Accueil > Distribution > E-Commerce > Chronodrive et les objets connectés : innover pour ne pas lasser
Lancement Izy par Chronodrive

Chronodrive et les objets connectés : innover pour ne pas lasser

Chronodrive, le service de livraison de courses Drive disposant de 61 points relais en France lance un service de listes intelligentes associé à un objet connecté : Hiku, pour faciliter la création de listes de courses pilotées par terminaux mobiles. Nous les avons rencontré lors de leur conférence de presse à Lille, le 18 mars. L’occasion d’entendre leur vision du marché des objets connectés. 

Après la frénésie, Chronodrive rationalise son offre et lance un nouveau service

 Après une période de frénésie et une croissance exponentielle, Chronodrive, qui affiche 450 millions d’euros de chiffre d’affaires fin 2014,  a choisi de fermer 14 points de vente en France. Une décision motivée par une volonté de rationalisation financière. Depuis, Chronodrive annonce le repositionnement de 30% des collaborateurs à la fin février. 229 emplois étaient concernés dont 107 sont des emplois étudiants à temps partiel, selon Bernard Avril, nouveau Directeur Général de Chronodrive, et ami de longue date du co-fondateur Ludovic Duprez.

Bernard Avril n’est pas un inconnu de l’enseigne, puisqu’il a été administrateur de Chronodrive depuis sa création. Il a rejoint l’équipe en tant que Directeur Général cette semaine et participait le 18 mars à une conférence de presse autour du lancement d’Izy, un nouveau service connecté proposé par Chronodrive.

Chronodrive
Bernard Avril, lors de la conférence Chronodrive pour le lancement du service connecté Izy

 

Pour lancer sa nouvelle offre, la communication de Chronodrive est bien rôdée avec une journée scindée en deux épisodes : une conférence de presse réunissant des journalistes de presse généraliste (seul OBJETCONNECTE.COM est présent en tant que représentant du secteur high-tech et objets connectés), et le soir, un événement plus « corporate » réunissant clients de Chronodrive bêta-testeurs, fournisseurs et équipe de Chronodrive. Une ambiance « à domicile » pour une soirée cernée autour de l’analyse du marché des objets connectés.

Chronodrive et hiku, une histoire franco-californienne

C’est à San-José en Californie que Chronodrive est allé chercher la vedette de son nouveau service e-commerce. Rob Katcher est le fondateur de hiku, un petit objet rond destiné à faciliter l’expérience du client dans son parcours d’achat. Avec ce petit boîtier blanc doté d’un simple bouton gris, vous pouvez au choix cliquer et scanner vos articles à la maison ou dans votre magasin, afin de recenser le produit, ou bien cliquer et parler pour enregistrer grâce au système de reconnaissance vocale le nom de l’aliment ou du produit souhaité. Appairé à votre smartphone ou tablette, via l’application mobile Chronodrive, hiku va générer pour vous une liste de courses que vous allez pouvoir modifier à votre guise. Ajouter des produits complémentaires, ou encore sélectionner exactement la marque souhaitée, si vous avez juste dit « beurre ». Bref, Chronodrive surfe sur la vague des objets connectés et espère ainsi fidéliser un maximum de clients. 

hiku pour Chronodrive
Rob Katcher, fondateur de l’hiku

L’objet connecté dans le retail : bientôt une seconde nature ?

C’est lors de la conférence du soir qui réunit un panel « d’experts », parmi lesquels on retrouve Yann Kervarec, responsable commerce digital à Euratechnologies, Thibault Bayart, Directeur conseil chez l’agence digitale Ikomobi, mais aussi Thierry Coquet, Responsable Développement E-Commerce chez Nestlé France, que l’on en apprend plus sur l’intérêt de Chronodrive pour les objets connectés.

Chronodrive
Yann Kervarec, lors de la table ronde de Chronodrive autour des objets connectés

Après des explications pédagogiques autour de « Qu’est-ce qu’un objet connecté » et à quoi cela sert-il, la fameuse « évangélisation » du consommateur que beaucoup de marques pratiquent afin de justifier l’emploi de ces petits appareils sensés faciliter et rendre plus fun l’expérience de l’usager, l’équipe de l’enseigne de livraison vient appuyer son discours d’un nouveau spot publicitaire (voir vidéo en Une) représentant un petit garçon qui parle avec une voix d’adulte…une métaphore simple à comprendre : hiku et Izy : c’est un jeu d’enfant. Pour l’occasion, l’acteur principal du spot, une tête blonde de onze ans, vient même sur scène faire un petit speech plutôt amusant, pour inciter la foule à utiliser l’appareil connecté hiku.

Pour Chronodrive, l’un des points de référence majeur de l’objet connecté, c’est la keynote Apple autour de l’Apple Watch, notamment. Un point de repère pour le consommateur, un premier pas dans la banalisation de ces objets qui fleurissent autour de nous, et s’insèrent dans notre quotidien, que nous le voulions ou non. Le but des commerciaux, chez Chronodrive : nous faire apprécier le service rendu par ce petit objet, le hiku, et que cela devienne une seconde nature. Ainsi, Chronodrive a proposé à 150 de ses clients de tester l’objet afin de se familiariser à son utilisation.

Opération séduction pour consommateur exigent ?

Bernard Avril réaffirme lors de la soirée la volonté de l’enseigne de séduire par l’innovation. Une opération séduction face à un consommateur jugé toujours plus exigent et plus rapide que les marques à changer ses usages. C’est Thierry Coquet de Nestlé France qui résumera le mieux la situation : « Les consommateurs ont changé. Ils ont subi la crise de 2008 et ils sont passés d’un pouvoir d’achat à un vouloir d’achat. Maintenant on peut acheter quand on veut, à toute heure. Les smartphones sont la pierre angulaire de l’achat. Il faut a présent bien connaître le client qui lui, est déjà ultra connecté. Il faut bien penser que désormais, le consommateur veut vivre une expérience. » 

Côté marché, Julie Leconte étale des chiffres déjà bien connus des statisticiens de l’IoT :

[blockquote style= »2″]Selon des études publiées par Havas Media, Harris Interactive et Gartner aux Etats-Unis, il y a aujourd’hui entre 3 et 5 milliards d’objets connectés dans le monde. Un apogée du marché est prévu d’ici 2020, avec entre 30 et 80 milliards d’objets connectés dans le monde. Cela représente 30 objets connectés par foyer, 57 % des consommateurs français se disent conscients que les objets connectés deviendront aussi importants que les smartphones. Mais il reste des freins à cet engouement : l’utilité des objets, qui doivent rendre un service (ce qui n’est pas toujours le cas), certains sont encore considérés comme des gadgets. Leur complexité technologique. Mais aussi le prix, ils restent assez élevés en moyenne, il est difficile d’en trouver à moins de 80 euros. Pourquoi le retail doit s’intéresser à leur usage ? Parce que le consommateur ne se satisfait plus que de la vente de produits, il lui faut aussi du service.[/blockquote]

Appli Chronodrive
L’application Chronodrive, combinée au hiku permet de dicter ses courses au boîtier et de retrouver la liste directement sur son smartphone, à condition d’avoir appairé le boîtier et d’être connecté au wifi

Parmi les nouveautés également annoncées par le service de livraisons, un nouveau site plus simple devrait bientôt voir le jour.

Le mot de la fin ? Pour Chronodrive, le futur de la grande distribution sera contextuel, les capteurs seront intégrés à notre vie de tous les jours. Partout où il y aura un besoin, la technologie sera là pour le combler. Le service connecté Izy est disponible sur leur site Internet depuis le 18 mars au soir, il comprend la liste intelligente et le boîtier connecté.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Send this to a friend