in

Electronique intelligente : un pas de plus avec les avancées de la nanotechnologie

bicouches de C3N

Alors que la technologie basée sur le silicium atteint ses limites absolues, un matériau conçu par des chercheurs de l’université du Queensland pourrait annoncer la prochaine génération d’appareils électroniques. Des appareils dotés de mémoire plus importante, de vitesses plus élevées et de fonctionnalités plus avancées.

Fabriqué à base de carbone, ce matériau pourrait contribuer à la croissance du marché de la nanoélectronique. Un marché dont la valeur devrait atteindre 162 milliards de dollars d’ici à 2027.

Électronique intelligente : destiné à de nombreuses applications

Le professeur Debra Bernhardt de l’Australian Institute for Bioengineering and Nanotechnology (AIBN) et de la School of Chemistry and Molecular Biosciences (SCMB) de l’UQ a déclaré que les applications potentielles sont nombreuses. Cette nouvelle technologie pourrait effectivement s’appliquer dans les télécommunications, les systèmes d’accès automatiques et les équipements médicaux.

« Le graphène a longtemps été considéré comme un matériau prometteur pour l’électronique. Il dispose d’une grande résistance mécanique et d’une conductivité électrique et thermique exceptionnelle, mais a également ses limites », a déclaré le professeur Bernhardt.

Profitez de 2 To à vie de stockage en ligne avec pCloud

« L’équipe de recherche a conçu un matériau avec des atomes d’azote inclus dans deux couches de graphène en forme de nid d’abeille. Elle a ensuite expérimenté le déplacement et la torsion des couches.

« Ce matériau — les bicouches de C3N — a le potentiel d’étendre les capacités de l’électronique à l’échelle nanométrique. Ce qui permet d’avoir plus de fonctionnalités dans une zone plus petite.

Un matériau destiné à la production de composants électroniques

Les modifications de l’alignement des couches peuvent permettre de personnaliser le flux d’électricité pour divers dispositifs. Ce qui n’est pas possible avec le graphène seul.

Le professeur Bernhardt a déclaré que les nouvelles structures permettaient la production de divers composants électroniques. Des composants dont il est possible de combiner pour produire des appareils électroniques avec des exigences et des capacités aussi diverses que des réfrigérateurs et des smartwatches.

« C’est passionnant, car cela combine les prédictions théoriques et la recherche expérimentale pour développer de nouveaux dispositifs. Des dispositifs qui pourraient d’ailleurs s’utiliser dans de nombreuses applications telles que la mémoire des ordinateurs et l’électronique flexible. »

Elle a déclaré que la recherche était une étape importante. Toutefois, d’autres travaux étaient nécessaires pour produire plus facilement le matériau à un coût réduit.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

G+D Pod partenariat

Giesecke+Devrient acquiert le groupe Pod pour renforcer sa position dans le domaine de l’IoT

Choetech

Amazon retire le fabricant Choetech de sa boutique