Accueil > Business > Transports > Voiture autonome : Aeva lève 45 millions de $ pour concurrencer le LiDar
aeva conduite lidar

Voiture autonome : Aeva lève 45 millions de $ pour concurrencer le LiDar

Deux anciens ingénieurs d’Apple, Soroush Salehian et Mina Rezk ont quitté la firme de Cupertino pour créer leur propre startup, Aeva, et créer un concurrent au Lidar, le 4D LIDAR.

Aeva vient d’annoncer une levée de fonds de 45 millions de dollars auprès de Lux Capital et Canaan, deux VC américains. Le second cité avait participé à une levée de fonds de PrimeSense, la startup à l’origine de la technologie inclue dans les capteurs Kinect de Microsoft. Ces mêmes capteurs ont donné naissance au casque de réalité augmentée HoloLens.

C’est en toute logique que ces investisseurs ont appuyé le projet d’Aeva. La startup développe une technologie similaire au Lidar : le 4D LIDAR. Ce système compris dans un boîtier détecte la vitesse, la profondeur et la réflectivité sur une distance de 200 mètres.

Les deux ingénieurs à la tête de ce projet sont vraisemblablement deux anciens participants de Titan, le programme de conduite autonome d’Apple. Ils comprennent les défauts des télémètres laser déjà présents sur le marché. En effet, la plupart des Lidar utilisés disposent d’un rayon de détection de 100 mètres et peuvent être parasités par des reflets.

Palier les défauts du LiDar

Les systèmes de conduite autonome font appel au Lidar pour mesurer la profondeur. Des radars enregistrent la vitesse et des caméras filment l’environnement afin que l’ordinateur de bord détecte les obstacles. Ce traitement en temps réel demande une importante puissance de calcul parce qu’il faut mixer les différents flux de données.

Le système conçu par Aeva rassemble ces fonctionnalités dans un seul boîtier, ce qui réduit la puissance de calcul requise. Une intelligence artificielle non fournie par la startup doit assurer la mise en relation des différentes capacités : détection du mouvement, de la profondeur, de la vitesse et de la réflexion de la lumière.

Selon Reuters, la startup n’a pas révélé le coût de fabrication d’un tel équipement, mais elle assure éviter les surcoûts en n’utilisant pas les composants les plus chers. Aeva a réalisé il y a peu une démonstration dans un de ses hangars de San Francisco. Une Audi blanche était équipée de son prototype qui détectait les environs d’une fausse route.

Dans un article, nous évoquions les problématiques liées au Lidar. Cette technologie de télémétrie largement utilisée pour aider des véhicules autonomes à se repérer dans l’espace n’est pas parfaite. Utilisée par des entreprises comme Waymo, Uber, ou encore GM, elle coûte cher et n’est pas encore assez précise.

Aeva veut casser les prix sur marché fortement compétitif

Auprès de CNBC, Soroush Salehian déclare qu’un fabricant automobile peut intégrer jusqu’à cinq boîtiers Aeva dans un véhicule suivant le niveau d’automatisation souhaité. Selon lui, chaque unité coûterait entre 200 et 300 dollars, mais le prix n’est pas encore fixé. Il faudrait au minimum deux boîtiers, l’un pointé vers l’avant du véhicule, l’autre vers l’arrière pour assurer le fonctionnement d’une voiture autonome.

Nous sommes bien loin du prix d’un télémètre laser classique, compris entre 3 000 et 15 000 dollars. Précisons que les tarifs avancés ne comprennent pas le travail d’intégration du 4D LIDAR au sein du véhicule.

Aeva ne développe pas de système de conduite autonome à proprement parler. En revanche, elle espère connecter ses boîtiers aux systèmes des différents constructeurs. La startup n’est qu’au début de son aventure et devra se frotter aux avancées de ses concurrents Valeo, Velodyne, Luminar et Quanergy.

Cahier des tendances « RETAIL CONNECTE »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Send this to a friend