in , ,

Vœux à la French Tech 2016 : croissance et rayonnement du numérique français

French Tech 2016
Emmanuel Macron, Ministre de l'économie et des finances

Le ministre de l’Economie, de l’Industrie et du Numérique, Emmanuel Macron et Axelle LEMAIRE, secrétaire d’Etat au Numérique, ont présenté leurs vœux à la FrenchTech 2016, ce vendredi 29 janvier 2016.

Rendez-vous devenu incontournable s’il en est, les deux personnalités politiques ont rappelé les réalisations de l’année 2015 devant un auditoire plus nombreux encore. 2016 est riche de projets.

« Que de chemin parcouru par la French Tech en un an ! » s’enthousiasme le ministre de l’économie. « 2016 doit être l’année de l’approfondissement et de l’accélération. Approfondissement de l’écosystème, pour ouvrir la French Tech vers l’extérieur, vers l’international, vers les grandes entreprises. Aujourd’hui, la French Tech ce n’est pas Paris. Il existe désormais 11 hubs internationaux. Et j’en fais le pari aujourd’hui, nous serons devant les américains, demain. C’est tout à fait jouable. Au CES 2016 nous étions 197 entreprises dont 127 startup. La France fera mieux, j’en suis persuadé. »

Après une année qui a permis la mobilisation au niveau international d’un réseau d’écosystèmes de start-up à travers la labellisation de 13 Métropoles, la French Tech devrait passer à la vitesse supérieure en 2016 pour structurer sa dimension mondiale.

pcloud

« Les levées de fonds internationales, le succès des produits et services numériques français sur les marchés du monde ont contribué à remettre la France sur le devant de la scène de l’innovation mondiale », explique Emmanuel Macron. « Grâce à Business France, qui joue un rôle essentiel pour aider les entreprises à partir à l’international ou la Caisse des dépôts dans son rôle d’investisseur à nos côtés, tout le collectif humain de bienveillance qu’a créée la French Tech autour d’elle, tout cela va nous permettre de grandir plus vite et plus fort ».

Virage numérique français à réussir

French Tech

Aux Etats-Unis, le numérique a généré plus d’un point de croissance annuelle sur les trente dernières années, et moitié moins en France, pour le moment. Réussir le virage du numérique dans l’hexagone, devrait offrir l’opportunité d’apporter un demi-point de croissance annuel au PIB  français. D’ores et déjà, le numérique représente 5,5% du PIB français.

La France peut compter sur un tissu déjà dynamique de start-up. Qui sait par exemple que sur les douze premiers objets connectés les plus vendus outre-Atlantique sur l’Apple Store, cinq ou six sont français ? Qui sait que les entreprises françaises du web réalisent en moyenne 39% de leur CA à l’international contre 3% pour les autres PME ? Et aussi que dans les start-up numériques en France, 87% des contrats sont des CDI ?

A l’instar de la démarche pour les « Métropoles French Tech », les « French Tech Hubs » continuent d’être labellisées par l’Etat sur la base d’un projet répondant à un cahier des charges. Ce programme, doté d’un budget global conséquent, a vocation à soutenir des initiatives, portées en particulier par les acteurs privés, visant à valoriser et donner à voir l’excellence française en matière d’innovation. Il vise à attirer en France de jeunes entrepreneurs internationaux en leur fournissant un titre de séjour, une bourse individuelle, un hébergement dans un lieu d’innovation et un accompagnement personnalisé pour leur installation et leur développement.

Pour Emmanuel Macron, « l’esprit French Tech est un exemple pour l’ensemble de l’économie : être capable de dépasser les étiquettes, les corporatismes et les habitudes, être capable de travailler ensemble dans un climat d’émulation stimulant, être capable de prendre des risques – voilà ce dont l’ensemble de notre économie a besoin ».

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *