in

Les cryptomonnaies : au cœur du conflit entre l’Ukraine et la Russie

cryptomonnaie conflit Russie Ukraine

65 millions de dollars, c’est le total des dons que le gouvernement ukrainien de Volodymyr Zelensky a récolté en cryptomonnaies depuis le début de la guerre qui l’oppose à la Russie via le site « Aid for Ukraine » ou “aide pour l’Ukraine”.

Depuis le début de la guerre qui oppose la Russie et l’Ukraine, le président ukrainien Volodymyr Zelensky reconnaît l’usage des cryptomonnaies sur son territoire. Une initiative qui n’est décidément pas sans conséquence sur la cryosphère. Mais, qui marque surtout une avancée colossale pour les acteurs du domaine. 

Rappelons qu’avant cette guerre, les bitcoins, Ether et autres monnaies virtuelles n’avaient pas bonne presse auprès des États et des grandes institutions. Notamment à cause de leur volatilité

Pour rappel, seulement deux jours après le début de l’offensive russe, Mykhailo Fedorov, le vice-premier ministre et ministre de la Transformation numérique ukrainien avait publiquement déclaré et tweeté la possibilité de faire des dons en crypto-monnaies. A cet effet, des adresses ouvertes assimilées à des comptes bancaires  et rattachées à la plateforme KUNA ont été créées. 

Table des matières

Les cryptomonnaies : un mode de paiement 2.0 rapide et efficace 

Alors oui, si les dons reçus par le gouvernement Ukrainien sous forme de crypto-monnaies ne représentent qu’une infime partie des milliards d’aides débloqués depuis le début de la guerre, cette initiative ne pourra qu’inspirer d’autres efforts. Telle que l’utilisation des monnaies virtuelles à des fins humanitaires ou défensives

Et il faut dire que l’utilisation des cryptomonnaies présente des avantages certains. Parmi lesquels la rapidité des transferts. En effet, alors qu’une transaction bancaire classique entre deux pays prend environ 24 heures pour la validation, les transferts en crypto, prennent 1 h tout au plus. Un laps de temps non négligeable en temps de guerre. 

Autre avantage : les personnes en possession de monnaies virtuelles n’ont pas besoin de passer par les institutions financières. De fait, toutes les transactions sont directement gérées par un code open source pouvant être inspecté. Surtout, l’ensemble des transactions sont inscrites de manière indélébile dans la blockchain.

Les risques liés aux cryptomonnaies

Bien sûr, si les cryptomonnaies présentent de nombreux avantages, elles ne sont pas non plus exemptes d’inconvénients. Entre autres, la facilité des transferts favorise énormément les escroqueries. 

En l’occurrence, les dons en cryptomonnaies permettent aux personnes peu scrupuleuses d’envoyer des actifs viciés provenant des activités criminelles ou les escroqueries. Comme le déclare  Artem Afian, l’avocat ukrainien spécialiste des crypto-monnaies. Le professeur Hillary Allen de la faculté de droit de l’American University souligne également dans son livre les potentiels risques des crypto-actifs sur les systèmes financiers. 

Dans tous les cas,  “chaque personne ayant fait un don à l’Ukraine via une monnaie virtuelle devrait faire un examen minutieux de tous les acteurs impliqués”. C’est ce qu’a déclaré Allen. « Qui se charge de recevoir la crypto-monnaie, de la convertir… il est important de considérer tous ces aspects comme pour n’importe quelle autre type de don” a t-il ajouté. 

De leur côté, les grands exchanges comme Binance, CoinBase ou Kraken mettent un point d’honneur à recueillir les informations d’identification de toutes les personnes qui utilisent leurs services. Ils ont également pris des mesures pour limiter l’utilisation de certains de leurs services en Russie.

La gestion des dons collectés par l’Ukraine 

Selon Afian, “les dons collectées par l’Ukraine jusqu’à présent permettront aux gouvernements de comprendre que la gestion des crypto-monnaies peut se faire de manière officielle et transparente”. 

De manière générale, la grande majorité des dons obtenus en crypto monnaies ont servis pour l’achat de gilets pare-balles, lunettes à visée thermiques et des rations alimentaires. Bornyakov a notamment déclaré qu’ environ 34 millions de dollars des fonds reçus ont été convertis en devise locale. Tandis que le reste ont servis à des achats auprès des commerçants qui acceptent les crypto comme mode de paiement. 

Par ailleurs, il est possible de vérifier et suivre les transactions en crypto-monnaies vers les comptes de l’Ukraine sur des outils publics. De même que l’ensemble des transferts effectués depuis les comptes contrôlées par l’Ukraine. 

La Russie : nouvelle partisane du Bitcoin

« Aujourd’hui, les cryptomonnaies jouent un rôle clé dans la défense de l’Ukraine », a déclaré le vice-ministre de la transformation numérique du pays, Alex Bornyakov. Mais, de manière générale, les monnaies virtuelles et plus particulièrement le Bitcoin jouent un rôle capital dans ce conflit. 

Ceci s’explique notamment par leurs caractéristiques non-étatiques. Parce que oui, les crypto-actifs ne portent la couleur d’aucun pays ou bloc géopolitique constitué. En ce sens, ces monnaies transfrontalières et décentralisées permettent l’envoi et la réception sans entrave des transferts. Et ce, même en cas de censure ou de fermeture des frontières. 

En définitive, il n’y a pas seulement que l’Ukraine qui trouve son intérêt dans les cryptomonnaies. On constate également une acquisition massive de bitcoin par la Russie. Christine Lagarde avait notamment pointé l’augmentation impressionnante du volume des transferts mondiaux de roubles en crypto-monnaies. 

Cette tendance s’explique par le fait que depuis l’exclusion de la Russie du réseau bancaire Swift, sa monnaie nationale, le Rouble russe souffre d’une forte dévaluation. L’achat du bitcoin vise donc à contourner les sanctions occidentales.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.