soumis ou otages d’une mauvaise réception internet ? Ce ne sont que des questions. Mais des questions qu’il faut se poser.

C’est pour essayer d’y trouver des réponses que des opérateurs, laboratoires, startups, professionnels de la santé, représentants des collectivités intervenants du monde de la santé se réuniront lors des universités des déserts médicaux la semaine prochaine les: 8 et 9 septembre 2017 à : Auzon, 58380 Lucenay Les Aix, ou Ozon, ou Parc d’Auzon suivant les GPS et le sens du vent.

Cahier des tendances « RETAIL CONNECTE »

A propos de Cecile Morvan

Rendre accessible l'univers de la santé connectée aux professionnels de la santé, essayer de lutter contre les déserts médicaux par le biais des objets connectés et applications de santé, tels sont les fers de lance de Cécile Morvan, coordinatrice d'opérations de Santé Connectée.

A lire également

apple watch sante

Apple Watch : servira-t-elle à détecter les anomalies cardiaques ?

À quelques heures de la keynote d’Apple, les rumeurs vont bon train concernant les nouveautés …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Send this to friend