Accueil > Business > E-Santé > Chronolife associe une IA et un t-shirt connecté pour suivre les patients
chronolife solution

Chronolife associe une IA et un t-shirt connecté pour suivre les patients

Chronolife développe PREDIGMA une solution qui combine un t-shirt connecté lavable et confortable et une application sur smartphone. Elle embarque un algorithme appelé HOTS capable de détecter à l’avance une décompensation cardiaque. La startup compte devenir un opérateur de services important dans le secteur de la santé.

S’il y a bien un domaine dans lequel l’IoT a toute sa place, c’est bien dans la santé. Les grandes firmes comme Google, Apple ou Amazon l’ont bien compris : toutes cherchent en ce moment même à développer des solutions qui visent à atténuer les problèmes de milliers, voire de millions de patients. Les opportunités économiques attirent ces acteurs.

Un t-shirt pas comme les autres

nexkin tshirt chronolife

Les startups souhaitent également tirer leur épingle du jeu. C’est le cas de Chronolife, une société crée en 2015. Celle-ci propose une solution prédictive de suivi médical à distance. Pour cela, elle développe un dispositif médical, un t-shirt connecté (notamment présenté à Vivatech), qui analyse 6 paramètres vitaux à l’aide de dix capteurs. Il est associé à une application mobile et une interface Web.

Le vêtement mesure localement l’activité du cœur (électrocardiogramme), l’impédance pulmonaire (vérifier l’absence ou la présence d’oedème dans les poumons) la respiration thoracique, la respiration abdominale, et la température de la peau. Il détecte également les chutes et l’activité physique. Les données sont envoyées par le biais du Bluetooth au smartphone. L’application mobile embarque un algorithme prédictif breveté appelé HOTS.

HOTS : un algorithme capable de détecter les décompensations cardiaques

Laurent Vandebrouck, directeur général de Chronolife, explique l’importance de ce dernier :

“Le t-shirt est une manière de démontrer l’efficacité de notre algorithme, mais la mission et l’activité clé de Chronolife, c’est la conception d’une technologie d’intelligence artificielle qui a la capacité, sur des calculateurs de faible puissance, de pouvoir fusionner des flux de données multiparamétriques générés en continu. À partir de cette fusion, HOTS est capable de produire des événements cliniques ».

Ce modèle s’inspire du fonctionnement du cerveau. C’est ce que l’on appelle un algorithme neuromorphique. La fusion de données multiparamétrique permet de prédire l’évolution de l’état de santé du patient et de générer des alertes en cas de dégradation. Les données sont ensuite mises à disposition du médecin pour une prise de décision médicale.

Des études cliniques prévues très prochainement

La startup a prévu de lancer une étude clinique à la rentrée dans plusieurs pays européens, au sien de plus d’une vingtaine d’hôpitaux. Au total, le Docteur Zarifah Reed, Directrice des affaires médicales chez Chronolife, supervisera les essais sur plus de 500 patients sous l’égide des autorités de santé.

Cette étape vise à prouver que la solution peut détecter de manière précoce une décompensation cardiaque.Les études concerneront des patients qui ont un historique d’accident cardiovasculaire. Malheureusement, après ce type d’événement, il y a une forte probabilité qu’un patient fasse une nouvelle décompensation cardiaque dans les semaines à venir. C’est pourquoi nous leur donnerons deux à trois vêtements afin de les suivre 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7. ”, déclare le directeur général de Chronolife.

Contrairement à d’autres systèmes qui s’adressent directement aux malades, la société envoie les données et les alertes aux plateformes de télémédecine ou aux intégrateurs spécialistes du monde hospitalier. Ils permettront de faire le lien entre les patients et les professionnels de santé via un tri sur la pertinence des alertes.

Selon Laurent VandeBrouck, l’algorithme peut également être mis en application dans le cadre d’autres pathologies chroniques telles que l’apnée du sommeil, la BPCO, l’épilepsie, etc.

Acquérir les certifications : un facteur clé pour Chronolife

On commence par les insuffisances cardiaques chroniques. Pour chaque pathologie, il faut passer par des phases cliniques afin d’obtenir les certifications et le remboursement des solutions. Et tout cela coûte très cher”, affirme notre interlocuteur.

Rien que pour la première étude en préparation, Chronolife déploie un budget compris en 2 et 3 millions d’euros.

La solution étant un dispositif médical, les données sont hébergées sur un serveur sécurisé et accrédité pour les données de santé. Chronolife veut également se lancer aux États-Unis. Elle prévoit d’adapter son infrastructure et de lancer une étude clinique sur la population américaine afin d’obtenir les autorisations de commercialisation auprès de la FDA.

Par ailleurs, Chronolife vient d’obtenir un premier marquage CE pour sa solution de monitoring grand public appelée NEXKIN. Concernant PREDIGMA, la solution prédictive, elle sera certifiée dispositif médical de classe 2b, à l’issue des essais cliniques.

C’est contraignant et c’est long. Il faut une bonne assise financière afin de pouvoir valider toutes ces étapes. Et c’est le problème pour les startups”, déclare le CEO.

La société a déjà investi 4 millions d’euros pour la phase d’amorçage du projet. Afin de passer à l’industrialisation et à la commercialisation, Chronolife prépare une levée de fonds qui sera annoncée cet été.

Les GAFA intéressés par la solution de Chronolife

chronolife monitoring

En Europe, Chronolife se concentre sur les marchés français, danois et allemands parce que les solutions de ce type sont déjà remboursées ou sont en voie de remboursement. Les acteurs du monde pharmaceutique, et les assureurs sont intéressés par le dispositif médical et la plateforme de monitoring de Chronolife pour faire du maintien de personne à domicile, pour les maladies chroniques et pour faciliter les programmes d’efficacité thérapeutique.

À ce titre, elle s’associe avec BePatient, une plateforme Web dédiée à la prévention et à l’accompagnement des personnes atteintes de pathologies chroniques. Chronolife fournit les t-shirts connectés lavables qui rendent possible le déploiement d’une offre commune. Les deux partenaires s’adressent principalement aux industriels du secteur de la santé.

En parallèle de l’activité d’opérateur de services, Chronolife développe le contrat de licence pour l’utilisation de son algorithme par des entreprises tiers.Les GAFA et les acteurs du monde de l’IT sont intéressés par HOTS pour le faire fonctionner sur leurs propres wearables et leurs smartphones”, assure Laurent Vandebrouck.

Les marquages CE et FCC concernent pour l’instant les applications grand public. En ce sens, la startup est en contact avec des entreprises, avec des acteurs de la défense et des clubs de sport collectifs.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Send this to a friend