alvarez drone agriculture iot internet

Alvarez Technology Group réduit les effectifs des exploitations agricoles

Alvarez Technology Group, société technologique américaine, prévoit d’accélérer dans le déploiement de solutions IoT pour le secteur de l’agriculture. Luis Alvarez, CEO de la société, s’est exprimé sur les développements et les défis lors du XChange 2016.

Dans le secteur de l’agriculture, l’important pour les clients est l’économie des coûts et l’efficacité opérationnelle, selon Alvarez. Au cours des cinq prochaines années, l’entreprise veut réduire les effectifs sur les exploitations agricoles, qui avaient déjà diminué considérablement au cours des 50 dernières années.

En parallèle, les clients d’Alvarez veulent une augmentation de 100 % des rendements à partir des mêmes exploitations. Les capteurs IoT conçus pour l’agriculture sont en mesure de contrôler les activités de manière plus efficace et réduire la quantité d’eau nécessaire.

Black Friday : -75% sur le stockage à vie 500Go et 2To chez pCloud 🤑

Les agriculteurs s’intéressent à l’analyse de données

L’IoT a le potentiel d’améliorer le secteur de l’agriculture, mais les acteurs du marché ne connaissent pas encore toutes les possibilités. Selon Alvarez, l’analyse de données est ce qui intrigue le plus les agriculteurs

« Nous avons 20 ou 25 leaders du marché de l’agriculture dans notre communauté avec qui nous parlons de l’analyse de données et chacun d’eux à la volonté de développer ce sujet ».

Les capteurs IoT fournissent une multitude de données, mais sans l’analytique, les utilisateurs doivent prendre un certain temps pour trier les informations pertinentes. Une plateforme IoT basée sur le Cloud permettrait une intelligence décisionnelle beaucoup plus rapide pour permettre aux agriculteurs de reconnaître et résoudre les problèmes plus rapidement.

drone--640x330

On parle beaucoup de l’analyse de donnée par drones grâce à des logiciels utilisant les technologies de machine learning et de computer vision. Des marques telles que Parrot, DJI ou encore la startup française M-Cador, ont mis au point des solutions pour améliorer la productivité des agriculteurs. Les drones sont également programmés  pour les semailles dans le but de planter de manière plus précise. Les animaux deviennent également connectés via des trackers, dans le but de connaître leur état de santé en temps réel et favoriser la production du lait, notamment.

De plus en plus d’initiatives sont prises pour digitaliser l’agriculture. Cisco et l’Université de South Wales avaient inauguré un centre d’innovation IoT dédié à l’agriculture à Sydney, en Australie. Egalement, l’année dernière, l’Irlande se plaçait déjà comme l’un des berceaux mondial de l’agriculture connectée.

La sécurité des données comme principal défi

Comme dans la plupart des secteurs où les déploiements IoT se font de plus en plus nombreux, l’un des principaux défis d’Alvarez est la sécurité des données. Un hacker pourrait pirater les données de l’exploitation pour ensuite demander une rançon à son propriétaire.

Il n’y a pas que l’agriculture connectée qui souffre d’un manque de sécurité, le matériel des consommateurs et des entreprises manque également de systèmes de sécurité performants. Bien que certains fabricants soient déjà en train d’améliorer la sécurité de leurs dispositifs, il faudra attendre que les attaques de haut niveau se multiplient pour que les acteurs réagissent.

exdtcfy

Les standards sont d’autres défis auxquels Alvarez doit faire face, en raison de la multitude de concurrents dans la course au développement à la plateforme dominante. Sur le marché des consommateurs, il y a Nest, HomeKit et Amazon Alexa, mais le marché des entreprises est encore trop fragmenté. Ces obstacles n’empêchent pas Alvarez d’être optimiste à propos de l’agriculture connectée et d’y prévoir des investissements massifs. Selon le CEO, les acteurs du marché de l’IoT devraient développer des plateformes adaptées à un seul secteur, plutôt que des plateformes compatibles diverses activités.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *