in

IBM fabrique une puce de 127 qubits

IBM construit une puce de 127qubits

IBM a mis au point une puce de 127 qubits appelée Eagle qui, selon elle, ne peut pas être simulée par un superordinateur traditionnel. Selon IBM, pour simuler Eagle, il faudrait plus de bits classiques qu’il n’y a d’atomes dans chaque être humain de la planète.

« Nous avons dû combiner et améliorer les techniques développées dans les générations précédentes de processeurs Quantum d’IBM. Ainsi, on a pu mettre au point une architecture de processeur comprenant des techniques avancées d’encapsulation en 3D. Technique qui, nous en sommes convaincus, peut notamment constituer l’épine dorsale des processeurs. Y compris, bien sûr, notre processeur Condor de plus de 1000 qubits », indique la déclaration d’IBM.

Eagle est basé sur notre disposition de qubits en hexagone lourd. Une disposition que nous avons présentée pour la première fois avec notre processeur Falcon. Un processeur dans lequel les qubits sont connectés à deux ou trois voisins comme s’ils étaient assis sur les bords et les coins d’hexagones en tesselles. Cette connectivité particulière a permis de réduire le risque d’erreurs dues aux interactions entre quits voisins. Ce qui a permis d’obtenir des processeurs fonctionnels.

Les composants de contrôle d’Eagle sont situés sur plusieurs niveaux physiques. D’un autre côté, les qubits sont situés sur une seule couche.

Condor : une puce à plus de 1000 qubits suivra

Le processeur Eagle sera mis à disposition en tant que système exploratoire sur l’IBM Cloud. Il sera destiné à des membres sélectionnés de l’IBM Quantum Network. IBM prévoit de proposer l’année prochaine une puce à 433 qubits appelée Osprey. Elle sera suivie d’une puce à 1 121 qubits appelée Condor.

Lorsque Condor sera construit, IBM affirme qu’elle sera sur le point de pouvoir construire un ordinateur quantique plus puissant que les ordinateurs traditionnels. Une position décrite comme un “avantage quantique”.

“Nous pensons que nous serons en mesure d’atteindre une démonstration de l’avantage quantique — quelque chose qui peut avoir une valeur pratique — dans les deux prochaines années”, déclare Dario Gil, svp d’IBM et chef de la division de la recherche, “c’est notre quête.”

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.