smart city 2020 idc

Smart City 2020 : IDC prédit les grandes tendances pour les 10 ans à venir

Quelles seront les grandes tendances de la Smart City et les défis à relever au cours des années 2020 ? Les analystes de IDC délivrent leurs 10 prédictions…

Alors que les grandes villes du monde entier ont déjà entamé leur transformation, la Smart City sera sans nul doute l’un des grands enjeux des années 2020. Dans ce contexte, les analystes de IDC dévoilent leurs prédictions pour la décennie à venir concernant la  » ville intelligente « …

Leurs prédictions sont réparties en cinq catégories principales : la sécurité publique, l’utilisation des données, la pénurie de talents, la confiance numérique, et l’impact macro-économique de la technologie.

Smart City 2020 : les prédictions de IDC

En premier lieu, les analystes évoquent les principaux défis à relever pour les municipalités. Selon leurs dires, en 2020, 10% à 30% des projets IoT échoueront. Ces échecs seront en grande partie liés à de mauvaises mesures de performances, à une faible compréhension des produits, et à un manque de financement.

D’ici 2021, 75% des technologies de sécurité publique devraient être encadrées de façon stricte pour faire face à la pression des citoyens et des groupes de protection de la vie privée. De même, d’ici 2022, 50% des grandes villes développeront des politiques d’éthique de données pour définir comment et quelles données peuvent être collectées, utilisées et partagées.

En 2023, 25% des plateformes de jumeaux numériques de Smart Cities seront utilisées pour automatiser les processus liés à des écosystèmes de produits et d’assets interconnectés de plus en plus complexes. La même année, 20% des incidents de cybersécurité seront liés aux déploiements d’appareils IoT dans les villes connectées.

En 2024, 90% des villes émergentes et 20% des villes existantes à l’échelle mondiale adopteront des capacités de planification d’espace numériques et de nouvelles régulations pour profiter des bienfaits de l’économie de partage.

En outre, 70% des postes de Data Scientist resteront à pourvoir. Il serait donc nécessaire d’investir dans les systèmes d’automatisation des processus robotisés et d’intelligence artificielle afin d’augmenter les capacités de traitement des données sans avoir à recourir à du personnel humain.

Toujours en 2024, un tiers des cas d’usage de la Smart City seront impactés par la 5G et 75% des grandes villes utiliseront la 5G pour des services clés tels que les centres de crime en temps réel, la connectivité V2L et les stades connectés. Enfin, en 2025, 25% des grandes villes du monde auront installé une infrastructure de véhicule connectée reposant sur la 5G ou la DSRC.

Selon Ruthbea Yesner de IDC, le changement climatique devrait également jouer un rôle clé dans la tournure que prennent les projets de Smart City. Il s’agit de l’une des problématiques auxquelles la ville connectée peut, et doit remédier. Les villes devront permettre aux citoyens de s’adapter, et de réagir au réchauffement climatique.

Smart City 2020 : les défis à relever

À l’heure actuelle, IDC estime que plus de 35% des villes ont déployé un projet IoT tandis que 12% en ont développé un sans l’avoir encore lancé. Dans le cadre d’un sondage mené par les analystes, toutefois, les municipalités expliquent que ces projets ont échoué à cause d’un manque de compétences en interne, de budgets limités, et d’un manque de compréhension des bienfaits apportés par la technologie.

Ainsi, le manque de ressources ou de personnel qualifié est l’un des principaux obstacles au succès des projets IoT. De même, la difficulté à mesurer ou identifier les résultats de ces projets fait figure de barrière à la réussite. Par exemple, sachant que de nombreuses villes américaines payent une facture d’électricité fixe, leurs dirigeants ne voient pas d’intérêt économique à remplacer les éclairages par des LED.

Pour finir, IDC estime que, d’ici 2023, 20% des incidents de cybersécurité seront liés aux déploiements d’appareils IoT dans les Smart Cities. Il sera donc impératif de doubler les budgets liés aux logiciels de cybersécurité et à la formation d’équipes de cybersécurité. Ces dernières devront mettre en place des stratégies permettant de sécuriser l’utilisation des capteurs et d’assurer la protection des données.

Les municipalités devront impérativement instaurer un climat de confiance à l’égard des nouvelles technologies. Pour ce faire, il est impératif de mettre en place une politique transparente quant à l’utilisation des données. Cette initiative permettra de faire face aux craintes liées à l’émergence des technologies de surveillance.

Si les citoyens peuvent généralement accepter la collecte de données par des entreprises privées, ils sont beaucoup plus réticents lorsqu’il s’agit du gouvernement ou d’une ville. Les défenseurs de la confidentialité craignent notamment que les activités quotidiennes des citoyens soient de plus en plus surveillées et que les données biométriques soient détournées.

Smart Cities 2020 : la 5G pour la communication entre véhicules et infrastructure ?

smart city véhicules

D’après IDC, de manière générale, le nombre de projets IoT devrait diminuer. En revanche, les citoyens auront un rôle plus important à jouer dans l’évolution de leurs villes.

En outre, les véhicules communiqueront davantage avec les infrastructures telles que les feux de signalisation, les passages piétons ou les panneaux stop. Néanmoins, il sera nécessaire de choisir le protocole le plus adéquat.

Alors que les municipalités ont investi massivement dans les technologies de type vehicule-to-infrastructure (V2I) à courte portée (DSRC) au fil des dernières années, la 5G pourrait finalement se révéler plus pertinente. Certains constructeurs tels que BMW, Mercedes et Ford optent pour la 5G tandis que d’autres, tels que General Motors et Volkswagen, penchent davantage pour la DSRC.

D’ici 2025, IDC prédit que 25% des grandes villes du monde auront choisi l’un de ces deux standards et installé une infrastructure V2I. Il est recommandé pour les villes de travailler en étroite collaboration avec les régulateurs et les constructeurs automobiles, pour s’assurer de minimiser le coût de l’investissement. La façon dont les services, le stockage et les applications évolueront au fil du temps doit aussi être prise en compte.

Au total, les villes et gouvernements devraient dépenser un total de 196 milliards d’ici 2023 sur les projets de Smart City. Cet argent sera principalement investi dans les systèmes de surveillance, le transport en commun et l’éclairage intelligent.

smart city 2020 priorités

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *