Accueil > Tech > Réseaux > Tout savoir sur le réseau de Sigfox
sigfox

Tout savoir sur le réseau de Sigfox

Nous vous avons proposé il y a peu un dossier sur le réseau LoRa. Aujourd’hui nous nous intéressons à son concurrent direct, SigFox. 

L’IoT nécessite des réseaux spécifiques pour ne pas saturer ceux dédiés aux ordinateurs et smartphones. Parmi les entreprises qui proposent des solutions alternatives, SigFox est l’une des compagnies les plus influentes. Nous allons dans les lignes qui suivent vous expliquer son secteur d’activité.

Qui est Sigfox ?

sigfox logo

Sigfox est une société française, dont le siège social se trouve à Labège, à côté de Toulouse. Elle a vu le jour en 2009 à l’initiative de deux ingénieurs, Ludovic Le Moan et Christophe Fourtet. Ces deux jeunes gens passionnés de signaux ont pu réaliser leurs rêves en créant Sigfox. C’est le tout premier réseau de l’IoT ou IdO (Internet des Objets) a avoir été mis en place.

Le service de Sigfox révolutionne le monde du M2M (communication Machine to Machine) avec son offre de connectivité cellulaire, entièrement dédiée aux communications à bas débit. C’est un pionnier dans le domaine. SIGFOX réinvente la transmission d’informations en réduisant de manière significative la consommation d’énergie des périphériques connectés et leur prix.

Mais en quoi consiste sa révolution ? Sigfox a, en fait, créé un réseau longue portée et à bas débit qui permet la communication de données de taille réduite entre les appareils connectés sans passer par un téléphone mobile.

sigfox monde

Cette connexion à bas débit entre les objets connectés est possible grâce à sa technologie radio Ultra narrow band (UNB). Peu énergivore, elle utilise des bandes de fréquence libre de droit disponible pour le monde entier, comme les bandes ISM (Bande industrielle, scientifique et médicale). En Europe, il s’agit de l’ISL à 868 MHz.

Par ailleurs, Sigfox a une devise prometteuse qui se réalise de jour en jour : « One network, a billion dreams ». Le but, pouvoir connecter le monde réel avec le monde virtuel. Nous sommes tous magiciens avec cette nouvelle technologie.  Les objets deviennent intelligents et apprennent à faire leurs tâches respectives sans besoin de l’homme.

Actuellement, on compte environ 1500 antennes relais sur tout le territoire français pour alimenter ce réseau. L’un de ses fondateurs, Ludovic Le Moan est son PDG actuel, tandis que Christophe Fourtet se charge du poste de Directeur scientifique.

Son conseil d’administration est dirigé par Anne Lauvergeon. 60 ingénieurs issus d’horizons différents de par le monde contribuent à son développement depuis sa création. La société emploie 190 salariés au total d’après le dernier relevé en janvier 2016.

Que fait Sigfox ?

L_Le_Moan-SIGFOX
Ludovic Le Moan, le PDG de Sigfox

D’un point de vue technique, Sigfox est un système de connexion utilisant des signaux de fréquence radio ultra-rapide et de longues portées, que les techniciens appellent la bande ultra étroite (UNB = Ultra Narrow Band) pour le système M2M. Ce signal peut se faufiler partout, même dans les zones reculées. D’ailleurs, l’entreprise revendique une couverture de 92 % de la population française.

Elle utilise une zone de couverture très vaste pour ne pas dire mondiale, car le catalogue SNO est proposé aux opérateurs pour consulter les pays cibles. L’entreprise dispose d’un système Cloud pour son interface web ainsi que la gestion de ses périphériques (API) et la configuration des données. la société offre un réseau réactif, garanti simple et efficace avec un bas débit, mais qui peut prendre en charge de très nombreux produits et capteurs.

 Les objets communiquent entre eux et partagent des commandes, des données entre eux, ils « discutent » . En réalité, cela se passe un peu différemment.

Ici, on parle de connecter des objets simples comme les congélateurs, les machines à café, le compteur d’électricité, etc. Ce réseau dédié ne concerne pas les appareils mobiles comme les smartphones, les ordinateurs portables et les tablettes, disposant déjà de leurs propres moyens de connexion : 2G/3G, WiFi, Ethernet, etc.

Sur ce réseau, les objets peuvent recevoir jusqu’à 140 messages de 12 octets par jour. Plus de 7 millions de « devices » l’utilise. Le réseau est dit bidirectionnel, c’est-à-dire que les appareils envoient et reçoivent des données provenant d’une plateforme cloud.

Les secteurs d’activités de Sigfox

my fox sigfox
MyFox, un système d’alarme compatible avec les réseaux SigFox et LoRa.

Sigfox n’a peu de limites. Il œuvre dans tous les domaines d’activités possibles et tous les secteurs imaginables. On peut, par exemple, parler de la domotique, du Smart Grid, du transport, de la logistique, des villes intelligentes, etc. Le service est fiable et le prix est abordable pour les sociétés.

Les acteurs du secteur public et privé peuvent tous bénéficier des promesses de connectivité de Sigfox à tous les niveaux. En effet, son service permet une récolte d’informations plus facile et une automatisation des actions à entreprendre rendue plus simple en fonction des algorithmes prédéfinis.

Les objectifs de Sigfox :

sécurité route sigfox

Sigfox vise avant tout à faciliter la communication entre les objets intelligents. La connectivité M2M permet de connaître les données stockées dans un appareil via un autre appareil central, comme un ordinateur, pour permettre la prise de décision. L’entreprise peut alors s’adapter suivant les informations reçues. Au final, elle obtient une meilleure compréhension du monde qui l’entoure.

Ainsi, Sigfox a été déployé dans divers domaines en France. Son réseau est utilisé actuellement pour :

  • contrôler des panneaux publicitaires,
  • gérer le système de ventilation et de chauffage des immeubles professionnels ou privés,
  • gérer des alarmes d’une maison (détecteur d’incendie, détecteur de fuite de gaz, alarme de sécurité…),
  • mieux prévoir les dangers qui menacent la nature (flux d’eau, climat, tremblement de terre, etc.).

À Moscou, la circulation automobile et les places des parkings sont désormais contrôlées par cette technologie. Un usage nécessaire pour la prévention des accidents en tout genre.

La Poste a présenté un partenariat lors du CES 2016. Son bouton connecté Domino fonctionne à l’aide de ce réseau. Il s’agit d’un dispositif en test qui permet aux clients du service postal d’envoyer des objets simplement en les déposant dans leurs boites aux lettres personnelles.

L’installation des 1500 antennes en France optimise l’usage quotidien des objets à puce Sigfox. Bientôt, on sera capable de les contrôler n’importe où en Europe. Effectivement, Sigfox ne cesse de s’étendre sur le continent, mais s’est également installé les États-Unis.

Sigfox dans le monde

sigfox couverture europe

Sigfox a certes été lancé en France, mais le service s’est rapidement étendu à onze autres pays d’Europe et poursuit son implantation de l’autre côté de l’Atlantique. La société est maintenant présente dans 29 pays différents. 

Sur le continent européen, la société est en collaboration avec l’entreprise Arqiva au Royaume-Uni, CELLNEX en Espagne, Aerea aux Pays-Bas, NarroxNet au Portugal, et T-Mobile en République Tchèque. De même, en Belgique avec Engie M2M et IoT Denmark au Danemark. En Slovaquie, Sigfox collabore avec SimpleCell et couvre 30 % de la population. En Estonie et en Finlande, l’interlocuteur privilégié est Connected Finland. Pour certains pays comme l’Allemagne, l’Autriche, l’Italie, l’Irlande, la Pologne, en Russie et la Suède, ce réseau de communication est disponible uniquement dans certaines villes, c’est-à-dire respectivement à Munich, Graz, Milan, Dublin, Varsovie, Moscow et Umea.

Pour ce qui est de l’outre-Atlantique, Sigfox propose déjà son nouveau réseau dans la baie de San Francisco, dans la Monteray Bay, et dans 99 villes aux États-Unis.  Pour les autres pays, l’entreprise chercherait à s’installer au Chili (Santiago), en Inde (Mumbai), et en Corée du Sud (Séoul), selon NextImpact. Elle est actuellement en partenariat avec des opérateurs à Oman, au Mexique, au Japon, à Singapour, à Taïwan, à Hong-Kong au Brésil, en Colombie, en Argentine, en Afrique du Sud et en Nouvelle-Zélande.

La communication machine to machine par le biais de Sigfox est déjà présente à Luxembourg depuis juillet 2015. Cela grâce au partenariat avec Post Luxembourg. De même, cette entreprise a pour ambition de couvrir le continent africain, l’Asie et le Moyen-Orient. La direction l’a proclamé ouvertement en octobre 2015.

En début 2016, la société prévoit de s’implanter dans 10 autres grandes villes américaines. Elle utilise dans ce pays la fréquence 902 MHz. Enfin, son projet en Antarctique pour connecter une station scientifique prouve bien sa volonté de s’installer partout dans le monde. En ce sens, la société couvre plus d’1,2 millions de kilomètres carrées et souhait s’implanter dans 60 pays différents d’ici la fin 2018.

Sigfox et ses levées de fonds

Antarctique

Depuis sa création jusqu’au début de l’année 2015, l’entreprise Sigfox a lancé plusieurs collectes de fonds, quatre en tout. Si sa première campagne n’a pas fait de bruit, la seconde a en revanche fait largement parler d’elle dans la presse. Il faut dire que le montant récolté, 10 millions d’euros, ne passe pas inaperçu.

Fin mars 2014, c’est 15 millions d’euros que la compagnie a réussi à capitaliser par ce moyen. Parmi les investisseurs,  des sociétés comme Intel Capital, le Fonds d’ambition numérique (appartenant à BPI France) et quatre autres grandes entreprises sont devenus des actionnaires de Sigfox.

Sa volonté d’une expansion rapide sur le plan international nécessite des capitaux importants. Sa quatrième levée de fonds lui a permis de réunir en février 2015 la somme record de 100 millions d’euros. Un succès rendu possible grâce à la participation de grands industriels comme Air Liquide, Telefonica, GDF Suez et SK Telecom.

C’est une somme impressionnante pour une entreprise qui n’est pas encore entrée en Bourse. L’entreprise de Ludovic Le Moan a dépassé cet exploit en levant à nouveau 150 millions d’euros en novembre 2016. Les raisons de cette opération financière ? Poursuivre la couverture des pays et atteindre l’équilibre financier en 2018.

Sigfox se concentre pour l’instant à l’extension de la couverture de son réseau M2M, notamment aux États-Unis. En décembre 2016, la compagnie annonçait la couverture de 20 % de la population américaine, soit 100 villes équipées. Sigfox vise l’extension de cette couverture à 40 % de la population américaine à la fin de l’année 2017. En septembre 2015, elle prévoyait une entrée en Bourse à la mi-2017. Cet objectif semble toujours d’actualité, mais ne devrait pas respecter le calendrier.

Les atouts de Sigfox par rapport à ses concurrents

Le réseau cellulaire bas-débit à longue portée de Sigfox présente de nombreux avantages, en comparaison avec les services équivalents de ses concurrents.

Sigfox est le pionnier dans ce type de technologie. Ainsi, il a une bonne longueur d’avance sur ses concurrents que ce soit en France ou à l’international. Par exemple, le concurrent Qowisio, qui utilise LoRa, ne sera pas lancé avant 2016 sur le même territoire. Le marché est largement déjà occupé par Sigfox.

En Espagne et aux Pays-Bas, le taux de couverture atteint 94 % de la population. 8 autres pays du continent européen seront entièrement couverts en 2016. Sigfox couvre largement plus de territoire en France.

sigfox couverture
Avec seulement 1500 antennes disposées un peu partout dans l’hexagone, le réseau est déjà disponible pour 92 % de la population. Ce qui n’est pas le cas pour le réseau LoRaWAN (LoRa de Bouygues et Orange). Il faudrait aux opérateurs plus de 7000 antennes pour parvenir à cette même couverture. Bouygues prévoit une couverture totale du territoire à la fin 2016.

Sigfox est le seul opérateur de télécommunication à proposer un service de traçage d’actifs mobiles dans une zone reculée, tout en gardant un prix bradé jusqu’à aujourd’hui. De plus, contrairement à LoRa, Sigfox est sorti de sa phase pilote depuis longtemps. Il est déjà prêt à l’emploi.

A noter qu’avec ce réseau, on n’a pas besoin de s’abonner à un opérateur différent dans chaque pays couvert. Quand il est disponible, on utilise le même capteur partout.

Sigfox permet également d’effectuer de la géolocalisation, plus particulièrement de la macro-géolocalisation. Sa précision est l’ordre de quelques kilomètres.

L’entreprise a adopté une politique de tarification transparente et simple. À savoir que les prix affichés pour chaque objet connecté vont de 1 euros à 14 euros par an suivant le nombre de message envoyé. Le tarif diminue au fur et à mesure que le client ajoute des appareils.

Enfin, le client a le choix de l’antenne à utiliser. Il existe de petites antennes simples, à faible coût et que l’on peut même personnaliser.

La fiabilité du réseau Sigfox

snootlab sigfox
une carte réseau disposant d’un modem SigFox

Sigfox assure la fiabilité des données communiquées et la sécurité des échanges entre les objets connectés. Malgré l’utilisation des bandes de fréquences sans licence employées également par d’autres entreprises, les données restent fiables. Le risque d’interférence n’existe pas du tout dans ce cadre. Il en va de même pour le problème de capacité. Le réseau SigFox affiche des performances similaires dans toutes les villes où il est implanté.

Le réseau tout entier est bien protégé contre le rejeu, le séquençage, le message de brouillage… Sachez aussi qu’on ne peut pas déchiffrer les messages transmis entre les différents produits. Les fournisseurs de périphérique sont les seuls à comprendre les informations échangées entre le capteur informatique et l’objet lui-même. En d’autres termes, Sigfox a une bonne maîtrise des accès sur son réseau.

Il est tout de même primordial de bien choisir l’emplacement de son capteur. Comme tout signal radio, il peut y avoir un problème de réception face à un mur épais en béton ou encore une surface métallique.

Un réseau monopole

SigFox est à la fois une entreprise et un réseau qui entraîne avec lui l’innovation dans le secteur de l’IoT. De même, son expansion sur la planète entière va à une vitesse phénoménale.

Ses atouts sont considérables, mais elle doit faire face au concurrent Lora, qui est l’autre réseau M2M. Toutefois, l’entreprise ne devrait pas s’arrêter là et améliorer son système afin de conserver son monopole sur ce secteur.

L’attention centrée sur Sigfox au MWC de Barcelone

Le MWC 2016 étant terminé depuis jeudi 25 février, on peut affirmer que Sigfox a fait sensation en confirmant sa place de premier fournisseur d’un service de communication mondial dédié à l’IoT. Bien que la concurrence soit de plus en plus forte face à ce réseau pionnier, Sigfox s’est vu décerné le Prix de la « Meilleure innovation mobile IoT ». En à peine 5 ans d’existence, son réseau bas débit et basse consommation, permettant de transmettre de petites quantités de données sur de longues distances, a séduit de nombreuses entreprises.

Pour ce prix, le jury s’est basé sur les critères d’attribution suivants :

  • Une véritable innovation technologique en terme de fonctionnalité
  • La viabilité du modèle économique et le potentiel de marché
  • L‘utilisation intelligente de la connectivité d’un réseau mobile
  • La facilité d’utilisation et ses avantages
  • La preuve de l’acceptation de la part du marché

Pour Thomas Nicholls, Exécutive Vice President of Communications de Sigfox, l’attribution de ce prix n’est pas une surprise :

« Sigfox est le réseau qui permettra de faire décoller l’IoT. La première et la seule entreprise est bien implantée sur le marché, c’est Sigfox ».

sigfox composant mwc

L’actualité de Sigfox lors du congrès a été plutôt chargée. L’entreprise a annoncé un partenariat avec Otio, une filiale du Groupe HBF spécialisée dans l’équipement électrique, l’éclairage et la domotique. Otio compte commercialiser des équipements de sécurité sans fil à l’international et a choisi le réseau Sigfox pour connecter son matériel. À terme, Otio et Sigfox devraient contribuer ensemble au développement de la maison intelligente en commercialisant 1 millions d’objets connectés. Détecter des incidents domestiques comme de la fumée, du monoxyde de carbone, un pic de température, une coupure de courant ou encore une intrusion dans la maison en informant directement l’utilisateur par SMS, c’est ce que les produits de la gamme Otio Alert promettent.

Selon Thomas Nicholls, Otio fait confiance à Sigfox pour cette raison « On est le seul réseau regroupant les conditions optimales pour connecter des objets connectés et nous faisons des prix attractifs pour les fabricants, de l’ordre de 2$ pour chaque objet ». En effet, Sigfox reste le seul service de communication IoT bas débit et basse consommation capable de soutenir une production de grand volume nécessaire à la consommation en grande distribution.

Destiné aux marchés français, espagnols et allemands dans un premier temps, la connexion de ce nombre impressionnant d’objets ne devrait pas voir le jour de ci tôt. Otio s’étant lancé dans leur fabrication il y a peu de temps, ces 1 millions d’objets ne seront pas connectés tout de suite. Il faudra ensuite les mettre en distribution puis que les consommateurs les connectent. Bien que l’annonce de cette collaboration soit récente, les choses peuvent encore évoluer. On espère bientôt voir ces 1 millions d’objets connectés sur le marché.

Thomas Nicholls précise :

« Aujourd’hui, nous avons 7 ou 8 millions de connexions, mais il n’y a qu’un demi millions d’objets connectés sur nos réseaux. Nos clients déploient environ des dizaines de milliers d’objets par mois »

sigfox stand

La deuxième annonce de l’entreprise est son association à Verisure par Securitas Direct pour le déploiement de 200 000 systèmes d’alarme à son réseau IoT dès le mois de mars 2016.

Ce déploiement est une suite logique au lancement d’un million de systèmes de sécurité connectés au réseau Sigfox en Espagne. Il est certain que Sigfox excelle également dans la sécurité de l’IoT en assurant une protection supérieure contre les interférences et les tentatives de brouillage radio. Elle est capable de neutraliser les transmissions de signaux depuis la centrale d’alarme et les capteurs vers les sites de télésurveillance. Dès qu’une tentative de brouillage est détectée, la centrale d’alarme envoie une alerte via le réseau Sigfox, déclenchant immédiatement les procédures de télésurveillance.

La sécurité étant l’un des sujets les plus importants pour le futur des objets connectés, Thomas Nicholls affirme que :

«Sigfox ne comprend pas elle même les données qu’elle véhicule. En ce qui concerne la sécurité des données, ce n’est pas chez Sigfox que vous trouverez à quoi correspond un message véhiculé sur notre réseau. Si on veut intercepter des données, il faudra plutôt manipuler les systèmes d’information de nos clients »

C’est à dire que les données envoyés sont difficilement décryptables en elles-mêmesLe système de protection des données personnelles de chez Sigfox paraissant impénétrable, il en est autrement pour celui des clients. Thomas Nicholls admet que « cela reste un risque », le sujet est des plus sérieux, d’autant plus qu’il pourrait largement compromettre l’avenir de l’IoT.

sigfox stand mwc barcelone

Le succès de Sigfox s’explique en partie par le fait qu’il se soit positionné en premier sur le marché des réseaux IoT

Selon Thomas Nicholls, cela panique un peu les acteurs du secteur :

« Quand on a démarré, je passais mon temps à justifier la raison d’une connectivité à basse consommation. Tout le monde nous prenait pour des fous, aujourd’hui tout le monde parle que de ça. Le prix sera plus élevé pour le concurrent qui essaye de faire quelque chose contre nous ».

Sigfox, ayant développé un réseau international indispensable à l’expansion de l’IoT, se place devant ses concurrents car il exerce sur un marché global valabe à l’international, ayant ainsi très peu de limites. Les opérateurs mobiles sont en train de se développer dans l’IoT pour récupérer des parts de marché, mais selon Thomas Nicholls, « Les opérateurs auront du mal à nous dépasser car leur champs d’action est au niveau national, il auront même besoin d’une solution comme Sigfox pour s’adapter au marché des objets connectés ».

Les solutions futures développées par des acteurs comme Ericsson ou Nokia sont très importantes pour le l’avenir de l’IoT, mais extrêmement complexes dans leur développement. Afin de concurrencer Sigfox, il leur faudra étudier encore plus le marché pour apporter une valeur ajoutée. Pour Thomas Nicholls, « Les concurrents ne sont pas encore sur le marché car ils disent tous qu’ils peuvent faire mieux que Sigfox, ils veulent faire trop de choses. À l’arrivée, leurs prix ne nous concurrenceront jamais. À cause des moyens qu’ils ont déployés pour essayer de nous dépasser, leurs prix seront trop élevés ».

Sigfox semble décidément intouchable. Même l’arrivée de la 5G ne suffira pas aux opérateurs mobiles à prendre des parts de marché conséquentes sur l’IoT. Les réseaux de bas débit comme Sigfox ou LoRa seront indispensables à l’emergence de l’IoT pour de nombreux clients. En effet, la 5G sera utilisée par les opérateurs mobiles pour connecter des objets, mais leur part de marché se situera dans le haut débit et pas avant 5 ans, au moins. Encore à l’état de projet, la 5G sera, dans un premier temps, réservée pour des événements ou pour des infrastructures.

En conclusion, un réseau de basse consommation développé à l’international à des prix intéressants est avantagé par rapport à ses concurrents. Il faudra attendre qu’une solution bas débit beaucoup plus puissante ne fasse sont apparition sur le marché. D’ici là, les opérateurs mobile devront certainement se greffer à des réseaux de basse consommation déjà en place, ou se tourner vers des solutions haut débit.

17 Commentaires

  1. Quel est le CA de Sigfox?

    • Bonjour,

      Sigfox ne communique pas pour l’instant son chiffre d’affaires. La compagnie passe en ce moment de nombreux partenariats et étend sa zone d’influence.

  2. Bonjour,

    Est-ce qu’on sait si cette technologie fonctionne dans des tunnels ou/et dans des parkings souterrains par exemple ?

    • Bonjour,

      J’ai posé la question à un technicien de Sigfox. Sa réponse : oui c’est possible, mais tout dépend de la force du signal. Si une antenne est proche c’est envisageable, mais il faut prendre en compte les pertes de réseau suivant la profondeur du tunnel, si les ondes radios peuvent circuler. En ajoutant des répéteurs, on gagne en efficacité et cela évite la perte de signal.

      J’espère que cela répond à votre question.

  3. Sigfox faisait 3 M€ en 2013 et pareil en 2014. Et a arrêté de publier ses chiffres en 2015, après avoir annoncé n’importe quoi systématiquement. Ils n’arrivent pas à convaincre les spécialistes (réseau propriétaire, techno trop peu flexible pour tous les use case de l’IoT, surpromesse sur la couverture, problème de bidirectionnalité, etc…)

    • Bonjour,
      j`utilise le réseau Sigfox depuis plus de 12 mois, et je suis entièrement satisfait de la performance.

      • Bonjour C.Posing
        Vous avez dit que vous utilisez le réseau et que vous êtes satisfait, est ce qu’on achetant des capteurs prêt sur le marché ( pas de développement ) on aura besoin d’acheter des passerelles avec ? ou les installer tout simplement

        merci

  4. Bonjour, existe il la possibilité pour un particulier d’acquérir et d’installer un répéteur pour augmenter la couverture dans une zone qui ne l’était pas?

    Merci pour vos informations

    Cordialement

  5. Bonjour,

    pour les installations IOT’s dans les Dom.
    Qu’est il prévu ou en place en terme de réseau?

    cdt

  6. Paris Habitat veut installer ce système dans mon immeuble. Dans quel but ? Nous n’avons actuellement pas de réseau pour nos téléphones. Ce système améliorera-t-il nos communications ? l’office promet qu’il n’y a aucune onde est-ce vrai ?

  7. Peux-t’on faire confiance à la couverture radio de Sigfox dans les Cevennes pour utiliser le boitier TiFiz comme « balise de détresse » pour randonneur, cette zone étant déjà mal ou pas couverte par les opérateurs GSM.
    Avez vu une carte de couverture et/ou de vos émetteurs? (92 % de la population ne veut pas dire 92% du territoire).
    Vous utilisez la bande 895M? A quelle distance vos antennes peuvent elles capter un signal emis par le boitier qui semble très faible?

    D’avance Merci

  8. conseil d’administration est dirigé par Anne Lauvergeon!!!
    y a du areva la dedans?

  9. J’ai commencé à tester leur réseau et ça marche ma fois pas trop mal. J’ai essayé en région parisienne a Evry et ça a marché du premier coup. J’en ai profité pour tester pendant mes vacances il y a deux semaines dans le sud près de Cannes et je n’ai pas eu de difficultés non plus.
    Pour faire les tests, j’ai utilisé une carte modem BRKWS01 et une antenne.
    De retour de congés, je vais continuer mes tests en RP.
    A suivre…

  10. moi j ai essaye de l utiliser dans l aube c est galere
    je voulais l utiliser pour suivi de cycliste et bien j ai la plupart du temps des intervalles d une demi heure entre chaque connexion
    j habite a 25 km de troyes a vol d oiseau
    ce reseau est bien vendu mais c est pipeau!!!

  11. Bonjour, ou peut on se procurer un répéteur pour augmenter la couverture , mes capteurs sont situés dans un sous terrain et je perds 30 à 40% des messages? J’utilise actuellement des cartes AKERU de chez SNOOTLAB

    Merci pour vos informations

  12. Bonjour Mr, Mme
    Je réside à ODOS (65310) et mon pavillon est sous alarme VERISURE dpuis quelques années. Les alarmes font l’objet de piratage neutralisant la protection. Que nenni vient de m’informé VERISURE, l’ antibrouillage du signal GSM est assuré par SIGFOX. Je souhaiterais savoir si ma sécurité est bien réelle et connaitre la position des antennes relais; mon secteur, et quoiqu’en dise VERISURE, n’est peut-être pas couvert. Merci pour l’aide que vous apporterez à un profane en la matière

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Send this to a friend