Algorithmes

Le bouleversement de notre société par l’économie des algorithmes est en marche

Dans un édito publié sur le blog de Gartner, Peter Sondergaard, Vice-Président section Recherche chez Gartner, lève le voile sur un constat : la donnée est partout, le secteur de l’IT se développe et court droit à une inévitable transformation. Et le Big Data devient la norme. Toutefois, qu’est la donnée sans valeur d’usage ? C’est justement ce que dépeint Peter Sondergaard en décrivant l’avènement d’une économie centrée autour de l’algorithme, cette formule magique si convoitée.

Gartner

La donnée est partout, mais seule, elle ne sert à rien

C’est la première affirmation de Peter Sondergaard : les conversations sur le Big Data animent les conversations du secteur IT, mais « le data est bête, c’est inhérent« . Pourquoi ? Parce que sans valeur d’usage, le data n’est rien. Il ne fait rien, il ne sert à rien.  Et le Big Data est difficile à monétiser, car il est complexe.

La donnée seule ne peut pas être le vecteur de la prochaine innovation en matière d’IT. La prochaine « ruée vers l’or » pour Peter Sondergaard, c’est une compréhension de ce que l’on va pouvoir faire avec la donnée ! Et c’est ce que promet l’économie des algorithmes.

La donnée, huile essentielle de notre siècle

Telle une plante banale dont il faut extraire l’essence pour découvrir une huile précieuse, la donnée doit être exploitée. IBM annonçait déjà en 2011 que 90% des entreprises ne savaient pas analyser les données créées. Et réitère au premier trimestre 2015 avec la sortie de son Cloud adapté à l’IoT, l’IoT Cloud, et Bluemix. Ils annonçaient à cette occasion que 60% des données générées étaient même perdues.

Google Brillo
Google Brillo, le projet adapté à l’IoT annoncé lors de la conférence Google I/O

Et les algorithmes seraient la solution ? Oui, parce qu’ils résolvent  et transforment des problèmes spécifiques en actions, soit la recette magique pour les entreprises, dans le futur. Et ils sont déjà partout. Dans les voitures autonomes par exemple : Google a créé des algorithmes personnalisés qui combinent le software, les données, les capteurs et les éléments physiques, le tout imbriqué dans une véritable innovation qui nous transporte dans un futur proche. En zone boursière, également. « C’est l’algorithme conçu par un trader qui définit sa capacité de générer des retours sur investissement plus importants que ceux de ses rivaux. Et qu’est ce qui fait de Google une des marques les plus célèbres dans le monde ? Ce n’est pas la donnée, c’est leur secret le mieux gardé : leurs algorithmes.  » précise Peter Sondergaard.

Un monde en transition est un monde d’opportunités

Mais où est-ce que cela nous mène, se demande Peter Sondergaard ? Nous allons vers des logiciels qui pensent. Le Machine Learning serait donc la solution. Des logiciels qui pensent ET qui réalisent des actions. Des logiciels qui ont une capacité cognitive et qui conduisent des interactions M2M de façon toujours plus intelligente. On ne dit plus vraiment intelligence artificielle de nos jours, mais c’est ce à quoi nous pensons en parlant de cela.

Assistant virtuel
Musio, le nouveau robot qui communique avec les humains, façon Nabaztag

Et c’est un modèle qui offre des opportunités de transition économique à de nombreuses entreprises. L’idée pour certaines d’entre elles pourrait être de monétiser leurs algorithmes à des entreprises non-rivales, telles des licences. Le Vice-Président de Gartner imagine une chaîne de production qui commercialise la licence de ses algorithmes logistiques à un fabricant de réfrigérateurs, pour faire un partenariat avec un primeur pour délivrer des aliments en fonction de vos habitudes alimentaires. Pourquoi développer une solution compliquée à coûts élevés, tandis qu’il est simplement possible d’implémenter rapidement une solution existante ? Chacun peut créer de nouvelles dynamiques pour l’économie de son entreprise.

Avec ces solutions, on offre des services sur mesure et adaptés aux consommateurs, et surtout dans le monde de l’Internet des Objets. Des objets connectés via lesquels le consommateur accepte l’enregistrement de ses habitudes, recroisées avec des services…et vous obtenez une société entière qui va droit à l’essentiel vers ses besoins, donc un marketing ultra ciblé efficace.

Ce questionnement devrait animer les réunions des chefs de l’IT, tandis que des produits sortent sur ce thème, comme le projet Google Brillo, adapté à l’IoT, un système qui permet la connexion entre plusieurs appareils. Permettre une communication efficace entre les machines sans intervention humaine, c’est l’enjeu qui pourrait bouleverser notre société.

L’économie des algorithmes

Tout ceci créera inévitablement de nouveaux marchés qui achèteront et revendront leurs propres algorithmes, et généreront des revenus ainsi. De nouveaux postes devraient émerger, et la stratégie Cloud est vraiment ce qu’on appelle un « hot topic », une tendance qui devrait se confirmer dans les années à venir.

Peter Sondergaard imagine même une marketplace façon boursière, avec des milliards d’algorithmes disponibles pour régler tous les enjeux digitaux de notre société, le tout-Internet qui sauverait des vies professionnelles et doperait l’intelligence des entreprises…pour lui, le vrai bond en avant viendra de là.

Et ce qui est le plus pertinent dans cette estimation de Gartner, c’est qu’effectivement, l’IoT ne sera plus résumé à une foule de gadgets inutiles, qui sortent parce que l’innovation doit être au cœur des entreprises pour éviter d’être larguées dans le flot high-tech et la tendance. Les objets connectés doivent réaliser des actions pertinentes, et apprendre de leurs usagers, pour offrir des services auxquels nous n’osons même pas encore penser. Le genre de service que fournit aujourd’hui un réseau social que nous n’imaginions même pas utiliser il y a dix ans…ou ce genre de service qu’offre un smartphone, devenu quasiment indispensable, en tout cas prééminent dans nos vies.

Source

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *