project owl

Project OWL : l’IoT en open source pour la gestion de catastrophes naturelles

La Fondation Linux héberge le micrologiciel open source pour le projet OWL, vainqueur de l’IMB Call for code challenge. Le dispositif vise à rétablir les communications d’urgence en cas de catastrophe naturelle. Les développeurs travaillent donc sur comment favoriser la connectivité entre les premiers intervenants et les civils pendant ou après les catastrophes naturelles.

La fondation Linux héberge le projet OWL, vainqueur de l’IBM call for code challenge de 2018

La Fondation Linux vient d’annoncer qu’elle allait héberger le projet OWL, vainqueur de l’IMB Call for code challenge en 2018. Pour rappel, cette dernière est une initiative qui cherche à promouvoir les technologies de type blockchain qui vise à mieux se préparer aux catastrophes naturelles. En ce sens, la fondation invite les développeurs à créer des solutions ad hoc dans le cadre d’un concours.

Pour le projet OWL, gagnant de l’édition 2018, le dispositif mis en place est baptisé «DuckLinks». Ce dernier aide à établir rapidement la connectivité et à améliorer la communication entre les premiers intervenants et les civils qui en ont besoin. Cela a pour but de faciliter l’organisation des secours, la localisation des victimes (entre autres) et le déploiement de la logistique pendant ou après les catastrophes naturelles.

Présentation et principe de fonctionnement de «DuckLinks»

«DuckLinks» est un dispositif du projet OWL (Organization, Whereabouts and Logistics traduit par Organisation, Localisation et Logistique). La version open source du firmware OWL peut rapidement transformer un appareil sans fil en «DuckLinks», un nœud de réseau maillé capable de se connecter à n’importe quels autres appareils mobiles situés dans son périmètre. L’idée est de fournir un réseau de communication là où l’infrastructure est dégradée ou inexistante. Les dispositifs IoT du projet OWL, «DuckLinks», peuvent être déployés ou activés en cas de catastrophe.

réseau ducklink

Les organisateurs de l’IMB Call for code challenge ont déclaré que cette version marquait une étape importante dans le développement du protocole ClusterDuck sur lequel les DuckLinks sont construits. Les développeurs de l’open source travaillent avec IBM et la Fondation Linux pour itérer ce protocole. Ce n’est là qu’un point de départ, mais il reste beaucoup d’efforts à fournir dans un spectre plus large, à un niveau mondial.

Avec Project OWL, un portail central se connecte aux DuckLinks alimentés à l’énergie solaire, par batterie et résistants à l’eau sur le terrain. Cela génère un réseau local (LAN) à l’aide d’un portail captif Wi-Fi. Ce dernier est alimenté par une connectivité radio à longue portée à basse fréquence (LoRa).

IBM Call for code challenge : le projet OWL ou la force de l’open source

Michael Dolan, vice-président des programmes stratégiques à la Fondation Linux souligne la force de l’open source, comme les solutions proposées par le projet OWL. Il dit que «La capacité de créer des solutions à partir de technologies open source auxquelles les communautés, les intégrateurs et les organisations de secours ont accès en cas de catastrophe peuvent contribuer à aider le monde à appliquer plus efficacement les ressources techniques sans avoir à recréer une série de technologies à chaque fois.»

«C’est là le pouvoir de l’open source. Nous pouvons mobiliser une communauté de développeurs pour résoudre de vrais problèmes, partager les résultats et les améliorer», a-t-il ajouté.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *