Accueil > Business > Multimédia > Ces startups qui n’imaginent pas l’IoT sans intelligence artificielle

Ces startups qui n’imaginent pas l’IoT sans intelligence artificielle

Les objets connectés sont des produits dits intelligents. Mais d’où vient leur intelligence ? De la connectivité ? De leur praticité ? Des données collectées ? Pour ces cinq startups il n’y a pas de produits connectés sans intelligence artificielle.

Craft AI, la plateforme pour intégrer l’ intelligence dans les objets

craft ai intelligence

Craft AI est une startup française croisée de maintes fois lors d’événements tel le SiDO. Fondée en 2015, la jeune entreprise s’introduit comme un fournisseur de solutions d’ intelligence artificielle, des outils pour réaliser des applications Web, mobile et pour l’Internet des Objets. Sa signature ? “AI as a Service”. Craft AI se propose de rendre intelligent un produit logiciel ou matériel en quelques mois. Par exemple, la jeune entreprise propose d’automatiser la configuration de la maison connectée.

Ainsi, les appareils connectés réagissent en fonction des habitudes de vies de l’utilisateur : enclenchement des volets roulants à son levé, déclenchement des spots lumineux à son arrivée du travail, détection de chute, etc. Craft AI a levé 1,1 million d’euros en seed en juillet 2015.

Tellemeplus, IA et analyse prédictive aux services de l’industrie

Après un petit champion de l’ intelligence artificielle, voici une startup qui a grossi bien vite. Créé en 2011 à Montpellier, Tellmeplus s’occupe de donner de l’ intelligence aux machines aux équipements industriels. Son sacerdoce, l’analyse prédictive. La solution algorithmique Predictive Objects permet de détecter une anomalie et d’aider à la corriger rapidement sur un appareil avant qu’elle ne se produise. En récupérant les données et en les analysant en temps réel, TellmePlus dispose d’un temps d’avance sur les problèmes qui peuvent potentiellement stopper la production.

Elon Musk veut connecter notre cerveau à l’Intelligence Artificielle

La solution Predictive Objects permet également d’automatiser la gestion d’énergie, de suivre les attentes des clients d’une banque, de contrôler une maison connectée, etc. En février 2016, la startup a levé 4,2 millions d’euros, puis en a profiter pour changer de direction. Depuis, Benoît Gourdon, ancien Senior Director pour Adobe Campaign est le CEO de TellmePlus qui est devenu depuis peu un des partenaires de la plateforme IoT proposée par Google.

BioBeats, analyser le stress depuis une montre connectée

Basée à Berkeley en Californie, BioBeats s’intéresse de très près à la santé des travailleurs. Elle conçoit une plateforme de machine learning qui parcourt les données des porteurs de wearables ou d’utilisateur de smartphone afin de fournir des informations sur leur santé aux médecins et aux dirigeants d’entreprise. Les trois fondateurs de cette startup ont décidé de développer également un programme de coaching afin d’améliorer le bien-être des personnes participantes.

À partir des battements du cœur, de la conductance cutanée (une activité bioélectrique qui permet de détecter le stress), des mouvements de la personne, BioBeats peut ainsi détecter le stress chez les employés, mais aussi des syndromes comme le burn-out ou le bore out.
Une application est disponible pour les particuliers et les professionnels peuvent l’intégrer à leur système informatique de ressources humaines ou de productivité. La jeune entreprise réalise en ce moment même des pilotes dans des grands groupes américains et anglais.

Cette analyste comportementale par le biais de l’ intelligence artificielle attire également les investisseurs. Depuis sa création en 2012, BioBeats a levé au total 3,57 millions de dollars, notamment auprès d’Axa Strategic Ventures, le VC de la célèbre assurance et IQ Capital.

FocusMotion, le bon geste pour détecter les mauvaises postures

FocusMotion propose une technologie similaire à BioBeats sauf que la startup de Los Angeles se concentre sur le mouvement. Avec son SDK intégrant du machine learning, les développeurs du service sont capables de faire reconnaître un mouvement, de mesurer l’amplitude de ce mouvement, sa vitesse, les répétitions, les postures et les angles du corps à ce moment précis, etc. Tout cela à travers plusieurs objets connectés. Le SDK de FocusMotion est compatible avec Android Wear, l’Apple Watch, la Pebble et les smartphones iOS et Android.

FocusMotion s’adresse particulièrement aux concepteurs d’applications sportives qui souhaitent intégrer des fonctionnalités avancées à leurs utilisateurs amateurs comme professionnels, mais aussi aux entreprises et aux thérapeutes qui peuvent ainsi détecter des mauvaises postures, le danger de la répétition de certains gestes comme se baisser pour porter un colis par exemple.

Fondée en 2012 et composée d’une équipe de 5 personnes, la startup américaine a levé 170 000 dollars depuis sa création.

Anki, le roi du jouet robotique et intelligent

cozmo intelligence

Pour finir sur une note plus légère, mais aussi un grand coup d’éclat, évoquons le cas de la startup Anki. Enfin, il est difficile de parler de jeune pousse à ce stade : l’entreprise a levé depuis sa création en 2010 plus de 157 millions de dollars. Les trois fondateurs, ancien de Google, iRobot et d’Intel. Depuis leur rencontre en 2005, ils ont pour volonté d’apporter les robots et l’ intelligence artificielle dans des produits du quotidien. Anki développe donc des jouets robotiques doués d’ intelligence comme les voitures de la piste Anki Overdrive et le petit robot d’apprentissage Cozmo disponible en France au mois de septembre 2017.

Ce dernier est le produit le plus abouti : il joue avec son propriétaire à l’aide de l’application smartphone, apprend à reconnaître les personnes dans son entourage, peut parler et s’adapte à l’utilisateur. Livré avec trois petits cubes, les jeux d’adresse sont sa spécialité. S’il peut paraître gadget, son côté furieusement attachant l’amènera sûrement sous le sapin de noël des enfants les plus sages. La technologie de computer vision, de machine learning, les détecteurs de positionnement ont un prix : 230 euros.

Cahier des tendances « RETAIL CONNECTE »

A propos de Gaetan R

Diplômé d'un Master de recherche cinématographique, j'ai bifurqué vers le journalisme. Le domaine de la High Tech est une de mes passions et je vois dans l'IoT une révolution plus qu'un phénomène de mode.

A lire également

kanoa youtube

Un vidéaste Youtube teste des écouteurs connectés, ça tourne mal

Après la publication d’une vidéo Youtube, la startup Kanoa a fermé ses portes. Elle n’a …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Send this to friend