Accueil > Ecosystème IoT > Evénement > [SIdO 2017] Bilan d’une troisième édition, signe de la croissance de l’IoT
troisieme edition sido startup

[SIdO 2017] Bilan d’une troisième édition, signe de la croissance de l’IoT

Le SIdO s’est terminé jeudi dernier. Cette troisième édition SIdO du salon lyonnais dédié à l’Internet des objets était riche de par son programme, peut-être un peu trop en deux jours d’événements.

Le 5 et 6 avril, la Cité Internationale de Lyon n’a pas désempli. Le SIdO a fait se rencontrer les professionnels membres de l’écosystème de l’IoT. Le salon n’attire pas seulement les entreprises et startups françaises, mais aussi les professionnels européens et internationaux. La présence de la Commission européenne, de l’initiative IoT-EPI et des startups japonaises en provenance de l’incubateur DMM Akiba, mais aussi de la jeune pousse allemande Proglove prouve ce dynamisme instauré par les organisatrices du salon. L’objectif de fédérer un maximum d’acteurs de la sphère IoT semble avoir été atteint.

Les 270 exposants dont une centaine de startups ont pu rencontrer des professionnels à la recherche de solutions IoT à déployer dans le cadre industriel. Jean-Laurent Cavallo, responsable des ventes pour Telit, un des acteurs leaders des fournisseurs de plateformes IoT, explique : “les visiteurs cette année sont bien plus informés, les sujets abordés sont bien plus précis et complexe que l’année dernière”.

L’écosystème IoT grimpe en compétence

troisieme edition pepper sido

Ce gain en compétence des visiteurs s’explique également par la multiplication des cas d’usage du côté des exposants. Par exemple, Kerlink ne propose plus seulement des équipements compatibles avec le réseau LoRa, l’entreprise rennaise développe maintenant son propre logiciel de device management. PTC présentait lors de cette troisième édition SIdO ces solutions mêlant IoT et réalité virtuelle tout en s’appuyant sur des cas concrets qui utilisent sa plateforme IoT Thingworx. La société lyonnaise Hoomano ne montrait pas uniquement ses robots Nao et Pepper en action. L’atelier près de notre stand permettait aux visiteurs de s’initier au contrôle des robots prouvant bel et bien que pour l’instant ces machines ont encore besoin de l’homme ou plutôt du codeurs pour interagir avec les visiteurs.

Il s’agit d’un tout petit aperçu de la richesse des solutions en présence. En effet, les fabricants de composants comme Rutronik, Texas Instruments ou encore Minalogic présentaient leurs catalogues de capteurs et de pièces dédiés aux applications IoT. Par ailleurs, les cabinets de conseil et les entreprises de conception d’objets connectés étaient nombreux cette année. Au total, ce sont près d’une cinquantaine d’exposants qui proposaient ce type de services.

Cette richesse dans la zone d’exposition, plus grande et plus dense que l’année passée se remarque également dans le programme de conférence. 50 sessions avaient lieu lors des deux jours de cette troisième édition SIdO. Le succès fut au rendez-vous au vu du taux de remplissage des salles. Les six lieux prévus à cet effet ne désemplissaient pas, souvent même le personnel de sécurité devait refuser l’entrée faute de place.

Un ancrage dans la réalité lors de cette troisième édition SIdO

conference troisieme edition sido

L’Internet des Objets n’était pas abordé comme un sujet d’avenir, même si les attentes sont fortes, mais comme un véritable vecteur de croissance en ce moment. Lors de cette troisième édition SIdO, les intervenants n’ont pas évoqué les sujets comme “les usages de l’Internet des Objets” comme l’année dernière. Lors de cette troisième édition, ils se sont concentré sur les préoccupations actuelles : la sécurité, l’implantation de l’Intelligence Artificielle, l’Industrie 4.0, les business model à adopter ou encore la smart city.

Pour notre part, nous regrettons le planning trop serré des différentes séances. Nous aurions aimé pouvoir assister à certaines tables rondes se déroulant en simultanée. En ajoutant l’espace exposition, il était difficile de couvrir l’événement sans faire de choix drastiques. Nous n’avons malheureusement pas pu suivre le hackathon consacré à l’interface de la voiture de demain. Une journée de plus ne serait pas de refus dans la préparation de la suite de cette troisième édition SIdO.

troisieme edition frequentation

Enfin, notons que les acteurs en présence ont profité de cette troisième édition SIdO pour effectuer des annonces d’envergure. Docapost, la filiale IoT de La Poste en a profité pour présenter le lancement de sa troisième saison de son programme French IoT. Les jeunes pousses ont cinq semaines du 5 avril au 14 mai 2017 pour candidater dans quatre catégories : Smart Home/Smart City, bien-être au travail, transport et santé. Orange a proposé un programme d’accompagnement dédié aux concepteurs d’objets connectés afin d’enrichir son offre de produits industriels testés sur le réseau LoRa.

Cette troisième édition SIdO a selon nous tenu toutes ses promesses malgré des petites améliorations à apporter pour profiter au mieux de l’offre du salon. D’ailleurs la fréquentation observée est en large hausse par rapport à l’année dernière. Plus de 6500 visiteurs ont arpenter les allées du salons contre 5300 l’année dernière. Une très belle réussite.

Cahier des tendances « RETAIL CONNECTE »

A propos de Gaetan R

Diplômé d'un Master de recherche cinématographique, j'ai bifurqué vers le journalisme. Le domaine de la High Tech est une de mes passions et je vois dans l'IoT une révolution plus qu'un phénomène de mode.

A lire également

gestion des opérations informatiques iot cloud

L’IoT stimule l’investissement dans la gestion des opérations informatiques

La croissance du business digital et de l’Internet des Objets devrait générer de gros investissements …

2 Commentaires

  1. C’est vrai que cette édition était beaucoup plus mature que l’année dernière ! On sent enfin un engouement pour l’IoT, qui se concrétise par des startups mieux positionnées sur des problématiques industrielles. Je m’interoge néanmoins de la neutralité de ce papier, qui ne mentionne pas Sigfox. C’est dommage vu leur forte présence lors de cette édition..

    • Bonjour, ce n’est pas par manque de neutralité que je n’évoque pas Sigfox. J’aurais très bien pu parler de l’annonce du partenariat entre Bosch et Sigfox pour équiper ses usines. J’aurais très bien pu évoquer la présence des responsables de Sigfox lors des conférences dédiées aux réseaux. Il s’agit d’un bilan d’un salon visité par un seul journaliste qui relate ce qu’il a pu voir et non toute l’offre du salon.

      Cordialement,

      Gaétan R.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Send this to friend