Accueil > Smart City > Corinne Lepage appelle à suspendre le déploiement du compteur Linky
linky corinne lepage

Corinne Lepage appelle à suspendre le déploiement du compteur Linky

Lundi 9 avril, Corinne Lepage, ancienne ministre de l’Écologie et deux autres avocats ont annoncé un recours en référé en exigeant l’arrêt du déploiement du compteur Linky. En cause, les possibles dangers pour la santé humaine.

30 000 nouveaux compteurs Linky chaque jour, 10 millions d’installations, 35 millions d’installations prévus d’ici à 2021. Le boitier vert d’Enedis catalyse autant les efforts des fournisseurs d’énergie que ceux des opposants à l’exploitation des données personnelles et des personnes inquiètes des impacts sur la santé.

Corinne Lepage en première ligne

C’est cette tranche de la population qu’un collectif d’avocats, mené médiatiquement par l’ex-ministre de l’Écologie Corinne Lepage, veut défendre en décidant de saisir le lundi 9 avril la ministre de la Santé Agnès Buzyn et celui de l’écologie, Nicolas Hulot.

Dans les colonnes du Parisien, Corinne Lepage, l’ancienne ministre redevenue avocate, a lancé un ultimatum au gouvernement pour qu’il stoppe le déploiement du compteur Linky. S’il ne réagit pas d’ici deux mois, le collectif d’avocats promet de lancer “un recours collectif contre l’état au tribunal administratif au nom des maires et des citoyens opposés à Linky”.

Le compteur Linky est-il “healthy” ?

Linky corinne lepage alerte

Au nom du principe de précaution, Corinne Lepage exige la réalisation d’études scientifiques “évaluant les effets de ces compteurs sur la santé”. Cette sorte de mise en demeure fait suite aux déclarations d’Arnaud Durand, avocat au barreau de Paris, qui déposera un référé le 5 juin 2018 devant 11 tribunaux de grande instance au nom de 3000 personnes refusant l’installation ou exigeant le retrait du compteur Linky. Un bon nombre des plaignants estiment être victimes des ondes électromagnétiques émanant du compteur Linky.

L’Agence Nationale Sécurité Sanitaire Alimentaire Nationale (ANSES) et l’ANFR avaient pourtant conclu à une faible incidence des ondes émises par Linky branché en courant porteur (CPL) “sur le court ou le long terme”.

Cependant, les études sont remises en questions par le CRIIREM, Centre de recherche et d’information indépendant sur les rayonnements électromagnétiques. Ses membres estiment que les études sont incomplètes puisqu’elles ne prennent pas en compte “l’ensemble des rayonnements électromagnétiques émis par le dispositif Linky” qui est relié au réseau électrique des habitations.

Difficile reconnaissance de l’électro-hypersensibilité

L’Anses vient récemment de reconnaître que la sensibilité aux ondes électromagnétiques devait être prise en compte, mais ne reconnaît pas d’effet sur la santé depuis 2013. L’organisation Next-Up a recensé 70 427 électro-hypersensibles. De son côté, l’Agence française de sécurité sanitaire de l’environnement et du travail (AFFSET) évaluait la population d’électro-hypersensible en France à 2 % en France en 2009. Neuf ans plus tard, la recherche a lentement évolué, malgré une reconnaissance du syndrome en 2005 par l’OMS.

Le problème réside dans le relevé de symptômes « non spécifiques » (maux de tête, troubles visuels, fatigues, problème de mémoire à court terme, etc.) qui ne permettent pas de trancher le diagnostic. Pr Dominique Belpomme, cancérologue parisien, est l’un des seuls défenseurs de syndrome d’intolérance aux champs électromagnétiques. Selon Sciences et Avenir, le Conseil National de l’Ordre des Médecins a émis une plainte en mars 2017 contre le professeur pour de possibles manquements à la déontologie après l’alerte émise par le Dr Jacques Lombrozo, directeur du service des études médicales d’EDF. Selon lui, la moitié des certificats médicaux reçus concernant la contre-indication de pose du compteur Linky était émise par Dominique Belpomme.

D’un autre côté, EDF et ERDF (ancien nom d’ENEDIS), rappellent régulièrement leur respect des règles sanitaires, notamment lors des différents déploiements parfois houleux de lignes à très haute tension et ce malgré les plaintes de certains habitants exposés aux champs électromagnétiques. Corinne Lepage en sait quelque chose, elle défend régulièrement les anti lignes à très haute tension.

Cahier des tendances « RETAIL CONNECTE »

2 Commentaires

  1. C’est ENEDIS qui est ex EDF et pas l’inverse!!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Send this to a friend