in

Cloud hybride et l’IA : le combo gagnant pour l’évolution technologique

Cloud Hybride et l'IA

Arvind Krishna, le PDG d’IBM estime que le cloud hybride et l’lA (intelligence artificielle) font partie des nouveaux leviers de productivité et de développement technologique. Ils constituent également une solution pérenne pour  réduire les problèmes socio-économiques.

Avec  l’inflation, les changements démographiques et l’instabilité géopolitique – avec en tête la guerre russo-ukrainien- les prochaines générations de technologies de productivité seront construites sur la base de deux technologies émergentes : le cloud hybride et l’IA. C’est en tout cas le point de vue partagé par Krishna lors du Six Five Summit 2022.

Selon lui, si l’on se réfère à l’évolution de l’industrie des semi-conducteurs, on peut observer que le graphique de la croissance du PIB mondial et les courbes de productivité du secteur des semi-conducteurs sont sensiblement les mêmes. Or, nous savons aujourd’hui que la productivité est intimement liée à la technologie. Et que le capital humain ne peut malheureusement pas s’étendre au même rythme que le cloud. Ainsi, le cloud et l’IA permettent de faire face de manière efficiente aux limitations humaines.

Prenons l’exemple du rôle que joue lintelligence artificielle dans la cybersécurité. Une récente expérience de l’IBM permet d’ailleurs de le mettre en évidence. En effet, alors que l’entreprise était le fournisseur technologique du tournoi de golf Masters, l’Intelligence artificielle leur a permis de lutter contre  40 millions d’attaques.

Cloud hybride et l’IA au service des données

C’est un fait ! La mise en place d’un réseau transparent, sans contact et accessible en temps réel est une composante essentielle du succès des solutions reposant sur la navigation. C’est dans ce contexte que la combinaison du cloud hybride et de l’IA prennent leur véritable dimension.

De fait, l’intelligence artificielle permettra de pousser les performances, l’accessibilité et la flexibilité offertes par le cloud. En effet, l’intégration de l’IA à une technologie de Cloud hybride va permettre d’automatiser le contrôle des données. De plus, avec les milles millions d’octets de données générées chaque  jour, seule une plateforme de cloud hybride reposant sur l’IA est capable d’assurer une bonne gestion et traitements d’autant de données.

Entre autres, l’IA va permettre d’optimiser les flux et rendre les données accessibles sans délai à l’usage observé.

IBM et SAP : une collaboration stratégique

Pour propulser le cloud hybride et l’IA à un niveau supérieur, IBM a annoncé en février dernier la signature d’un accord avec SAP, un éditeur de progiciels. L’objectif ? Aider leurs clients à transférer la planification des ressources de leurs entreprises (ERP) vers le cloud. Ainsi, SAP a été désigné par IBM comme le fournisseur leader de son service RISE with SAP.

Pour rappel, depuis l’acquisition de Red Hat en 2018, la stratégie de cloud hybride d’IBM repose en grande partie sur ses efforts commerciaux.

C’est d’ailleurs dans cette optique que l’entreprise centenaire de l’informatique a décidé de se détacher de ses services d’infrastructure informatique en 2021. Une décision qui a donné naissance à Kyndryl. Il s’agit d’une entreprise indépendante spécialisée dans la vente de logiciel cloud computing et l’analyse de données.

Notons qu’IBM dispose également depuis 2020 de son propre service de cloud hybride basé sur une architecture ouverte. Il s’agit d’IBM Cloud for Telecommunications. Ce dernier intègre en outre IBM Cloud Satellite, Red Hat OpenShift,  IBM’s Edge Application Manager et Telco Network Cloud Manager.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.