Accueil > Business > Industrie 4.0 > Le robot japonais à la conquête de l’Océan Pacifique
robot bateau japon

Le robot japonais à la conquête de l’Océan Pacifique

Selon Bloomberg, le transporteur maritime japonais Yusen KK souhaite tester un navire robot à l’horizon 2019. Un prétendant de plus à la conquête du marché du navire autonome.

Le robot s’immisce dans toutes les activités humaines. La marine marchande ne pouvait pas y échapper. La multiplication des projets dans ce domaine a pour but d’améliorer ce moyen de transport de marchandises très prisé par les entreprises. Après le navire autonome imaginé par une firme norvégienne, voici que l’un des plus importants transporteurs maritimes prévoit de faire naviguer un bateau robot sur l’océan Pacifique selon les informations recueillies par Bloomberg.

Un navire robot pour livrer les ports américains

Yusen KK est particulièrement réputé au Japon. Cette entreprise de fret veut tester d’ici 2019 un robot sous la forme d’un porte-conteneur conçu pour parcourir les mers et les océans afin de livrer ses marchandises à bon port.

Contrairement au projet norvégien précédemment cité, la compagnie va tester son navire entre les îles du soleil levant et les États-Unis. La distance parcourue est donc bien plus élevée. Yusen KK rejoint donc les nombreux prétendants à la conquête de la mer par le biais du robot. Rolls Royce avait également présenté son projet de porte-conteneur autonome.

Réduire les coûts de fonctionnement

Tout comme les entreprises citées, la firme japonaise souhaite avant réduire les coûts de fonctionnement de son entreprise. En effet, l’industrie tout entière doit faire à des coûts impressionnants : 334 milliards de dollars par an. Dans l’esprit des instigateurs de ce projet de navire autonome, moins d’humains, signifie dire moins d’erreurs, donc moins de perte de temps et surtout moins d’accidents.

A cet effet, le transporteur robot sera équipé de système d’évitement des collisions conçu par Furuno Electric, une entreprise spécialisée dans les radars, ainsi que deux fabricants d’équipements radio : Japan Radio et Tokyo Keiki.

Les risques maritimes poussent à innover

Il faut dire que cette annonce résonne particulièrement avec l’actualité, après l’accident mortel impliquant un tanker affichant le pavillon du Libéria et le navire de guerre américain USS John S. McCain au large des côtes de Singapour. Cette collision a entraîné disparition de 10 marins américains et a fait 5 blessés. Les dégâts matériels sont également conséquents. Pour l’armée américaine, il s’agit de la quatrième collision de l’année dans cet espace maritime.

D’après Bloomberg, le concept du bateau robot est pris très au sérieux par le gouvernement japonais. Ce dernier a publié un livre blanc en juin dernier confirmant sa volonté de favoriser la construction et la circulation de 250 navires autonomes d’ici 2025. L’objectif semble avant tout de remplir les carnets de commandes des chantiers navals nippons.

Cahier des tendances « RETAIL CONNECTE »

A propos de Gaetan R

Diplômé d'un Master de recherche cinématographique, j'ai bifurqué vers le journalisme. Le domaine de la High Tech est une de mes passions et je vois dans l'IoT une révolution plus qu'un phénomène de mode.

A lire également

predix general electric

Predix : General Electric revoit ses revenus IoT à la baisse

Dans un article du 28 août dernier, l’agence de presse Reuters basée à New York …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Send this to friend