Accueil > Business > Multimédia > Un parasite connecté pour Google Home et Amazon Alexa
projet alias parasite connecté

Un parasite connecté pour Google Home et Amazon Alexa

Les designers IoT ne proposent pas seulement des concepts impossibles à réaliser. Bjorn Karmann et Tore Knudsen proposent Alias, un parasite connecté open source à greffer à un Amazon Echo ou un Google Home.

L’objet en question a été conçu pour offrir un peu plus de contrôle sur les assistants vocaux. Il se greffe directement sur le dessus d’un deux appareils cités ci-dessus. En effet, l’appareil nommé Alias prend la forme d’une sorte de champignon imprimé en 3D. Il cache un Raspberry Pi programmé pour bruiter les microphones des assistants vocaux qui écoutent en permanence leurs utilisateurs.

Un réseau neuronal pour instruire un parasite connecté

Le parasite connecté “libère la fréquence” seulement quand l’utilisateur souhaite réaliser une requête à son assistant. Gros avantage, Alias permet de configurer sa propre commande. Ainsi, Alexa ou Ok Google ne sont plus les seuls moyens de parler à son assistant. Techniquement, l’appareil va convertir la commande personnalisée dans sa version compréhensible pour l’assistant.

Pour cela, le Raspberry Pi d’Alias embarque son propre réseau neuronal conçu sur TensorFlow. L’application mobile associée permet d’apprendre le mot déclencheur que l’on souhaite configurer.

Les créateurs du projet Alias évoquent la création un parasite connecté pour la maison connectée :

“Nous avons examiné comment les champignons cordyceps et les virus peuvent s’approprier et contrôler les insectes pour réaliser leurs propres programmes et nous avons été inspirés de créer notre propre parasite pour les systèmes de maisons connectés. C’est pourquoi nous avons lancé Projet Alias pour démontrer comment la culture DYI peut être utilisée pour redéfinir notre relation avec les technologies smart home, en déléguant plus de pouvoir des concepteurs aux utilisateurs finaux des produits.”

Les designers questionnent ainsi la relation entre l’entreprise et son client. Par un design et une idée simple, parasiter la collecte de données, ils explorent les possibilités de contrôle des utilisateurs sur leurs appareils.

Alias, un parasite connecté à reproduire à la maison

Attention, Alias ne résout pas les problématiques d’enregistrement des données réalisés à l’insu des consommateurs. Il n’ajoute pas non plus un niveau de sécurité supplémentaire. C’est en réalité un dispositif qui contourne la politique d’accumulation de données des grands groupes. Il permet d’obtenir un niveau de contrôle supplémentaire, donc un niveau de confort supérieur avec les technologies.

Surtout, Alias le parasite connecté n’est pas un produit unique et encore moins un produit à acheter. Les deux designers ont posté des liens sur GitHub avec les plans d’impressions, le réseau neuronal à embarquer dans le Raspberry Pi et l’application mobile pour l’entraîner. Les instructions de montage sont disponibles sur Instructables. Les “makers” s’amuseront sans doute à créer leur propre Alias.

Cahier des tendances « RETAIL CONNECTE »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Send this to a friend