in

DSI : qu’est-ce qu’un directeur des services informatiques et quels sont ses rôles ?

Le directeur des systèmes informatiques ou DSI représente le responsable de la gestion du service informatique (SI) d’une entreprise. En effet, avec le développement du monde connecté et des entreprises numériques, les organisations doivent absolument confier à un expert hautement qualifié la responsabilité de leur informatique.

À mesure que le télétravail prend de l’ampleur, le SI devient un acteur incontournable pour gérer des situations complexes. Le DSI est appelé à maîtriser tous types d’outils de travail et de sécurité, ainsi que les fonctions de télé assistance. Que ces transformations soient provisoires ou définitives, elles soulèvent un certain nombre de questions. Pour tout savoir sur ce métier, découvrez son rôle, les compétences exigées, en passant par le salaire et les défis à relever.

pcloud

DSI : les parcours pour devenir un directeur des services informatiques

Le DSI a pour mission d’adapter les missions du SI aux besoins de la société qui le mandate. Il faut savoir que sans DSI, le développement du service informatique et la protection des données de tous les utilisateurs sont impossibles.

Pour accéder au poste de DSI, le plus souvent, il faut être titulaire d’un master ou de l’équivalent d’un bac+5 en informatique et multimédia. Le choix se fera entre des études supérieures généralistes dans des écoles du web, ou informatiques, ou encore d’ingénieurs. Par ailleurs, cette fonction peut être obtenue soit en milieu, soit en fin de carrière. En fait, il nécessite beaucoup d’expérience professionnelle et la possibilité de démontrer sa valeur.

Mais avant tout, il faut avoir une solide expertise dans le domaine, généralement comprise entre 8 à 10 ans. En outre, avant sa fonction de DSI, le candidat a occupé des postes de développeur ou de chargé de projet.

Le DSI : un expert des SI 

Le DSI doit connaître les différents langages de programmation et les principales technologies dont dispose l’entreprise. En outre, il faut qu’il maîtrise les activités de la société, sa structure, ses domaines d’activité et ses contraintes. Par ailleurs, il est indispensable que le directeur informatique dispose de véritables connaissances de son propre terrain. En particulier celles des éditeurs de logiciels, des SSII, des sociétés de conseil.

Des connaissances de base dans le domaine de la finance et de la comptabilité afin de gérer efficacement le budget alloué à l’informatique. Le DSI a aussi besoin de maîtriser les lois et règlements de sécurité en vigueur.

DSI : les compétences requises

Pour assumer le métier du DSI, certaines qualifications professionnelles et personnelles sont sollicitées. Découvrez ci-après celles indispensables à un directeur des systèmes d’information. 

Une bonne connaissance des SI

Le DSI doit maîtriser le fonctionnement des SI et suivre de près toutes leurs évolutions.

Une vive curiosité

Comme le directeur des systèmes d’information est chargé d’assurer régulièrement une veille stratégique et technologique, il doit alors être attentif à tout changement. Passionné de l’informatique et du monde économique dans son ensemble, il suit de près les évolutions du secteur.

Une pédagogie de haut niveau

Le DSI constitue un véritable trait d’union entre les équipes informatiques et la direction. Il fournit à ces dernières des arguments clairs afin de leur prouver la pertinence de certains projets. En outre, il détaille les démarches à suivre.

DSI : combien gagne-t-il ?

En France, le directeur des systèmes d’information touche un revenu compris entre 7 500 et 20 833 euros bruts par mois. Son salaire moyen atteint 14 167 euros bruts par mois.            

Responsable des actifs technologiques de la société, le DSI gère tous les matériels et logiciels. En particulier les logiciels, les bases de données, les infrastructures de stockage et les systèmes de sauvegarde.

En raison de son statut auprès de la direction, le DSI doit également disposer de solides capacités techniques, et également de savoir-faire en matière de pilotage et de management de projets.

Apprenez à connaître le rôle du département informatique sur le plan stratégique et gouvernance, et comment celui-ci évolue face aux tendances technologiques du secteur.

DSI : de la réduction des dépenses à la performance

Depuis de nombreuses années, les décisionnaires en entreprise ont associé l’IT à un pôle de dépenses. Pour leur part, les DSI étaient rarement en mesure de prévoir les avancées technologiques et de présenter des choix stratégiques innovants. En conséquence, ils étaient exclus des organes décideurs et se limitent à être des prestataires de SI pour l’entreprise.

Or, le directeur des services informatiques constitue un acteur privilégié pour réduire les coûts liés au SI. En fait, il rend celui-ci plus performant et rapide qu’auparavant. En outre, il peut devenir une source considérable de baisse des dépenses. En fait, il unifie et centralise le management des systèmes en garantissant la protection et la confidentialité des informations. Par ailleurs, il maintient le niveau de disponibilité requis pour le bon fonctionnement de l’entreprise.

Afin de sensibiliser la direction générale à cette dimension, le DSI doit avoir les moyens de vérifier son installation et de mesurer ses performances via le tableau de bord. De plus, il faut être capable de libérer du temps afin d’effectuer une veille de technologie continue et d’anticiper d’éventuelles opérations de gestion innovantes.

DSI : savoir s’adapter aux nouvelles tendances du marché

Le DSI doit donc veiller à ce que sa mission ne se limite pas à la gestion de l’exploitation des biens informatiques. Il ne faut pas oublier que lorsque le DSI se retrouve submergé par les tâches quotidiennes, il n’arrive plus à garder le cap et risque de perdre ses capacités d’innovation. Pour rester focalisé sur les éléments significatifs, Il est possible de mettre en place des stratégies différentes. 

En fait, cela offre de marges suffisantes :

Structurer et répartir les tâches

Grâce à cette démarche, le directeur des services informatiques ne sera pas limité à des missions répétitives, à faible plus-value ou qui prennent beaucoup de temps.

Utiliser des outils de pointe

Cela permet de faciliter, centraliser ou encore automatiser le management de l’informatique. Cette démarche concerne, par exemple, l’automatisation ou les services intégrés. Outre le fait de pouvoir facilement faire évoluer en quelques clics les infrastructures, l’automatisation offre un excellent contrôle des ressources et une meilleure sécurité.

Avoir recours à des fournisseurs de services spécialisés

Cette approche permet d’avoir accès à une expertise de haut niveau, sans devoir procéder à des formations ou à des recrutements. En effet, faire appel à des experts du Cloud Computing positionne le DSI comme un manager de services.

DSI : du management opérationnel à la stratégie

En appliquant les stratégies mentionnées ci-dessus, il devient possible pour le DSI de déléguer la partie opérationnelle du système. En fait, il peut ainsi récupérer suffisamment de temps pour se consacrer à un pilotage plus stratégique du système. En plus de son savoir-faire technique et de sa maîtrise des SI, le DSI peut en effet assumer des fonctions complémentaires auprès de la direction générale.

En effet, en se retirant des tâches de gestion courante, il dispose du temps nécessaire pour : 

  • mener une veille des technologies, 
  • participer aux réflexions sur les développements des systèmes, 
  • faire des comptes rendus au PDG, 
  • contribuer à la prise de décision au sein de l’entreprise.

DSI : quels sont les principaux défis à relever ?

Se placer en première ligne de l’innovation 

Au fil des années, le DSI verra ses rôles se développer et ses compétences se diversifier. Elle va devoir travailler en collaboration avec les directions sur des sujets complexes. En effet, l’IA, le Machine Learning ou la Blockchain sont autant de domaines dans lesquels la DSI doit être à l’avant-garde de l’innovation.

D’ailleurs, l’IT du futur constitue un véritable levier à exploiter au maximum. Le DSI doit ainsi faire preuve de créativité afin d’aider la société à se distinguer de ses concurrents en utilisant les innovations appropriées à ses besoins. En tant que proche du PDG, il devient un acteur clé et polyvalent de l’entreprise. En outre, il doit promouvoir ses projets et ses idées pour participer à la prise de décision.

Travailler avec le DAF de manière efficace

Un nouveau rôle implique des responsabilités nouvelles. Pour soutenir sa nature stratégique, le DSI modifie son mode opératoire avec le département administration et finance. Certes, ces deux services ont souvent eu du mal à bien se comprendre, mais désormais ils doivent travailler ensemble pour relever les nouveaux défis auxquels les entreprises sont confrontées. 

Parmi ces enjeux figurent la transformation numérique, la capacité d’innovation, la flexibilité et le parcours des collaborateurs. Pour établir un partenariat de confiance, il faut désormais que la DSI ajoute de nouveaux langages comme la finance et le commerce.

Satisfaire les exigences commerciales

En outre, le DSI est confronté à un autre rôle vis-à-vis des départements métiers : il doit être un partenaire. En fait, entre eux, la collaboration constitue un véritable défi de performance pour les entreprises.

Un autre défi pour les futurs DSI consiste à appréhender les employés via un autre prisme. Ce dernier concerne les expériences des clients ou plutôt des employés. Pour y parvenir, les DSI mettent en place des outils pour mesurer la satisfaction client ainsi que le niveau des prestations.

Passer de la digitalisation à une nouvelle culture 

La transformation numérique ne constitue pas seulement une question de tendance. En fait, elle est incontournable pour faire partie intégrante de la réalité de demain et influe directement sur le développement durable des organisations. Pour les années à venir, il faudra que le DSI assure sa pérennité en construisant une culture numérique au sein.

À mesure que les rôles du DSI évoluent, ils se transforment peu à peu en un élément clé de la transformation numérique des organisations. Pour assumer ce rôle, le DSI doit désormais comprendre tous les mécanismes de la conduite de ce changement, à partir des obstacles. En effet, bien qu’indispensable, cette mutation nécessite l’adhésion de tous les collaborateurs, sans quoi elle ne verra jamais le jour.

Pour réussir à accompagner cette révolution, il faut aussi être pragmatique. Le  service informatique doit équiper ses collaborateurs de nombreuses applications. En effet, il faut ancrer le processus de transformation numérique au cœur de la vie quotidienne des employés. Il faut notamment les former aux outils novateurs pour qu’ils puissent pleinement les approprier.

Gérer les problèmes de sécurité

À mesure que la technologie progresse, le DSI est confronté à des problèmes de sécurité. Certes, l’IA constitue un véritable allié des innovations, il peut aussi être à l’origine de nombreuses menaces. À cette situation s’ajoute un manque d’expertise en matière de cybersécurité, qui va devenir de plus en plus précieuse.

Pour relever un tel défi, les responsables informatiques sont invités à prendre en compte les questions de sécurité à partir du stade de la conception de certains outils. Il faut également anticiper, notamment pour dénicher des professionnels ayant les compétences nécessaires pour faire face à cette problématique.

En résumé, la mission du DSI va devenir une vraie arme secrète. Entre savoir-faire et polyvalence, ce métier est en train de se réinventer. Pour répondre à ces différents défis, dès maintenant, le DSI de demain peut se former en utilisant les meilleurs outils.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *