Futur IoT solutions

[Etude] De quoi a besoin l’IoT pour atteindre le marché mondial ?

Le livre blanc « What the Internet of Things (IoT) Needs to Become a Reality » traite de manière fouillée et exhaustive les défis qui attentent l’IoT pour devenir un marché mondial. Il identifie différents points d’améliorations nécessaires à l’explosion du marché : les puces, les communications, les logiciels, le cloud et la sécurité.

Aujourd’hui, se dessine le réseau du futur qui sera probablement mondial et basé sur un service cloud où vont se connecter des milliards d’objets, de machines et d’infrastructures.

Installez le VPN le plus RAPIDE de la planète !
Pour 3,11€ par mois seulement

Un tsunami de données et de services aura une incidence sur la façon dont nous vivons, bien au-delà des changements vécus lors de l’arrivée d’Internet.

La diversité des services prévus pour l’IoT signifie qu’aucune entreprise ne peut développer des solutions complètes. L’IoT aura bien plus besoin d’un large et riche écosystème d’entreprises partenaires qui travaillent ensemble pour offrir des services complémentaires et interopérables. Une plateforme ouverte (non exclusive) est essentielle pour permettre à tous les acteurs de travailler ensemble.

Pour cela voici quelques points d’améliorations nécessaires :

Les puces de traitement embarqué

Sierra-wireless

Le traitement intégré est au cœur de l’IoT. La capacité de traitement est le plus souvent assurée par des microcontrôleurs (MCU) intégrés.

Quelques exigences font un MCU idéal pour une utilisation dans l’IoT :

  • Efficacité énergétique
  • architecture intégrée avec un riche écosystème logiciel
  • l’évolutivité du logiciel
  • un mélange solide d’interfaces i/O :
  • Rentabilité
  • Qualité et fiabilité
  • Sécurité

Des capacités de communication filaires et sans fil

Reseau aujourd'hui

Le rôle d’un objet connecté est de transférer les informations recueillies par les capteurs et de les envoyer pour qu’elles soient traitées. Et, une fois les données traitées à distance, de nouvelles commandes sont générées pour exécuter une tâche.

Les cas d’utilisation peuvent varier considérablement, mais ce qui est commun à ces liens de communication, de commande et de contrôle est qu’ils ont généralement besoin de seulement quelques kilo-octets, à moins que le traitement d’image ou de données vidéo soit impliqué.

L’IoT englobe tous les aspects de la vie quotidienne, il n’y a donc pas de limites aux distances pour lesquelles les objets connectés sont utilisés. Il existe aujourd’hui une multitude de topologies de communication qui existent, du sans-fil Body Area Network (WBAN) au réseau étendu (WAN), et toutes les options entre les deux.

Comme pour tout marché émergent, une période de transition est nécessaire avant que l’optimisation du système ait lieu et que les technologies deviennent mieux adaptées pour les applications liées à l’IoT.

technologies de communication

Basé sur les cycles de vie des produits typiques et le rôle d’un logiciel, il est évident que si une technologie prend le leadership dans un segment IoT maintenant, que cette technologie (ou une version optimisée de celle-ci) sera donc en place pendant les cinq à huit prochaines années. Par exemple, il semble que le Bluetooth® Low Energy (BTLE) soit en cours d’adoption dans le secteur de l’e-santé et les wearables. D’autre part, la bataille entre ZigBee et des technologies Wi-Fi pour le contrôle et l’automatisation industrielle vient juste commencer.

Une chose est claire à propos des besoins en connectivité du futur marché IoT, c’est qu’ils seront très diversifiés, toute une gamme de technologies sera nécessaire (y compris WAN, LAN, WPAN, WBAN, …).

Les exigences relatives aux fonctions de communication sont presque les mêmes que pour les puces de traitement embarquées :

  • Rapport coût-efficacité
  • Faible puissance
  • Qualité et fiabilité
  • Sécurité

Des logiciels pour automatiser

Permettre à tous les segments de l’IoT de communiquer et de travailler ensemble est la clé de la réussite pour un lancement à grande échelle de ces technologies, et cela signifie que le déploiement d’un grand nombre de logiciels (middleware) sera nécessaire pour permettre aux divers dispositifs d’interagir entre eux tout autant qu’avec les infrastructures qui les entourent.

Vers des clouds interopérables

Comme il n’y a pas encore de best practices dans l’IoT, de nombreux fournisseurs de composants ont leur propre cloud ce qui pourrait nuire à l’interactivité et à l’analyse croisée des données recueillies par l’ensemble des composants. Le livre blanc dévoile un certain nombre d’approches pour l’architecture et la construction des blocs de l’IoT, ce qui sera probablement nécessaire en raison de la grande variété de cas d’utilisations et des configurations prévues. Cette flexibilité sera nécessaire pour optimiser les performances au niveau du système.

La sécurité : le défi de demain

Honeywell Intel cybersécurité

L’omniprésence de l’IoT ne sera possible que si un mécanisme de sécurité solide des informations est mis en place.

Voici ce qu’est une information sûre dans l’IoT :

  • L’information doit être disponible en cas de besoin
  • L’information doit être confidentielle
  • L’intégrité des données doit être assurée

Or la sécurité du système n’est bonne que lorsque la dernière menace potentielle a été prise en compte puis réparée. Les récents piratages des serveurs contenant les informations des cartes de crédit sont un bon aperçu des défis auxquels seront confrontés les services de l’IoT.

Le marché de l’IoT a tendance à vouloir mettre les objets connectés sur une sorte de réseau universel, pour les contrôler à distance. Par conséquent, chacun de ces objets identifiables (et le marché est en pleine expansion) pourra introduire une menace pour l’ensemble du système. Avec un tel potentiel de désastre, comment les ingénieurs seront-ils capables d’améliorer la sécurité des microcontrôleurs afin d’éviter les cyberattaques ? Seul l’avenir nous le dira.

Source

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *