in

Les petits réacteurs modulaires au secours des poids lourds électriques

Charge véhicules électriques lourds

Des chercheurs ont récemment mené des études sur comment recharger les poids lourds électriques avec des petits réacteurs modulaires. Objectif : une meilleure transition énergétique et une faible émission de CO2.

C’est dans l’Université du Michigan que tout se passe. Et selon l’étude, le nucléaire serait la source d’énergie idéale pour recharger les camions électriques. Si les chercheurs arrivent à développer des petits réacteurs nucléaires modulaires, ce serait une première étape vers la mise en place d’une solution pouvant apporter une plus-value sur le long terme.

Manque de points d’électrification pour les poids lourds électriques

Selon An T. Pham, stagiaire postdoctoral à l’Université du Michigan, on assiste aujourd’hui à une forte croissance de la demande d’électrification pour les véhicules électriques lourds. Surtout pour les véhicules de transport. C’est un fait et non une simple constatation qui, par la suite, a entraîné une vraie motivation pour les chercheurs. Étant donné que les interconnexions se font rares dans certaines zones.

Toujours d’après Pham, il n’y a que 219 stations de camionnage aux États-Unis. Et dans tous les cas, deux options énergétiques s’ouvrent aux utilisateurs de véhicules de transports électriques lourds. La première solution est de se tourner vers l’énergie renouvelable telle que le solaire, les SMR (petits réacteurs modulaires avancés) ou les batteries de stockage d’énergie. La deuxième option consiste à tirer l’énergie nécessaire à la recharge des véhicules poids lourds grâce à un réseau électrique.

« De manière générale, on recharge les camions via un réseau électrique. Ce qui pourrait être plus coûteux. Et d’après notre étude, les SMR et les micro réacteurs nucléaires sont considérés comme le principal concurrent de l’énergie fossile », ajoute Pham.

Borne de recharge véhicules électriques lourds

Trois questions pour mieux comprendre le potentiel du marché des microréacteurs

« Notre étude est basée sur trois points fondamentaux qui englobent le vrai potentiel du marché des microréacteurs. Il s’agit du coût des SMR sur les zones d’électrification des véhicules électriques lourds, les variations possibles en cas d’utilisation de l’hydrogène ou de l’électricité, et l’utilisation des microréacteurs qui sont de loin plus petits que les SMR », déclare An T. Pham.

À titre d’information, l’étude qu’a menée Pham concerne à la fois les poids lourds électriques à hydrogène et les voitures autonomes.  

Finalement, les résultats de l’étude affirment qu’il y a un réel potentiel à exploiter pour les petits réacteurs nucléaires dans les stations de camionnages électriques. Parallèlement, on constate avec les SMR un niveau de rentabilité plus élevé. Mais aussi une meilleure alimentation des camions électriques sans surcharger les réseaux de distribution.

Côté prix, la migration vers les petits réacteurs nucléaires modulaires va représenter une économie de plusieurs milliards de dollars. Soit environ 100 millions d’économies par borne de recharge. « L’intérêt est réel dans le déploiement des technologies SMR. Et cela devrait motiver les investisseurs à prendre part dans l’émergence du nucléaire. Mais aussi pour améliorer et faciliter l’accès à une meilleure distribution d’électricité pour les poids lourds électriques », ajoute Michael Graig, professeur adjoint de l’Université du Michigan. Aussi membre de l’Emerging Energy Markets Analysis Initiative.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.