in

KAUST fait passer l’IoT sous l’eau

underwater IoT

KAUST est en train de développer un système capable de transmettre simultanément de la lumière et de l’énergie à des dispositifs sous-marins d’internet des objets (IoUT pour internet of underwater things).

KAUST : l’IoUT pour pallier les limites de la communication acoustique et par ondes radio

Les communications sous-marines acoustiques et par ondes radio sont déjà opérationnelles, mais présentent d’énormes inconvénients. La communication acoustique peut être utilisée sur de grandes distances certes, mais manque de furtivité. Elle est donc facilement détectable. Ce type de communication ne peut par ailleurs accéder qu’à une petite bande passante. De plus, les ondes radio perdent leur énergie dans l’eau de mer, ce qui limite leur utilisation même à faible profondeur. Elles nécessitent également un équipement encombrant et beaucoup d’énergie pour fonctionner.

L’Internet auto-alimenté des objets sous-marins (IoUT), lui, recueille l’énergie et décode les informations transférées par les faisceaux lumineux. Voilà comment les chercheurs de KAUST (King Abdullah University of Science and Technology) vont améliorer la détection et la communication dans les mers et les océans. Ils sont en train de résoudre certains des nombreux défis liés à l’utilisation de cette technologie dans des environnements difficiles.

pcloud

KAUST prévoir une plus grande portée et une meilleure capacité de transmission avec l’IoUT

La communication optique sous-marine fournit une énorme bande passante. Celle-ci permet ainsi de transmettre de manière fiable des informations sur plusieurs mètres. KAUST a effectué certains des premiers tests de communication sous-marine à haut débit en 2015. Ils ont pu à ce moment établir des records en termes de distance et de capacité de transmission sous-marine.

Leurs recherches et celles d’autres personnes dans le domaine pourraient au final conduire au déploiement de capteurs sous-marins autonomes pour suivre par exemple les effets du changement climatique sur les récifs coralliens. Cela permettrait également de détecter l’activité sismique et surveiller les oléoducs. Ces recherches pourraient enfin conduire au développement de petits robots autonomes pour des opérations de recherche et de sauvetage sous-marins plus précis et étendus.

La configuration SLIP pour contourner les effets des turbulences sous-marines sur la réception

Les équipes de chercheurs de KAUST dirigées par Khaled Salama, Jose Filho et Abderrahmen Trichili étudient l’utilisation de configurations simultanées d’ondes lumineuses et de transfert de puissance (SLIPT) pour transmettre de l’énergie et des données à des appareils électroniques sous-marins. Cette technologie peut aider à charger des appareils dans des endroits inaccessibles où une alimentation continue se révèle coûteuse, voire impossible. Des expériences ont permis de mettre en place les premiers appareils sous-marins autonomes capables de collecter de l’énergie, de décoder des informations et d’exécuter une fonction particulière.

L’équipe KAUST travaille actuellement sur le déploiement des configurations SLIP sous-marines. Ils essayent de trouver les moyens de surmonter les effets de la turbulence sur la réception sous-marine. Ils se penchent également sur l’utilisation de la lumière ultraviolette pour les transmissions qui se heurtent à des obstacles sous-marins. Ils développent aussi des algorithmes intelligents de positionnement optique sous-marin qui pourraient aider à localiser les dispositifs relais configurés pour étendre les plages de communication des dispositifs IoUT.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *