in , ,

Primaire LR : Que valent les programmes numériques de Fillon et Juppé ?

fillon drone une programme

La primaire de la droite et du centre ne se joue pas sur le programme numérique des candidats sortants du premier tour. Pourtant c’est ce qui nous interroge ici. Qui de François Fillon ou Alain Juppé se démarque avec son projet digital ?

Dimanche 20 novembre dans la soirée, le premier tour de la primaire de droite à l’élection présidentielle a fait émerger deux des sept candidats des Républicains. Surprise, François Fillon a donné raison aux derniers sondages publiés par Ipsos et Odoxa avant le choc politique. Alain Juppé est finalement le second homme de cette course à la présidence. Mais venons à ce qui nous intéresse à présent : le programme numérique des candidats Les Républicains. Que proposent les deux anciens premiers ministres pour les acteurs de l’innovation ? Petit tour des ambitions connectées de Fillon et Juppé.

François Fillon : le « geek » libéral

fillon programme numerique

Commençons par le vainqueur de ce premier tour. Pour le définir, la plupart de nos confrères abusent du terme austère. Pourtant, nous l’avons vu dans l’émission de M6 « Une ambition intime » piloter un Bebop 2, un drone de la marque française Parrot. François est-il un geek qui ne s’assume pas ? D’après l’intéressé, »il y a toujours une petite partie technologique » dans ses loisirs. Cet attrait pour le digital le candidat veut le prouver en « 9 Mesures pour mettre le numérique au cœur de la croissance française de demain ».

Les voici dans les grandes lignes :

  • Généraliser l’enseignement numérique à tous les niveaux;
  • Digitaliser 25 % des manuels scolaires pour dynamiser le secteur du e-learning;
  • Création du poste de Haut Commissaire à la Transformation Numérique (centralisation des décisions sur ce sujet);
  • Établir un quota de 50 % de commandes publiques pour les startups innovantes;
  • Instaurer un service public de l’Open Data respectant le droit des individus;
  • Déduction fiscale pour les investisseurs qui prennent des risques (à la manière du Royaume-Uni);
  • Établir un plan de généralisation du Très Haut Débit par le financement public/privé;
  • Renforcer les mesures de cybersécurité, notamment pour endiguer le cyberterrorisme;
  • Appuyer une équité fiscale au niveau européen entre majors américaines et entreprises de l’UE;

Outre ces mesures principalement économiques, François Fillon s’est dit favorable à l’amplification du secteur de l’E-santé par la généralisation de la télémédecine et du Dossier Médical Partagé. Cette vision libérale et directe se retrouve également chez l’adversaire de la semaine : Alain Juppé.

Alain Juppé : un petit pas pour la démocratie numérique

juppe programme numerique

Alain Juppé est le plus vieux candidat à la course présidentielle. Ses adversaires n’ont eu de cesse de lui rappeler. Véhiculant l’image d’un homme d’expérience, serein, mais vieillissant, il n’apparaît pas comme un fervent amateur du numérique. Pour autant, son programme contient 10 mesures sur le sujet :

  • Adapter l’éducation à l’ère du numérique
  • Créer des formations continues adaptées au digital;
  • « Faire de la France une nation de start-ups » :  supprimer l’ISF pour favoriser l’activité des Business Angels, simplifier l’auto-entrepreneuriat et l’embauche, puis la rupture de contrat;
  • Favoriser l’innovation sous toutes ses formes par l’aide à l’internationalisation, la rationalisation des interventions de BPIfrance, alléger le droit pour expérimenter des modèles d’affaires, etc.;
  • Accélérer l’instauration de l’Industrie du Futur en intégrant un plan de rattrapage numérique pour les PME;
  • « Rénover l’Etat par le numérique », avec la création d’un Chief Technology Office et de « Task Forces »;
  •  Accélérer l’accès au Très Haut Débit sur tout le territoire;
  • Mise en place d’un plan cybersécurité;
  • « Affirmer une souveraineté numérique européenne »
  • Favoriser la démocratie participative à l’ère digitale : suivi en temps réel des travaux du gouvernement et réponses obligatoires du gouvernement aux pétitions de plus de 100 000 participants en trente jours.

Lui aussi, le candidat Juppé veut moderniser la médecine, notamment par l’utilisation des objets connectés et a même évoqué le transhumanisme auprès des journalistes de Slate. Il veut faire de la France le leader de la santé connectée en 2022.

La même recette, un glaçage différent

S’ils n’utilisent pas les mêmes mots, les deux candidats à la primaire de droite présentent des projets similaires, dans un ordre à peu de choses près identique. L’un, François Fillon prône une vision libérale où les mesures financières priment. Il considère le numérique comme un vecteur de croissance pour la France. Si Alain Juppé partage cette idée, une vision plus sociétale se dégage de son programme.

Le fait d’utiliser les termes provenant de l’anglais et l’initiation de mesures de démocratie participative à la sauce digitale prouvent cette volonté.  La présence de Nathalie Kosciuszko-Morizet auprès du maire de Bordeaux semble avoir inspiré cette direction. Très friande de numérique, dans les médias, la femme politique n’en a pas fait étalage dans son projet : elle croit à une transformation de toute la société par les nouvelles technologies. Alain Juppé montre donc une once d’adhésion à cette conception.

En tout cas, si l’un de ses deux candidats prend la tête du pays le programme numérique ne variera que de peu. Les efforts du gouvernement Hollande à ce sujet sont à noter et il faudra pouvoir ne pas faire moins bien que les leviers instaurés autour de la BPI, du label French Tech et de la République Numérique. Ces dispositifs seront essentiels comme la base à évolution des politiques en direction de ce secteur hautement volatile.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.