Accueil > Tech > Sécurité > [Dossier] La biométrie sera-t-elle l’avenir de notre sécurité ?
dossier biométrie

[Dossier] La biométrie sera-t-elle l’avenir de notre sécurité ?

Alors que les nouvelles technologies sont en pleine expansion partout dans le monde, il en est une qui reste moins connue du grand public, la biométrie. Pourtant cette dernière pourrait contribuer à combler la fameuse faille des objets connectés, à savoir leur sécurité ! En effet la biométrie, reste en réalité le moyen le plus sûr pour garder sous clé, tout ce qui peut vous sembler vital !

Qu’est ce que la biométrie ?

La biométrie est une science se rapportant à l’usage de certaines techniques de reconnaissance, d’authentification et d’identification. Cette technologie compte par exemple dans ses rangs, des dispositifs tels que la reconnaissance d’empreintes digitales ou encore la reconnaissance faciale et oculaire. La biométrie regroupe en réalité, les systèmes de sécurité nécessitant une caractéristique biologique (oeil, veines, empreintes…) pour permettre une authentification et une identification. Il s’agit donc bien de créer un réseau regroupant diverses fonctionnalités (NFC, paiement sans fil…), mais aussi d’assurer avant tout la sécurité de ses données, contrairement à d’autres dispositifs.

biometrie general dossier

La biométrie, et plus précisément l’authentification par veine s’avère être un des meilleurs systèmes de sécurité au monde, en effet il n’est tout simplement pas possible de copier les veines d’une personne. Cette dernière, a été exposée une première fois il y a maintenant 30 ans, par l’anglais Joe Rice (aujourd’hui cofondateur de Biowatch), mais le manque de moyen technique et financier ainsi qu’un un engouement moins prononcé qu’aujourd’hui pour ce type de technologie, a empêché son développement.

Biowatch

La société suisse Biowatch créée en février dernier et spécialisée dans ce domaine a déposé le tout premier brevet pour un lecteur biométrique pouvant être porté au poignet. Au-delà d’une sécurisation maximale grâce à son système de reconnaissance vénale, ce dernier pourrait également servir à interagir avec les objets connectés grâce aux technologies Bluetooth et NFC. Il sera également possible d’accéder aux données d’un smartphone ou d’un ordinateur, mais aussi de payer sans fil ! Pour fonctionner, Biowatch prend dans un premier temps une photo de vos veines, puis une fois enregistrée, elle les compare et valide ou non l’authentification. Il faut savoir que si le bracelet est enlevé, tout est à recommencer pour l’enregistrement de la photo de vos vaisseaux sanguins. La prochaine étape de l’entreprise, vise justement à remédier à ce seul petit inconvénient.

biowatch dossier biométrie

La Biowatch devrait faire son apparition dans maintenant cinq ou six mois, « d’abord chez les professionnels, comme la société Nestlé se situant juste au coin de la rue, puis ensuite pour le grand public », comme l’explique Matthias Vanoni, le cofondateur de Biowatch. L’entreprise à part ailleurs déjà nouée des partenariats avec de grandes firmes informatiques, comme Morpho appartenant au groupe Safran. Les horlogers suisses semblent également très intéressés par ce type de technologie.

Ionosys

Cette entreprise a été fondée en 2012, à la suite de deux constatations, l’oubli fréquent des mots de passe par les utilisateurs et, le manque de dispositif de sécurité pour ces derniers. Ionosys a mis au point un bracelet baptisé SmartSafe, permettant par exemple de déverrouiller une session Windows à distance, ou bien de passer une commande sur Amazon. Ce dernier utilise la technologie du digital, c’est-à-dire qu’il ne pourra être que déverrouillé et activer par les empreintes digitales de son propriétaire.

bracelet ionosys dossier biométrie

Bionym

Cette société de biométrie a également créé un bracelet capable d’interagir avec des appareils intelligents. Ce dernier baptisé Nymi se déverrouille et s’active grâce à un dispositif d’électrocardiogramme, qui ne reconnait que la pulsation cardiaque de son utilisateur. Afin de s’assurer d’encore plus de sécurité, les concepteurs ont même ajouté deux autres barrières : un périphérique connecté ainsi qu’une application mobile. Il fonctionne de manière assez simple, il suffit de poser son doigt une fois dessus, puis il lancera alors une phase de reconnaissance. Une fois cela effectué, Nymi dressera une liste de tous les objets intelligents avec lesquels vous pourrez interagir. Si le bracelet est enlevé, l’utilisateur sera aussitôt déconnecté, ce qui signifie que même volé ce dernier est inviolable.

bracelet bionym dossier biométrie

L’avenir de notre sécurité ?

Avec de tels dispositifs armés à notre poignet, il serait possible de conserver et de surveiller ses données de façon constante, et de manière ultra-sécurisée. Mais qu’en serait-il s’ils étaient appliqués au monde entier ? Comme les gouvernements et leurs administrations par exemple, ou même nos futures smart cities. Le nombre de cyberattaques dont ils sont victimes pourrait alors très certainement être restreint.  Comme l’a expliqué monsieur Vanoni, la biométrie reste encore un secteur technologique encore en pleine émergence, ce qui en fait une cible quasi inconnue pour les pirates informatiques. De plus, il ne s’agira pas là de cracker un code ou d’installer le moindre protocole, il faudra réussir à copier les données biométriques d’une personne ! Ce qui s’avère pour l’instant impossible à réaliser. Il faudra cependant attendre encore quelque temps, pour voir cette technologie apparaitre quotidiennement dans notre monde.

Cahier des tendances « RETAIL CONNECTE »

A propos de Renaud

A lire également

gfk wearables une

GfK : plus d’un million de wearables vendus en France en 2016

GFK a publié le 26 avril 2017 son étude consommateurs nommée “La Référence des Equipements …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Send this to friend