Accueil > Ecosystème IoT > Evénement > IoT Business : trois entreprises à l’image de l’écosystème IoT industriel
parcours iot business

IoT Business : trois entreprises à l’image de l’écosystème IoT industriel

Le 6 juin à deux pas de la cour Saint-Emilion se tenait le salon IoT Business. Les grandes entreprises, les PME et les startups étaient présentes afin de partager leurs expériences, mais surtout pour rencontrer de futurs partenaires.

Rendez-vous aux salons de l’Aveyron, tout près de la cour Saint-Emilion à Paris. Nous entrons dans un vaste hall d’entrée pour récupérer notre badge. Notre hôte nous indique que le salon IoT Business se déroule en bas des escaliers.

IoT Business, lieu d’échange et d’affaires

iot business salon

 

Nous voici face à un bel espace occupé par des exposants et des tables. Sur les côtés, deux salles plus petites qui se remplissent à vive allure. C’est là que se joue le programme riche composé d’une trentaine de keynotes et de conférences. Les retours d’expérience sont francs. Les grands groupes comme PSA, Vinci, Thales, Cloudera, ou encore SNCF expliquent les difficultés rencontrées, puis surpassées pour arriver à la réussite de leurs POC et déploiement de dispositifs connectés.

Dans la salle principale d’ IoT Business, les rendez-vous professionnels se succèdent promettant de futures collaborations innovantes et enrichissantes. Pour notre part, nous avons été marqués par la présence de trois entreprises qui ensemble donnent une vision représentative de l’écosystème IoT Industriel.

TeepTrak, le suivi de performance qui n’oublie pas l’humain

Tout d’abord TeepTrak, est une jeune entreprise née en 2014 qui propose une solution à bas coût de suivi des performances en temps réel. Quel que soit l’équipement industriel à connecter, TeepTrak fournit pour 1000 euros les éléments afin de donner des informations cruciales pour l’opérateur et la direction d’une usine. Le module en question se compose d’un boîtier en plastique, d’une tablette, d’une passerelle (Gateway) associée à des capteurs, de deux lampes l’une blanche, l’autre rouge, et d’un tableau de bord accessible depuis le Web. Les capteurs peuvent compter le nombre de pièces fabriquées, la vitesse de l’opérateur ainsi que les arrêts de production. En cas de problème, la lampe rouge clignote et le personnel sur place bloque la machine. Pour arrêter le clignotement de la lampe blanche, l’opérateur signale l’erreur depuis la tablette, en touchant la case correspondante.

Les données sont quant à elle envoyées sur le tableau de bord en ligne. Ainsi, les responsables peuvent avoir des informations en temps réel et diagnostiquer des défauts de productions. La solution est intéressante, mais pourquoi ne pas automatiser la relève de données ? Le responsable du stand présent à IoT Business nous explique : “TeepTrak souhaite conserver la place de l’humain dans le processus de transformation numérique. Nous n’avons pour vocation de supprimer les opérateurs, ils sont experts dans leurs domaines”. Avec cette solution à bas coût, à mis chemin entre processus traditionnels et automatisation, la société attire autant les grands groupes comme PSA, Essilor, Thales, mais aussi les PME et les TPE.

IoThink Solutions, la plateforme IoT accessible aux PME

iothink solutions iot business

Cette réduction des coûts du déploiement de l’Internet des Objets, la startup IoThink Solutions la porte à bras-le-corps sur le salon IoT Business. Fondée il y a un an, l’entreprise propose une plateforme IoT sous le mode Sofware as a Service (SaaS) nommée Kheiron Service Platform. Présentée comme une solution IoT/M2M, IoThink propose de connecter les machines et les objets de ses clients afin de les piloter à distance, de consulter les données depuis un dashboard personnalisé, de recevoir des alertes par Mail et SMS, de profiter d’outil de machine learning, etc. Bref, de tout ce qu’offre une bonne plateforme IoT pour un prix réduit : à partir de 1 euro par mois par capteur, 3 euros par mois par machine ou encore 10 euros par mois par système (type air conditionné).

La plateforme est hébergée sur Microsoft Azure IoT afin d’assurer le déploiement à large échelle, selon les besoins des utilisateurs. Cette solution s’adresse tout particulièrement aux PME et TPE, comme les petites usines et les hôtels qui ne peuvent pas se payer les services des géants de ce secteur. Par ailleurs, pour faire profiter à ses clients d’une solution complète, IoThink propose par le biais de son partenaire le groupe 2AR des composants et des capteurs à connecter sur sa plateforme.

CGI, l’ESN qui a su choisir les bons partenaires

À IoT Business, CGI était le troisième acteur de cet écosystème IoT. Il s’agit d’une Entreprise de Service Numérique (ESN) née à Québec en 1976, qui compte maintenant 70 000 collaborateurs à travers le monde. Après avoir pris le tournant du M2M il y a un peu plus de dix ans, CGI a naturellement passé le pas de l’Internet des Objets. Ainsi, l’entreprise se positionne à la fois comme intégrateur des dispositifs IoT et fournisseur de solutions innovantes dans des domaines variés : transport, smart city, industrie 4.0, agriculture, énergie, etc. En France, l’entreprise a établi un partenariat avec la Startup Valley basée à Toulouse, mais aussi avec Sigfox, le célèbre fournisseur de réseau IoT. Ces deux associations permettent d’établir un cercle vertueux.

CGI peut faire bénéficier des innovations technologiques et de l’expertise des 40 jeunes entreprises intégrées dans cet écosystème à ses clients. Les startups participent ainsi à des projets d’envergure et bénéficient du contact avec les grands groupes auxquels ils peuvent proposer par la suite leurs produits et services.

D’autre part, l’entreprise québécoise propose des solutions imaginées majoritairement en interne. C’est le cas d’IBOR, un outil de gestion intelligent des villes. Depuis une plateforme Web consultable depuis une tablette, le responsable de la ville peut gérer l’éclairage public (l’enclencher et l’adapter automatiquement suivant les flux routiers), fermer une zone de circulation pour faire intervenir les urgences en cas d’accident, et faciliter la maintenance des équipements afin d’économiser des ressources énergétiques comme l’eau et l’électricité. Sur le stand, nous avons pu découvrir une démonstration de la solution d’assistance à la maintenance à distance.

Ce voIP amélioré permet de faire du partage de vidéo, de voix, d’images, mais aussi de documents, d’applications et de données de capteurs IoT depuis un tableau de bord. Les cas d’utilisation sont multiples. Un technicien peut réparer une machine sur un site industriel tout en ayant l’aide de son superviseur à distance. De même pour un chirurgien qui a besoin de l’avis d’un spécialiste avant d’entamer une opération. Cet outil compatible avec de nombreux dispositifs (tablette, caméra, smartphone, lunettes connectées, capteurs Sigfox) facilite ainsi l’assistance dans une situation problématique.

Ces trois acteurs présents lors du salon IoT Business prouvent la diversité de l’écosystème IoT Industriel. Petit, moyen et grand se côtoient, se complètent afin de répondre aux besoins de transformation numérique des entreprises et des collectivités. Ils prouvent que l’IoT est réclamé par les grands groupes comme les petites entreprises. Reste maintenant à déployer à large échelle ces réussites.

Cahier des tendances « RETAIL CONNECTE »

A propos de Gaetan R

Diplômé d'un Master de recherche cinématographique, j'ai bifurqué vers le journalisme. Le domaine de la High Tech est une de mes passions et je vois dans l'IoT une révolution plus qu'un phénomène de mode.

A lire également

gestion des opérations informatiques iot cloud

L’IoT stimule l’investissement dans la gestion des opérations informatiques

La croissance du business digital et de l’Internet des Objets devrait générer de gros investissements …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Send this to friend