in

Smart city : Huawei fait face à un blocage de la reconnaissance faciale

huawei

La mise en œuvre d’un projet de smart city en Serbie prévoit l’installation de caméras de surveillance Huawei avec reconnaissance faciale. Cependant, l’initiative inquiète les défenseurs des droits numériques et même certains membres du Parlement européen.

Les initiatives de Huawei en matière de smart city ont commencé par un projet pilote dans la capitale Belgrade. Selon un rapport de Wired, ce programme est vue comme un succès. Cependant, il a suscité des critiques de divers acteurs. En effet, il n’existe toujours pas de cadre juridique pour sa mise en œuvre.

Smart city : un obstacle lié au système de reconnaissance faciale de Huawei

Un accord de partenariat stratégique pour la mise en œuvre du projet de smart city a été signé en 2017 entre les autorités serbes et Huawei. En plus, une annonce de l’installation de 1 000 caméras intelligentes, ayant un logiciel de reconnaissance faciale avancé, a suivie cette entente.

pcloud

Mais après le déploiement des caméras, les autorités affirment que le système de reconnaissance faciale et de traitement des données biométriques n’est pas encore opérationnel. En effet, les démarches pour mettre en place les instruments juridiques requis dans le pays sont en cours.

En outre, les inquiétudes entourant le partenariat avec Huawei ne cessent de croître. Parmi les craintes soulevées par les experts et les défenseurs des droits numériques figurent le manque de transparence du gouvernement serbe. Ce dernier se voit reprocher de ne pas fournir suffisamment d’informations sur divers aspects liés au déploiement du projet de ville intelligente.

Le parlement européen a également fait part de ses préoccupations concernant le projet. En effet, un groupe de parlementaires a écrit aux autorités serbes en avril 2021. Il a dénoncé le projet et réclamé de plus amples informations sur l’achat et l’installation du système par Huawei.

Smart City Huawei

Une telle décision fait suite au malaise grandissant de l’Europe face à l’influence croissante de la Chine dans la région des Balkans occidentaux. Elle résulte des relations « douteuses » du gouvernement chinois avec le géant de la technologie.

Huawei risque un procès pour son projet de surveillance au Pakistan

Par ailleurs, le géant chinois de la technologie fait face à une bataille juridique devant un tribunal fédéral américain. Selon le Wall Street Journal, il aurait volé la technologie d’un entrepreneur dans le cadre de la mise en œuvre d’un projet de surveillance d’une ville sûre au Pakistan.

Dans un procès engagé en Californie, Business Efficiency Solutions a, en outre, allégué que Huawei l’avait poussé à construire un système permettant d’accéder à des informations sensibles. Ce géant l’avait menacé de mettre fin à leur collaboration si elle ne construisait pas ce programme dupliqué. En fait, ces informations concernent des fonctionnaires et des citoyens dans le cadre d’un projet de surveillance de la ville de Lahore.

Les informations auxquelles Huawei a finalement eu accès dans la base de données pakistanaise auraient été « importantes » pour la sécurité nationale du pays.

Huawei a toutefois nié tout acte répréhensible, déclarant au Journal qu’il n’y avait aucune preuve qu’elle avait installé des portes dérobées.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *