in , ,

CES 2017 : un voyage obligé pour les politiques français ?

politiques francais

Le salon du Consumer Electronic Show attire forcément les grandes entreprises et les startups. Les politiques français sont aussi de la partie. La course à l’Elysée va-t-elle immiscée entre les annonces des nouveaux objets connectés ? 

Le label French Tech est une fierté hexagonale, un porte-étendard qui rayonne à l’internationale et qui s’est même étendu à la Belgique. Ce programme de mise en avant des startups high tech françaises, avec une forte dose d’Internet des Objets, a été créé à l’initiative de Fleur Pellerin en novembre 2013. Le programme a été lancé officiellement à la fin de l’année 2014.

Les politiques français fidèles à la French Tech

Axelle Lemaire, la secrétaire d’Etat chargée du numérique a reprit le flambeau. La jeune femme sera accompagnée du Ministre des Finances Michel Sapin. Logiquement, ils accompagnent la French Tech et les 273 entreprises présentes cette année (contre 190 l’année dernière). L’action du gouvernement en collaboration avec la BPI et Business France doit dans l’esprit du gouvernement se montrer sous son plus beau jour. La ferveur autour de la troisième présence mondiale est aussi une preuve de réussite des politiques français qui œuvrent au sein du gouvernement. Il faut également séduire et conserver avec les entreprises, les startups françaises et étrangères.

axelle lemaire data cap digital

Un autre politique français sera présent dès le 5 janvier à Las Vegas. François Fillon avait fait part à la télévision de sa « geek attitude » et il est logiquement présent lors de cet événement international. Le but, évidemment est de rattacher les entrepreneurs de la French Tech et des grandes entreprises à sa cause et de prouver la qualité de son programme numérique pour l’élection présidentielle 2017.

Une polémique présidentielle un peu veine ?

fillon drone une programme

Une attitude somme toute logique que ne partage pas Emmanuel Macron. L’ancien ministre de l’Économie, habitué du CES ne fait pas le voyage cette année. Pour certains, comme Jean-Marc Sylvestre pour Atlantico.fr, l’hypothèse la plus probable semble un choix de communication : faire la différence en ne faisant pas comme tout le monde.

Axelle Lemaire, elle, a dénoncé auprès de nos confrères d’Europe 1.fr l’aspect « risible » de la présence du candidat les Républicains : « Je trouve que c’est risible et je ne suis pas certaine que cela participe de la crédibilité de la French Tech à l’étranger si un salon commercial international devient le terrain de jeu d’une élection présidentielle française. C’est de la com pour de la com« .

Si les départs des différents politiques français peuvent créer une tension entre eux, il ne faut pas oublier une chose : le CES 2017 est clairement un événement à ne pas louper. Tout simplement.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.