in

Voiture autonome : premier accident pour l’Apple Car

lexus apple car accident

Dans un rapport du Department of Motor Vehicles, on découvre qu’une Apple Car a été emboutie par l’arrière par une Nissan Leaf. La firme de Cupertino a confirmé qu’elle avait vécu le premier accident sur la voie publique avec un véhicule autonome.

Il faut bien une première à tout. Heureusement, celle-ci n’a pas eu de conséquence désastreuse. L’autorité des transports californienne a signalé dans un rapport public qu’un des SUV Lexus utilisés par Apple pour tester sa technologie de conduite autonome a eu un accident le 24 août 2018.

Une erreur humaine

Selon ce document consulté par Business Insider, l’Apple Car n’est pas responsable de cet accrochage. Le véhicule roulait en mode autonome à 1,6 kilomètre par heure aux abords d’une autoroute. Alors qu’elle attendait que la voie se dégage pour s’engager, elle fut frappée à l’arrière par un conducteur d’une Nissan Leaf. Heureusement, ce dernier ne roulait qu’à 24 kilomètres par heure : plus de peur que de mal.

pcloud

Apple a précisé qu’il n’y avait pas eu de blessés, seulement des dégâts matériels. Le conducteur de la Nissan Leaf n’était pas totalement en tort puisque l’Apple Car roulait à très basse vitesse dans une voie d’accélération.

Apple Car : la 95e collision d’une voiture autonome depuis 2014

Selon le Department of Motor Vehicles de l’Etat de Californie, il s’agit de la 95e collision impliquant un véhicule autonome depuis 2014. Depuis le début de l’année, l’autorité a compté 42 accidents. En 2017, Elle n’avait compté que trente accidents. Évidemment, la flotte plus importante, celle de GM Cruise est la plus citée dans ce rapport. Pour rappel, la firme de Cupertino dispose de près de 60 véhicules autonomes Apple Car.

Dans la plupart des cas, les voitures autonomes ne sont pas en cause dans les accidents. Tout comme cette Apple Car, les véhicules de Toyota, Waymo ou GM doivent faire face aux imprévus des réactions humaines.

Cela pose évidemment le problème de la cohabitation de voitures autonomes avec des véhicules pilotés par des humains. Un problème sûrement scruté de près par l’autorité routière californienne qui a donné en avril l’autorisation aux constructeurs automobiles de faire rouler des véhicules sans chauffeur.

Finalement, Uber est peut-être la seule firme à prolonger les tests sans conduite autonome sur la voie publique. Il faut dire que l’accident mortel ayant eu lieu à Tempa en Californie au mois de mars 2018 a refroidi les ardeurs du spécialiste du VTC.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *