in

AaaS : tout savoir sur l’Automation-as-a-Service

AaaS
Advertisement

Grâce à l’adoption croissante de l’apprentissage automatique et de l’intelligence artificielle, l’AaaS ou Automation as a Service connaît une croissance significative. Le chiffre d’affaires de ce marché devrait enregistrer un TCAC de 26,9 % sur une période de prévision de 2021 à 2026.

L’AaaS a pour but d’aider à gérer un nombre croissant d’activités quotidiennes. Ces services, qu’ils soient personnels ou professionnels, permettent d’améliorer la gestion des processus métier et bien plus encore. Pour les propriétaires d’entreprises, les dirigeants, les services informatiques et les employés ambitieux, l’AaaS peut être une véritable aubaine. Découvrez pourquoi.

Définition de l’automatisation en tant que service

L’AaaS désigne un service que les fournisseurs proposent aux entreprises cherchant à mettre en œuvre des projets d’automatisation à grande échelle. En fait, ce service implique généralement l’identification de cas d’utilisation et de solutions d’automatisation. Il comprend également la mise au point, le test et le déploiement de ces dernières la fourniture de services de soutien à la production. 

En outre, Reports and Data présente l’Automation as a Service comme « des services automatisés adaptatifs offerts par des sociétés technologiques à divers secteurs verticaux de l’industrie. En effet, ils visent à optimiser le déroulement des processus et à augmenter la productivité de manière substantielle. De son côté N-iX le définit comme « un ensemble de services offerts par des sociétés technologiques aux entreprises. Leur objectif consiste à automatiser le déroulement des processus et d’augmenter leur productivité ». 

Plusieurs rapports de marché indiquent qu’il existe deux types d’AaaS. Notamment l’automatisation basée sur les connaissances et sur les règles. La première repose en grande partie sur l’intelligence artificielle (IA), tandis que la seconde est définie par des règles « si-alors ». 

AaaS : cas d’utilisation 

SMA Technologies propose une offre d’AaaS appelée Managed Automation Services (MAS). Cette société cite quelques exemples d’applications ou de cas d’utilisation de l’AaaS dans le secteur bancaire. 

advertisement

Elle indique que ces services peuvent être utilisés pour raccourcir les délais de traitement des chambres de compensation automatisées (ACH). En outre, ils améliorent le traitement des exceptions ACH et réduisent les erreurs liées à l’ACH. L’Automation as a Service permet également de simplifier le traitement des hypothèques ou des prêts et de libérer le temps des employés de banque pour des tâches plus productives. 

La mise en œuvre de cette solution rend l’expérience bancaire plus rapide et sans erreur pour les clients. En outre, les banques se fient parfois aux fournisseurs d’AaaS pour soutenir leurs plans d’urgence ou de reprise après sinistre.  

Le McKinsey Global Institute a constaté que 40 % des activités du secteur des services financiers peuvent être entièrement automatisées. Les décaissements, les opérations générales et la gestion des revenus sont d’excellents domaines susceptibles d’être entièrement automatisés.

Aaas : les conditions requises pour le mettre en place

L’AaaS implique une collaboration entre le fournisseur et le client, de sorte que chaque partie doit désigner leurs représentants. Pour ce faire, ces deux parties doivent identifier ensemble les cas d’utilisation de l’automatisation afin de déterminer les processus à automatiser entièrement.  

Le fournisseur, en tant qu’expert ou spécialiste, aide le client dans ce processus en listant les exemples les plus courants. De son côté, le demandeur doit se baser sur ces pratiques fréquentes pour déterminer ses propres besoins d’automatisation. Le fournisseur doit également conseiller le client sur les besoins en infrastructure.

Automation as a Service : comment le mettre en œuvre ?

D’après la façon dont les fournisseurs décrivent leurs offres d’AaaS, il semble que la mise en œuvre de l’AaaS soit divisée en trois étapes clés. Ces dernières comprennent l’identification du cas d’utilisation, le conseil, la construction et le support.

Par exemple, Hexaware divise son offre d’Automation as a Service en trois étapes à savoir :

  • L’identification du cas d’utilisation, 
  • La phase de conseil où les experts du domaine analysent les étapes actuelles et développent des étapes automatisées.
  • La phase de construction et de support. Les solutions automatisées sont développées, testées, déployées et maintenues. Cette étape est parfois divisée en :
    •  entrée pour l’engagement, 
    • bureau du programme d’automatisation, 
    • usine de robots d’automatisation, 
    • test, 
    • production, 
    • et support et maintenance. 

Micro Focus, un fournisseur de logiciels d’entreprise, présente son offre AaaS de manière similaire. Il divise son offre AaaS en plusieurs phases : identification des cas d’utilisation et des candidats à l’automatisation, usine d’automatisation et gouvernance. 

Dans la première phase, les projets d’automatisation sont tirés d’un ensemble de cas d’utilisation communs soumis par le fournisseur et de cas d’utilisation uniques soumis par le client. Ensuite, les solutions d’automatisation se planifient, s’analysent, se hiérarchisent et se construisent en plusieurs étapes. Les services d’exploitation et de support, les services de mesure des indicateurs clés de performance et du retour sur investissement se déroulent au cours de la troisième phase.

AaaS : comment l’IoT ouvre la voie à l’automatisation en tant que service ?

L’IoT est crucial pour l’Automation as a Service et permet d’automatiser un nombre croissant de tâches. Accenture estime que l’IoT industriel contribuera à hauteur de 14 200 milliards de dollars environ à la production mondiale d’ici à 2030.

L’AaaS et l’IoT tireront une grande partie de leur valeur du flux massif de données provenant des dispositifs IoT. Avec l’augmentation des flux de données, davantage de décisions pourront être automatisées en temps réel. De ce fait, la gestion des services deviendra plus facile et plus pratique. De plus, les décisions basées sur les données favorisent la prise de décisions à partir des meilleures données disponibles.

L’automatisation en tant que service se combine également avec l’automatisation des processus robotiques (RPA) et l’automatisation des processus métier (BPA). Cette combinaison offre aux entreprises la possibilité d’améliorer considérablement la manière dont les processus métier sont gérés, résolus et fournis. Cette évolution contribue à renforcer considérablement l’engagement des employés, qu’il s’agisse des travailleurs de première ligne ou des cadres supérieurs.

En outre, les services informatiques peuvent tirer un avantage considérable de l’AaaS. De nombreux départements informatiques se retrouvent submergés par des tâches répétitives et chronophages. Des erreurs et des oublis mineurs risquent également de causer d’énormes maux de tête. Cependant, les outils d’automatisation permettent de réduire ces erreurs et d’automatiser les tâches fastidieuses.

Aaas : orchestrer le data center 

Les centres de données s’étendent désormais bien au-delà des serveurs et des équipements sur site de votre entreprise. Un centre de données moderne comprendra également des services cloud et externes. Avec l’automatisation en tant que service, un département informatique agile peut mettre en place l’infrastructure nécessaire. Cette démarche assure la sécurité, la cohérence et la conformité, tout en facilitant l’accès aux données et leur exploitation.

De même, l’Automation as a Service facilitera également la collecte, l’organisation, le recueil et la fourniture des données. Cela revêt une importance particulière à l’ère des services cloud. En effet, la dépendance accrue à l’égard de diverses plateformes externes peut rendre plus difficile l’organisation de la collecte des données. D’autre part, grâce à l’automatisation, les départements informatiques ont la possibilité de construire un « centre de données orchestré ». 

Les entreprises peuvent également utiliser l’AaaS pour automatiser les processus informatiques de bout en bout, notamment :

  • L’automatisation des demandes courantes des utilisateurs, comme l’établissement d’un serveur de fichiers de groupe.
  • L’infrastructure en tant que code via le cloud le déploiement de scripts d’auto-réparation pour résoudre les problèmes des serveurs ou des applications
  • Le lancement automatique de changements à faible risque dans l’environnement de production.

Au final, il sera possible d’offrir un catalogue de services à l’échelle de l’entreprise que les utilisateurs finaux pourront utiliser. 

AaaS : digitalisation de l’entreprise à grande échelle

À ce jour, de nombreuses entreprises ont déjà trouvé une énorme valeur dans l’automatisation à petite échelle. Elles ont peut-être automatisé des tâches spécifiques et fastidieuses, comme la saisie de données, ou déployé l’automatisation dans des départements à forte valeur ajoutée, comme les finances. L’automatisation à l’échelle de l’entreprise se révèle toutefois plus difficile. 

Mais, l’AaaS se présente sous la forme d’un modèle d’abonnement axé sur la consommation. Il permet de classer les flux d’automatisation en fonction de leur complexité (simple, moyenne ou complexe). Avec l’AaaS, le client ne paie que ce qu’il utilise et si sa demande d’automatisation augmente, ce service peut évoluer en fonction de ses besoins.

En outre, les paiements mensuels flexibles, plutôt que des prix initiaux exorbitants, réduisent les charges financières. Ainsi, les entreprises, qu’elles soient grandes ou petites, bénéficient de coûts d’investissement réduits.

AaaS : avantages et inconvénients 

Les entreprises tirent plusieurs avantages de l’utilisation de l’AaaS. Parmi ces avantages figurent : 

  • une plus grande rapidité, 
  • une meilleure agilité et une réduction des délais de prestation de services, 
  • une diminution des traitements manuels, une baisse des dépenses informatiques,
  • une productivité accrue dans tous les services 
  • et un dépannage plus rapide. 

Parmi les résultats tangibles enregistrés se trouvent :

  • une augmentation de 40 % de la capacité des employés à temps plein à se concentrer sur les résultats 
  • pour les clients, une baisse d’au moins 40 % des temps de cycle ou de traitement, 
  • et une diminution de 30 à 80 % des coûts de traitement. 

L’Automation as a Service facilite l’automatisation au niveau de l’entreprise. En effet, elle ne nécessite pas de paiements initiaux importants et est fournie sur la base d’un abonnement plus abordable ou d’un paiement à l’utilisation. Elle offre des possibilités d’évolution et les tarifs varient en fonction du niveau d’automatisation requis. En outre, les utilisateurs n’ont pas à effectuer de paiements séparés pour les mises à jour du logiciel.

Inconvénients

L’incertitude de l’emploi est probablement la plus grande préoccupation des propriétaires d’entreprise et des employés. L’automatisation des processus métier peut éventuellement éliminer certains emplois, tels que les postes qui impliquent des tâches répétitives basées sur le système. Le risque de voir le personnel changer de poste ou perdre son emploi fait partie des grands défis de l’AaaS. Les projets d’automatisation à grande échelle peuvent conduire à des licenciements importants.

La mise en œuvre de la plupart des automatisations nécessite un certain degré d’assistance technique, ou au moins de familiarité. L’automatisation des processus est par définition un changement, nécessitant une gestion du changement. Chaque nouvelle automatisation nécessite un processus d’assurance qualité (AQ), qui demande des efforts et du temps variables.

Aaas : l’avenir de ce secteur 

Un rapport des spécialistes des solutions de cybersécurité McAfee a révélé que 87 % des entreprises connaissent une accélération de leur activité grâce à l’utilisation de services cloud. Il n’est donc pas surprenant que les dépenses consacrées aux services cloud augmentent. Les produits Software as a Service (SaaS) étant désormais utilisés par 89 % des entreprises, et les revenus SaaS estimés à 85 milliards de dollars d’ici la fin de cette année.

Une croissance significative peut être signalée pour tous les services basés sur le cloud. Bien que le SaaS reste le plus grand service cloud, les dépenses d’infrastructure en tant que service (IaaS) s’accélèrent également, avec un taux de croissance annuel de 33,7 %, suivi de près par Platform as a Service (PaaS) avec 29,8 %. 

L’automatisation de niveau entreprise peut désormais être fournie via le cloud en tant que service, permettant aux utilisateurs finaux d’acheter des solutions entièrement gérées via leur plateforme cloud. Cela est largement alimenté par la demande croissante d’automatisation, ainsi que par l’accessibilité des applications basées sur le cloud et l’essor de l’IA et de l’IoT. Bien qu’il s’agisse d’une industrie relativement nouvelle, l’Automation as a Service devrait atteindre 10 914,9 millions de dollars d’ici 2023.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *