in

L’électronique néfaste pour le développement du cerveau du bébé ?

esters organophosphorés nuisent au développement cérébrale

Selon un commentaire publié dans Environmental Health Perspectives, les produits chimiques de plus en plus utilisés comme retardateurs de flamme et plastifiants présentent un risque plus important que prévu pour le développement du cerveau des enfants. L’équipe de recherche a examiné des dizaines d’études humaines, animales et cellulaires. Elle a conclu que l’exposition à des niveaux même faibles de ces produits chimiques, appelés esters organophosphorés, peut nuire au QI, à l’attention et à la mémoire des enfants. Ce, d’une manière qui n’a pas encore été examinée par les organismes de réglementation.

La neurotoxicité des esters organophosphorés utilisés comme agents neurotoxiques et pesticides est largement reconnue. Toutefois, on a toujours considérés que les esters organophosphorés utilisés comme retardateurs de flamme et plastifiants sont plus faible. En conséquence, on les utilise largement pour remplacer certains retardateurs de flamme halogénés. Des produits éliminés progressivement ou interdits dans l’électronique, les sièges de voiture et autres produits pour bébés, les meubles et les matériaux de construction. Cependant, l’analyse des auteurs a révélé que ces produits chimiques sont également neurotoxiques, mais par des mécanismes d’action différents.

« L’utilisation d’esters organophosphorés dans tout, des téléviseurs aux sièges de voiture, a proliféré sous l’hypothèse erronée qu’ils sont sans danger », a déclaré Heather Patisaul, auteur principal et neuroendocrinologue à l’université d’État de Caroline du Nord. Malheureusement, ces produits chimiques semblent être tout aussi nocifs que ceux qu’ils sont censés remplacer. Mais ils agissent par un mécanisme différent.

Esters organophosphorés : une menace pour le développement cérébrale

Les esters organophosphorés migrent continuellement hors des produits dans l’air et la poussière. La poussière contaminée se retrouve sur nos mains. On les ingère ensuite par inadvertance lorsque nous mangeons. C’est pourquoi ces produits chimiques se retrouvent chez pratiquement toutes les personnes testées. Les enfants sont particulièrement exposés du fait du comportement main-bouche. Les bébés et les jeunes enfants ont donc des concentrations beaucoup plus élevées de ces produits chimiques dans leur organisme. Et ce, pendant les périodes les plus vulnérables du développement du cerveau.

« Les esters organophosphorés menacent le développement cérébral de toute une génération », a déclaré Linda Birnbaum, co-auteur et directrice à la retraite du NIEHS. Si nous ne mettons pas fin à leur utilisation maintenant, les conséquences seront graves et irréversibles.

pcloud

Les auteurs appellent à mettre un terme aux utilisations inutiles de tous les esters organophosphorés. Cela inclut leur utilisation comme retardateurs de flamme pour répondre à des normes d’inflammabilité inefficaces dans les produits de consommation, les véhicules et les matériaux de construction.

Pour les utilisations où l’on considère les esters organophosphorés comme essentiels, les auteurs recommandent aux gouvernements et à l’industrie de procéder à des évaluations des alternatives. Il leur demande ainsi d’investir dans des solutions innovantes sans produits chimiques nocifs.

« Les esters organophosphorés présents dans de nombreux produits ne remplissent aucune fonction essentielle. Ils présentent même un risque grave, en particulier pour nos enfants », a déclaré Carol Kwiatkowski, co-auteur.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *