Accueil > Ecosystème IoT > Fusion-acquisition > Rachat de Fitbit par Google : le DoJ américain ouvre une enquête
google fitbit données

Rachat de Fitbit par Google : le DoJ américain ouvre une enquête

Selon le New York Post et Reuters, le Department of Justice des États-Unis aurait décidé d’ouvrir une enquête sur l’acquisition de Fitbit par Google. L’enquête aurait pour but de vérifier si ce rachat représente une menace pour la protection des données personnelles des utilisateurs de bracelets connectés Fitbit…

En novembre 2019, le petit monde de l’internet des objets était secoué par une fracassante nouvelle : le rachat de Fitbit, le leader mondial du marché des bracelets connectés, par Google. Une acquisition qui permet au géant de Mountain View de se hisser directement au sommet du marché des wearables, et d’enfin concurrencer son rival Apple et sa fameuse Watch sur ce secteur.

Cependant, dès le jour de l’annonce, de nombreux utilisateurs ont exprimé leurs craintes de voir Fitbit fournir toutes les données personnelles collectées par ses accessoires connectés à Google. Plusieurs groupes de protection de la vie privée et autres associations de consommateurs ont également réclamé que le gouvernement américain interdise cette acquisition.

À présent, selon un rapport publié par le New York Post, le Department of Justice des États-Unis envisage d’enquêter sur l’acquisition et plus précisément sur la nature exacte des données que Fitbit cédera à Google. Reuters a également confirmé l’information.

Rachat de Fitbit par Google : le DoJ craint une menace pour la confidentialité

Toujours selon le New York Post, la Federal Trade Commission (FTC) aurait elle aussi des soupçons quant à cette importante fusion entre deux poids lourds. Cependant, le DoJ avait déjà ouvert en septembre 2019 une enquête de grande envergure sur les pratiques anti-concurrentielles de Google. Il avait réclamé des documents à la firme californienne.

En juillet 2019, une enquête massive sur tous les géants de la tech avait également été annoncée. Cette enquête est censée se focaliser sur les réseaux sociaux, les moteurs de recherche et certains services de vente au détail. De son côté, la FTC a reçu l’autorisation d’enquêter sur Facebook et Amazon.

Ces doutes quant aux véritables intentions de Google sont liés à son modèle économique. Contrairement à Apple, qui siège en maître sur le marché des smartwatches, l’activité principale de Google repose sur le ciblage publicitaire, la collecte de données, et les services numériques. Il est donc probable que les données collectées par les bracelets Fitbit l’intéressent nettement plus que l’argent rapporté par la vente de ces appareils…

Même si le DoJ n’a pas encore communiqué officiellement sur l’ouverture de cette enquête, le responsable des enquêtes sur les pratiques anticoncurrentielles, Makan Delrahim, a laissé échapper quelques indices. Lors d’une conférence en novembre 2019, peu après le rachat de Fitbit par Google, il avait ainsi affirmé que ce serait  » une grave erreur de croire que les craintes liées à la confidentialité ne peuvent jamais jouer de rôle dans les analyses antitrust « …

Il avait ensuite étayé son propos en expliquant que  » sans compétition, une entreprise dominante peut aisément réduire la qualité, notamment en réduisant les protections de la confidentialité, sans pour autant perdre d’utilisateurs « . Tout porte donc à croire que les risques pour la protection de la vie privée sont la principale préoccupation du DoJ concernant ce rachat…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *