Accueil > Business > Bouygues Telecom va couvrir 500 villes d’ici la fin de l’année avec Lora, son réseau dédié à l’Internet des Objets
LoRa Alliance

Bouygues Telecom va couvrir 500 villes d’ici la fin de l’année avec Lora, son réseau dédié à l’Internet des Objets

Avec l’annonce du lancement de son réseau dédié à l’Internet des Objets, Bouygues Telecom confirme son souhait de prendre le train des technologies connectées en marche. Le service Lora (Low Range) est lancé et Bouygues compte déployer son réseau dédié à l’IoT sur 500 villes d’ici la fin de l’année. Une nouvelle offre pour le marché BtoB qui bénéficiera aussi aux start-ups et particuliers.

Fondation de la LoRa Alliance

Suite à l’expérimentation depuis novembre 2013 de la technologie de réseau M2M créé par la start-up Cycleo, basée à Grenoble, Bouygues Telecom a adopté, avec la fondation de la Lora Alliance, un positionnement stratégique sur les réseaux basse consommation pour les objets connectés. C’est à peu de choses près le même type de couverture que celui proposé par Sigfox, avec pour but de globaliser la communication M2M (Machine To Machine). Avec des nuances, selon Frank Moine, Directeur Business Unit M2M, chez Bouygues Telecom : « Ici c’est un chip, une puce pas plus grosse que l’ongle reliée à des antennes que nous installons sur des toits-terrasses. Nous n’avons pas opté pour la technologie Sigfox car nous avons constaté que la couverture réseau était moins efficace, notamment en mouvement. Au-delà de 20 kilomètres heure, ça coupe. C’est la même chose pour la couverture indoor, dès qu’on rentrait dans un bâtiment, la couverture était moins bonne. C’est pourquoi nous nous sommes tournés vers Cycleo et sa technologie. »

Logo Lora
Le logo de LoRa, façon Wi-Fi Alliance

La technologie LoRa utilisée par Bouygues n’utilise pas de signal GPS, afin de limiter la consommation énergétique. Il n’est pas possible d’envoyer un grand nombre d’informations avec cette puce, mais le protocole radio permet d’en envoyer suffisamment pour une petite commande ou un ordre de mission pour l’objet. Le but est d’avoir ici une communication rapide entre les divers capteurs et objets connectés, avec une grande autonomie (environ dix ans voire plus), pour un faible coût : 1 euro par puce, auquel il faut ajouter le coût de la batterie et le service. En fonction des besoins, l’abonnement annuel sera variable. 10 euros au maximum.

Le Big Data en option

Lorsque nous avons demandé à Bouygues Telecom ce qu’ils feront des données collectées par ses nombreuses puces, Frank Moine répond : « On a développé des clés de sécurité pour l’échange des informations. Le client est maître, il pourra choisir de conserver l’intégrité de ses données, ou de nous les fournir afin que nous réalisions des diagnostics. L’information sera ainsi déléguée à un tiers de confiance, et traitée en fonction des besoins.« 

Pour les clients qui souhaiteraient voir leurs données transformées en service, comme les concepteurs d’objets connectés qui permettent l’auto-mesure (quantified self), Bouygues propose le retraitement de ces données. Bouygues Telecom souhaite ouvrir dans 500 villes d’ici la fin de l’année, pour une couverture complète en deux ans, parmi lesquelles figurent Paris, Marseille, Lyon, Nice, Rennes, Nantes, Montpellier et Angers. Le lancement officiel sera à Issy-les-moulineaux en juin 2015.

Marché BtoB et BtoC

La nouvelle offre de réseau proposée par Bouygues Telecom s’inscrit dans leur souhait de maîtriser l’émergence du marché des objets connectés. Déjà, plusieurs marques d’objets connectés ont fait leur apparition sur leurs sites de vente. Bouygues souhaite s’engager auprès des grandes entreprises et groupes, mais également auprès des start-ups, qu’ils veulent soutenir dans la création de leurs produits. Il est prévu que cette offre évolue vers les particuliers aussi.

Technologie Smart

Le but de Bouygues, couvrir des domaines aussi variés que les smarts cities, la sécurité à grande échelle, l’approvisionnement en eau potable, les compteurs électriques, le quantified-self, le commerce, la logistique, le contrôle industriel, l’agriculture, la domotique et l’architecture et la santé.

Cahier des tendances « RETAIL CONNECTE »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Send this to a friend