Accueil > Tech > Sécurité > Les malwares IoT en augmentation de 72 % au 3e trimestre 2018
malwares iot

Les malwares IoT en augmentation de 72 % au 3e trimestre 2018

Au troisième trimestre, les malwares IoT ont connu une croissance de 72 %, selon un rapport de McAfee Labs.

McAfee Labs, le laboratoire consacré à l’analyse des failles de cybersécurité vient de publier son rapport trimestriel dédié aux malwares IoT. Résultat, leur nombre a augmenté de 204 % sur l’année 2018. Le troisième trimestre marque la croissance la plus forte de l’année. Le nombre de malwares IoT a augmenté de 72 % par rapport à la même période l’année précédente.

Une croissance impressionnante des menaces au troisième trimestre 2018

En général, les malwares représentent 480 nouvelles menaces par minute, rien qu’au troisième trimestre 2018. Près de 53 % d’entre eux font leur première apparition.

Ce n’est pas forcément le cas des malwares IoT. Pendant une partie de l’année, les chercheurs ont constaté une réutilisation massive de bouts de code vu ailleurs utilisé pour constituer des botnets. Ce n’est que récemment que les laboratoires comme Qihoo constatent l’apparition de menaces particulièrement retorses, codées à la main.

Les malwares IoT ne sont pas les seuls projets des hackers. Le Cryptojacking a lui aussi grimpé en popularité cette année. Pour rappel, cette technique constitue à exploiter sans le consentement de son propriétaire la puissance de son ordinateur pour générer des cryptomonnaies.

Les malwares IoT, le cadet des soucis des entreprises ?

Au troisième trimestre 2018, les malwares de cryptomining ont progressé de 55 %. Par rapport à l’année dernière, la croissance est phénoménale : McAfee Labs constate 4 467 % d’augmentation du nombre de cryptojacking.

Les malwares sans fichiers, des parasites qui se logent dans la mémoire vive des PC et ceux basés sur JavaScript (45 % d’augmentation) sont toujours particulièrement virulents. Les ransomwares continuent de faire des ravages dans les entreprises. GandCrab, le plus utilisé par les hackers chiffre les données des utilisateurs. Il leur demande maintenant 1 000 à 2 400 dollars pour se défaire du virus.

Enfin, la majeure partie des incidents de sécurité déclarés au troisième trimestre ont eu lieu aux Amériques (44 %), en Asie-Pacifique (13 %) et en Europe (14 %). En revanche, le nombre d’incidents (215) a diminué de 12 % par rapport au deuxième trimestre 2018.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Send this to a friend