in

D’ici quelques années, nous serons noyés dans les déchets électroniques

déchets électroniques

Vous avez peut-être plusieurs fantômes de téléphones portables qui vous hantent depuis un tiroir sombre. Le téléphone dont la batterie est morte. Celui que vous avez laissé tomber dans la cuvette. Celui que vous avez bloqué en tapant trop souvent le mauvais code d’accès.

Enfin, vous devez vous débarrasser de déchets électroniques plus importants. Un écran large avec des pixels manquants, au bout du compte, tous nos e-déchets nous submergeront un jour.

Des tonnes de déchets électroniques chaque jour

Durant ces dernières années, chaque jour, les gens ont produit 140 000 tonnes de déchets électroniques. Selon les chercheurs si ces e-déchets étaient entièrement constitués d’iPhone 11 bloqués, on pourrait reconstruire le Taj Mahal avec.

pcloud

Chaque mois, le monde produit un tas de briques de déchets électroniques. Plus concrètement, on  produit près de 4,47 millions de tonnes.

Un Empire State Building de déchets électroniques chaque année

Les gens ont déversé 53,6 millions de tonnes de déchets électroniques en 2019. Il s’agit d’une hausse de 9,2 Mt en cinq ans. La croissance des e-déchets est supérieure à celle des activités de recyclage.

Les appareils électroniques sont de plus en plus légers. Pourtant, le tonnage qui est gaspillé année après année continue d’augmenter.

D’ici 2030, la quantité annuelle de déchets électroniques dans le monde devrait engloutir le plus haut bâtiment de l’hémisphère occidental : le One World Trade Center.

Il s’agit de 74,7 millions de tonnes de déchets mis au rebut, soit la quantité de e-déchets que nous devrions produire chaque année d’ici à 2030.

Production mondiale de déchets électroniques

Les déchets électroniques ne sont pas distribués de manière égale. Les fabricants s’approvisionnent en composants, notamment en métaux et minéraux précieux, dans des pays à faible revenu. Les consommateurs les utilisent et les éliminent dans les pays occidentaux et asiatiques à haut revenu. Enfin, les fabricants et les autorités les renvoient vers les pays à faible revenu et les économies émergentes pour y être « recyclés ».

L’une des nations les plus riches du monde, la Norvège, est le pays qui produit le plus de déchets électroniques par habitant. Les pays européens occupent les dix premières places pour la production de déchets électroniques par habitant, suivis par l’Australie et les États-Unis. Dix-huit des vingt pays qui produisent le moins de déchets électroniques se trouvent en Afrique.

Lois sur le droit à la réparation dans le monde

Le recyclage n’est pas une panacée. Il peut s’agir d’un processus à forte intensité énergétique, avec des coûts imprévus pour les personnes et la planète. Déposer des objets à recycler nous donne bonne conscience. Toutefois, le sort d’une grande partie des déchets envoyés à l’étranger pour y être traités reste un mystère.

Au cours des dernières décennies, le mantra commun a été « réduire, réutiliser, recycler », et il est important de ne pas sous-estimer le pouvoir de la réduction et de la réutilisation. Mais une quatrième option gagne du terrain à mesure que le mouvement pour le droit à la réparation prend de l’ampleur.

Démonter pour remonter

Le pouvoir et la responsabilité ultimes en matière de déchets électroniques, de recyclage et de droit à la réparation incombent aux gouvernements et aux entreprises, quels que soient les efforts qu’ils déploient pour rejeter la faute sur les consommateurs.

Mais la responsabilité des consommateurs est essentielle pour que le changement culturel vers une « société de la réparation » ait lieu. Les lois sur le droit à la réparation sont difficiles à obtenir.

La prochaine fois que votre ordinateur portable ou votre ventilateur de bureau vous lâchent, envisagez de les réparer. Il s’agit d’un endroit informel (et souvent gratuit) où vous pourrez rencontrer des experts qui vous aideront à réparer vos appareils électroniques, même si vous n’avez aucune idée de ce que vous faites.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *