in

Nouvelle avancée grâce à une barrière invisible pour l’électronique et la protection des œuvres d’art

couche protectrice

Des chercheurs de l’université Curtin ont découvert que l’application d’une fine couche invisible d’oxyde de graphène sur le silicium forme une barrière imperméable. Une barrière que l’on pourrait utiliser pour protéger les œuvres d’art ou empêcher la corrosion des métaux. Elle pourra aussi être utile pour produire des cellules solaires plus efficaces.

Pour du silicium encore plus efficace et utile

Selon l’auteur principal, le Dr Nadim Darwish, de la School of Molecular Life Sciences de Curtin, les couches protectrices sur le silicium sont déjà utilisées pour améliorer l’efficacité de dispositifs tels que les cellules solaires et les micropuces. Toutefois, la procédure de formation de ces revêtements protecteurs était compliquée et nécessitait des laboratoires de fabrication hautement spécialisés.

« Les cellules solaires en silicium nécessitent souvent l’application d’une couche d’alumine, de silice ou d’un autre matériau pour augmenter leur efficacité à transformer la lumière du soleil en électricité. Notre avancée a été de découvrir que l’oxyde de graphène réagit rapidement avec le silicium. Il réagit sans avoir besoin de catalyseurs externes, d’additifs ou de procédures compliquées », a déclaré le Dr Darwish.

 « Nous avons découvert que l’oxyde de graphène protège le silicium de l’oxygène ambiant pendant au moins 30 jours. Ce qui constitue une avancée significative dans l’application des propriétés des matériaux 2D tels que le graphène et l’oxyde de graphène. Le but étant de rendre le silicium encore plus efficace et utile. »

Pour développer de nouveaux types de cellules solaires.

La co-auteure de la recherche, Soraya Rahpeima, étudiante en doctorat, également de l’école des sciences de la vie moléculaire de Curtin, a déclaré que la nouvelle méthode pourrait potentiellement permettre le développement de nouveaux types de cellules solaires. L’objectif étant de produire et de fournir de l’énergie plus efficace, ainsi que de nombreuses applications en électronique.

« Cette percée ouvre un tout nouveau domaine de possibilités, même au-delà de la recherche sur le silicium », a déclaré Rahpeima.

Le graphène pour la protection de différents objets précieux

« Par exemple, le graphène et l’oxyde de graphène peuvent être utilisés pour protéger les matériaux sensibles des gaz. Ils peuvent aussi les protéger des environnements ambiants, y compris des rayons ultraviolets.

« Une couche mince, invisible et flexible pourrait potentiellement les protéger de la lumière nocive. Surtout lorsqu’on l’applique sur des œuvres d’art telles que des peintures et des timbres de valeur. Elle peut aussi les protéger de l’humidité et d’autres éléments nuisibles contenus dans l’air.  Il n’est par conséquent plus nécessaire de recouvrir l’œuvre d’art d’un verre épais. Les recouvrir de couches protectrices qui diminuent la beauté de l’œuvre devient aussi inutiles. »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.