Accueil > Business > Jawbone, accusé d’être un mauvais payeur par son fournisseur, Flextronics

Jawbone, accusé d’être un mauvais payeur par son fournisseur, Flextronics

Jawbone, la marque conceptrice de bracelets connectés plutôt renommée, rencontrerait des difficultés financières ? C’est ce qu’avance son fournisseur, Flextronics, qui a engagé des poursuites judiciaires contre eux. 

En août dernier, Flextronics a assigné en justice Jawbone pour une histoire d’impayés. Le procès n’a pas duré. Pour Jawbone : tout est réglé, tandis que Flextronics s’est abstenu de tout commentaire. Les deux parties ont trouvé un accord, évitant ainsi la mauvaise publicité générée par le procès.  D’un côté comme de l’autre, Flextronics veut continuer à toucher les bénéfices des ventes de bracelets, tandis que Jawbone souhaite garder l’image d’une start-up jeune et dynamique.

Que s’est-il passé ?

Jawbone a été tourmenté par des problèmes dans la fabrication des bracelets, notamment avec le retard pris par son dernier bracelet, le UP3. La société Jawbone n’a toutefois rien révélé à propos du contexte financier, sauf d’admettre qu’elle ne réalisait pas de bénéfices. C’est sûrement pourquoi Flextronics a finalement estimé cet été que les conditions financières de Jawbone étaient réellement mauvaises voire en gangrène, et qu’ils ont décidé de récupérer leur investissement. « Jawbone n’a cessé de violer les termes d’un contrat clair et sans ambiguïté… dans la mesure où ils ont reçu plus de 20 millions de dollars de marchandises pour laquelle ils n’ont jamais payé« . Lors du procès, Flextronics a exprimé son inquiétude de ne jamais voir la couleur de l’argent dû par Jawbone. Ceci fait suite à une déclaration des représentants de la start-up sur leurs conditions financières : « les conditions financières de Jawbone sont périlleuses et actuellement insuffisantes pour rembourser ses dettes« .

Jawbone en pleine tourmente

Jawbone VS Electronics
Bracelets Fitbit Flex et Jawbone. Photo : BeGeek

Jawbone rencontre des difficultés car la start-up n’est pas rentable. De plus, elle a rencontré des difficultés pour collecter des fonds supplémentaires, malgré avoir récolté plus de 400 millions de dollars de dettes et de capitaux au cours de ses 16 années d’existence.  Jawbone aurait même convenu d’un accord financier avec Rivzi Traverse d’environ 250 millions de dollars en 2013 mais aucun des investissements n’a abouti en 2014.
Selon Flextronics, un accord aurait été passé entre des deux entreprises pour un plan de payement étalé sur 5 mois. Mais là encore, Jawbone n’a pas tenu son accord, ce qui a incité Flextronics à les assigner en justice. Jawbone assure que ce procès n’est autre qu’un malentendu suite à des problèmes de communication entre les deux entreprises. D’autres vendeurs assurent que Jawbone ne réglait jamais ses dettes en temps et en heure.

Dettes ou pas dettes, malentendu ou pas, cela n’a pas empêché Jawbone de continuer sa levée de fonds. Mi-janvier, Jawbone aurait reçu 169 millions de dollars de financements sur les 250 millions attendus, selon une source proche.

Jawbone semble bien s’en sortir cette fois-ci mais ils ont tout intérêt à relever la barre et clarifier leurs intentions et leur situation financière pour éviter un scandale beaucoup plus gros et beaucoup plus meurtrier pour leur statut de start-up « dynamique ».

 source : Fortune.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Send this to a friend