Accueil > Ecosystème IoT > Dix ans d’IoT : comment l’Internet des Objets a changé depuis 2010
histoire iot

Dix ans d’IoT : comment l’Internet des Objets a changé depuis 2010

Au fil des années 2010, l’Internet des Objets a beaucoup évolué et restera l’une des technologies qui ont marqué la décennie. Avant de fêter le Nouvel An, nous vous proposons un retour sur les dix ans d’IoT qui s’achèvent ce soir…

Alors que nous entrerons en 2020 dans quelques heures, force est de constater que l’Internet des Objets est désormais omniprésent. Dans un avenir proche, il est probable que tous les objets sans exception soient connectés à internet.

Il y a 10 ans, pourtant, l’IoT était encore une technologie confidentielle. Selon Statista, on comptait à peine 900 millions d’objets connectés à l’échelle mondiale. En 2020, ce nombre pourrait atteindre 20 milliards…

Comment est né l’Internet des Objets ?

Le terme  » Internet des Objets  » fut inventé en 1999. Le premier appareil IoT est une machine à Coca-Cola installée à l’université Carnegie Mellon dans les années 80, et capable de transmettre ses niveaux de stock via l’ARPANET.

Ce concept a continué à évoluer au fil des années. C’est en 2010 que l’humanité a réellement commencé à vouloir connecter tous les appareils électroménagers à internet pour simplifier le quotidien. Du frigo au grille-pain connecté, l’IoT a alors pris tous nos appareils d’assaut quitte à friser, par moments, le ridicule…

Où en est l’IoT en 2020 ?

Au fil des deux dernières années, l’Internet des Objets a connu un essor particulièrement fulgurant. À l’heure actuelle, même votre brosse à dents est peut-être connectée à internet. Le phénomène a pris une telle envergure que l’utilité réelle de l’IoT est parfois remise en question

Cependant, cette technologie est réellement révolutionnaire. Elle se révèle particulièrement pertinente avec les assistants vocaux comme Amazon Echo et Google Home permettant de contrôler sa maison connectée au son de sa voix.

Le confort s’en trouve véritablement accru au quotidien, et cette innovation a rapidement conquis le grand public. En 2018, plus de 47 millions d’Américains utilisaient une enceinte connectée.

De même, grâce à l’IoT, les Smart Cities peuvent désormais mieux gérer le trafic routier et la consommation d’électricité. En résultent des villes plus agréables à vivre, plus respectueuses de l’environnement et plus sûres.

Les voitures autonomes, embarquant différents capteurs IoT pour détecter les obstacles et se repérer sur les routes, sont aussi une preuve de l’utilité réelle de cette technologie. Ces véhicules sans pilote vont rendre les routes plus sûres, et nous permettre de gagner un temps fou puisque nous n’aurons plus à conduire.

L’IoT s’est aussi frayé une place dans les entreprises par le biais de l’internet des objets industriels (IIoT). Les équipements industriels peuvent être équipés de capteurs à des fins de maintenance prédictive et de contrôle centralisé, et c’est une véritable révolution…

Quel futur pour l’Internet des Objets ?

Un long chemin a été parcouru depuis l’invention de l’IoT. À présent, l’heure est venue de se tourner vers le futur.

En 2020, le déploiement de la 5G va permettre d’accélérer considérablement le transfert des données des objets connectés. De même, les premières constellations de satellites dédiés à l’IoT vont permettre une connectivité même dans les endroits les plus reculés du monde. De nouvelles possibilités vont donc voir le jour.

Au fil des années à venir, il sera toutefois nécessaire de renforcer la sécurité des objets connectés. Ce point a été largement négligé par les constructeurs jusqu’à présent, et l’internet des objets est actuellement extrêmement vulnérable aux cyberattaques au point que de nombreux experts s’inquiètent.

Les hackers peuvent aisément enrôler des appareils connectés pour former des armées de botnets ou prendre le contrôle d’un véhicule autonome. Il est primordial de remédier à ce problème pour pouvoir continuer à profiter de cette technologie…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *