Accueil > Business > [NetExplo2015] Objets connectés : le succès de la French Tech

[NetExplo2015] Objets connectés : le succès de la French Tech

Par le nombre et la diversité de ses entreprises, aujourd’hui la French Tech s’est fait une place sur la marché des objets connectés. Ce succès était au centre d’une conférence lors du forum NetExplo 2015.

La reconnaissance Outre-Atlantique

Beaucoup d’objets connectés français ont déjà fait leur chemin jusque dans les terres d’Oncle Sam. Notamment les produits de chez Withings ou Parrot. Et il n’est pas rare de voir un Américain s’étonner lorsqu’il découvre que le gadget qu’il vient d’acheter arrive de l’hexagone. Pourtant, on estime à plus de 60.000 le nombre de Français résidant dans la baie de San Francisco, dont 15.000 travaillant dans la Silicon Valley, au sein de start-ups et grands groupes américains, ou bien dans leur propre entreprise. Au CES 2015, 45 marques françaises de plus que l’année dernière étaient présentes. Cependant, c’est bien sur notre sol que l’essentiel de la technologie française voit le jour aujourd’hui.

Withings CES

La France innove mais ne s’impose pas

Une grosse partie des entreprises françaises travaillant sur les nouvelles technologies connectées est composée de jeunes start-ups. Ces dernières voient souvent le jour grâce au financement participatif. Néanmoins la Banque Publique d’Investissement (BpiFrance) accompagne régulièrement une entreprise dans son projet. Récemment, c’est le projet Felin de Parrot qui a bénéficié d’un investissement de 23 millions d’euros.

Pour certains ce n’est pas suffisant. En effet même si on voit l’émergence d’un bon nombre de start-ups françaises, leurs produits ne sont en général qu’un lien entre l’utilisateur et une plateforme étrangère reconnue. Par exemple, une montre connectée fonctionnera la plupart du temps sous Android Wear, l’OS de Google, ou les objets connectés pour la santé via la plateforme Health de Apple. Cependant, il est dur d’imaginer une petite entreprise française imposer sa propre solution face à ces géants américains, même si certains noms ressortent, notamment Parrot ou Withings.

Une Silicon Valley à la française ?

La French Tech est pleine de potentiel, néanmoins, celui-ci n’est pas encore exploité à son maximum. En effet, les entreprises françaises naissent puis évoluent seules, bien que parfois aidées par des fonds d’investissement. Les plus gros piliers de l’industrie hexagonale (au sens large), comme Airbus, pourraient bénéficier de tous ces jeunes entrepreneurs, ingénieurs et développeurs français. Mais ils restent sur leurs acquis, ne se préoccupent pas des objets connectés et se contentent du marché qu’il se sont approprié. Cela pourrait être une erreur qui risquerait de coûter chère à l’avenir. Car avec l’explosion des objets connectés, il serait dommage de rater le train en marche. Si les américains sont les poids lourds dans le marché des nouvelles technologies, c’est bien parce que des grands pôles de recherche et développement se sont créés lorsque la tendance s’est  faite ressentir. Alors si la French Tech veut avoir la chance de rivaliser avec eux dans les années à venir, il va falloir qu’elle investisse aussi dans des réseaux entre grands groupes industriels, jeunes entreprises et universités. Au final, ce qu’il nous faudrait, c’est une Silicon Valley à la française.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Send this to a friend