in ,

eVaderis booste la puissance et l’autonomie des objets connectés

La start-up grenobloise eVaderis a développé une puce performante destinée aux objets connectés qui permet l’augmentation de la puissance de calcul et de la capacité de stockage tout en réduisant la consommation énergétique.

La jeune entreprise eVaderis a vu le jour en septembre 2014 à Grenoble. Elle a pour objectif de proposer aux fabricants d’objets connectés de nouveaux processeurs de contrôle haut de gamme, leur permettant d’augmenter l’intelligence de leurs produits tout en conservant une autonomie relativement forte.

eVaderis Logo

Ceux-ci sont conçus grâce à des technologies non volatiles qu’on appelle résistives (NVRM), développées par le laboratoire Spintec et par le LETI (Laboratoire d’Électronique et de Technologie de l’Information). « L’efficacité énergétique et la performance de notre technologie reposent sur le développement d’une nouvelle architecture de traitement des informations mettant en œuvre des mémoires non volatiles offrant un rapport vitesse / énergie inégalé », explique Virgile Javerliac, Directeur d’eVaderis.

Virgile Javerliac directeur eVaderis
Virgile Javerliac, Directeur eVaderis

Ces processeurs sont destinés aux intégrateurs de systèmes dans de multiples secteurs (médical, environnement, sécurité, surveillance, etc…), pour répondre aux besoins d’un marché qui demande de plus en plus de puissance de calcul à autonomie constante.

« Aujourd’hui, les fabricants d’objets connectés fonctionnant sur piles doivent constamment trouver un compromis entre performance et autonomie. Mais, en raison d’une consommation excessive, en particulier au niveau de la fonction de communication, de nombreuses applications sont limitées. Il faut donc faire en sorte que la puce intégrée dans l’objet exécute elle-même le maximum de traitements sur les données avant envoi (stockage, analyse, compression), et ce avec une consommation réduite » précise Jean-Pierre Nozières, cofondateur d’eVaderis.

Fonctions Puce eVaderis

La jeune entreprise, lauréat du concours I-Lab 2014, supporté par le ministère de la recherche et BpiFrance, est actuellement en phase de levée de fond. Elle prévoit de rester sur un mode de fonctionnement fabless (sans usine) et de commencer à commercialiser ses processeurs d’ici fin 2016 ou début 2017.

source : industrie-techno.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.