Accueil > Paiement connecté > Il faut sauver le paiement mobile
Paiement mobile

Il faut sauver le paiement mobile

On l’annonçait comme l’une des principales révolution de l’IoT, mais la chute fut rude. Déjà disponible sur plusieurs systèmes, comme l’Apple Pay, le paiement mobile ne semble pas trouver d’intérêt auprès de tous les utilisateurs. Quelques pistes de réflexions pour en comprendre la raison.

Il fut prédit par un certain eMarketer que les transactions par paiement mobile connaitraient une hausse de pas moins de 210% aux Etats-Unis au court de l’année 2016. Un chiffre très ambitieux. Surtout lorsqu’on sait que dans la réalité, à part un certain succès en Chine, à peine plus de 20% des utilisateurs d’iPhone équipés d’Apple Pay ont un jour… essayé Apple Pay.

La machine n’a visiblement pas pris. Pourquoi les utilisateurs restent aveugles aux avantages du paiement mobile ? C’est ce qu’on va essayer de comprendre.

L’absence de standard

C’est l’un des principaux problèmes dans l’IoT : l’Internet des Objets n’existe pas vraiment, on est plus proche d’un ensemble d’objets connectés à Internet chacun à leur manière. Par conséquent, chaque système utilise sa propre application pour fonctionner et présente une compatibilité limitée.

Un standard global permettrait de grandement faciliter les transactions mobiles, sans avoir à installer de nouveau software à chaque nouvelle utilisation. De plus, une technologie employée de manière mondiale lui permet d’éviter les problèmes de compatibilité entre pays. Aucun véritable standard ne se dégage à l’heure actuelle, même si certaines tentatives existent. Comme exemple, citons le Digital Enablement Program (VDEP) développé par Visa, qui se donne pour but de régler ces problèmes entre différents pays.

Une question de sécurité

C’était à deviner. Si un utilisateur refuse consciemment de se fier au paiement mobile, c’est notamment parce qu’il craint pour la sécurité de ses données. Selon Bryan Yeager, analyste à eMarketer, ça serait des 57% des internautes américains qui reprocheraient au paiement mobile un manque de sécurité. Il a aussi ajouté que 62% des mobinautes américains qui n’utilisent ni ne prévoient d’utiliser un portefeuille électronique le font pour des raisons de sécurité.

Paiement mobile

Les vieilles habitudes…

Il ne faut pas perdre de vue que le paiement mobile est une pratique récente, et que tout le monde a longtemps vécu sans. Selon Pewtrust , une grande partie de la population est encore tout à fait satisfaite de ses méthodes de paiement traditionnelles, puisqu’elles paraissent plus accessibles et plus sécurisées que les pratiques mobile.

L’avenir du paiement mobile

On le voit, le paiement mobile a encore tout à prouver et beaucoup à inventer. Le fondateur et directeur d’InBounce, Bijan Khosravi, dresse une liste des prochaines innovations à faire dans le secteur du paiement mobile :

L’avènement des transactions en peer-to-peer. Il s’agit de la possibilité de régler des paiements directement entre utilisateurs, de mobile à mobile. Bien qu’encore peu répandues, ce genre de fonctionnalité existe déjà, et a déjà attiré l’attention de Facebook et Apple.

La centralisation des cartes. Cartes de débit, de crédit, de fidélité… Nos portefeuilles sont tous pleins de ces morceaux de plastiques qui peuvent déjà être centralisés en un système unique. Une opportunité que proposent déjà Google Wallet et Apple Pay.

La disparition des banques physiques. A mesure que nous troquerons nos billets en papier contre des chiffres sur un écran, les banques auront aussi tendance à se digitaliser, si bien que nous finirons par ne plus avoir besoin de leur version physique.

La charité connectée. Pouvoir gérer ses transactions depuis son smartphone signifie avoir accès à de nombreux achats, mais cela rend aussi plus faciles les possibilités de dons. A l’image de la société HandUp, un mobinaute pourra aisément verser quelques pièces virtuelles à une personne dans le besoin par SMS.

Source

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Send this to a friend