in , ,

Objenious et LoRaWAN, c’est bientôt fini

objenious lorawan fin

L’opérateur Bouygues Telecom, par le biais de sa filiale IoT Objenious, a annoncé l’arrêt de son utilisation du réseau LoRaWAN. Cet arrêt sera effectif à partir du mois de décembre 2024. Ce sont désormais les réseaux NB-IoT et LTE-M sur lesquels mise Objenious.

C’est par une notification qu’ont été prévenus les clients d’Objenious. D’après nos confrères du Journal du Net, le vendredi 25 février, ceux-ci ont reçu un message annonçant l’arrêt de l’utilisation du réseau LoRaWAN à partir de décembre 2024. Bouygues Telecom décide ainsi de se passer du protocole qui était au cœur de son service depuis 2016.

Pour expliquer cette décision, l’opérateur français évoque deux autres protocoles qui répondent mieux aux nouvelles exigences du marché. De l’avis d’Objenious, les réseaux NB-IoT et LTE-M correspondent davantage aux « besoins principaux des clients IoT d’aujourd’hui et de demain, en France et à l’international. »

Pour aller dans ce sens, Objenious a d’ailleurs lancé deux nouvelles offres au dernier trimestre de 2021. Celles-ci sont basées sur les deux nouveaux réseaux LTE-M et NB-IoT mis en place récemment. En outre, leur couverture pourrait être l’intégralité du territoire national d’ici la fin de l’année.

L’IoT français en difficulté ?

L’abandon du réseau LoRaWAN peut sembler brutal. Cela n’est néanmoins pas si surprenant que cela. Beaucoup d’acteurs de l’IoT s’accordent pour dire que le réseau NB-IoT représente l’avenir. Tout comme le réseau LTE-M, et à la différence du protocole LoRa, ils utilisent le réseau cellulaire. Et si en France, les réseaux LoRa et 0G de Sigfox dominent encore, les exemples de réseaux NB-IoT à l’international montrent de beaux résultats, notamment au niveau de la fiabilité.

C’est donc un coup dur pour le réseau LoRaWAN qui vient confirmer un début d’année difficile pour les Français de l’IoT. En effet, depuis la fin du mois de janvier, Sigfox a indiqué son placement en redressement judiciaire. Malgré tout, la force de ces entreprises est reconnue puisque neuf candidats potentiels se sont montrés intéressés par le rachat de la société toulousaine.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.