Accueil > Business > E-Santé > France eHealth Tech, une association au service de l’E-santé
Un médecin touchant du doigt un écran tactile futuriste

France eHealth Tech, une association au service de l’E-santé

Née il n’y a même pas trois mois, l’association France eHealth Tech regroupe aujourd’hui 59 startups dans le domaine de l’E-santé dans toute la France.

Une association qui fédère les startups de l’E-santé, les entreprises et les grands groupes de France dans le secteur de la santé, voilà quelque chose qui semblait manquer dans l’hexagone. Ainsi, toutes les startups qui travaillent à développer des plateformes web, des applications mobiles et objets connectés de santé, des réseaux sociaux en santé et tout autre aspect qui touche au numérique, sont chaleureusement invitées à rejoindre l’association France eHealth Tech afin de gagner en visibilité.

Promouvoir les « licornes françaises » en santé, un enjeu important pour France eHealth Tech. Et parmi ces 59 licornes, on trouve Sevenhugs, Withings, SWAF ou encore Smoke Watchers, qui sont spécialisées dans les objets connectés santé.

France eHealth Tech compte bien accueillir de nouvelles startups et qui se présente aux divers événements numériques. Le 3 décembre dernier, elle était présente au Jeudidigital, un événement initié par Axelle Lemaire et qui permet aux startups de se présenter et de démontrer l’intérêt de leur produit ou service devant des investisseurs, des acheteurs publics et de grands comptes.

L’E-santé, un enjeu national

Et les solutions amenées par l’E-santé sont encore méconnues de la plupart des Français qui ne s’y intéressent pas assez. Que ce soit les sites internet, les applications mobiles ou les objets connectés, rien ne semble convaincre les utilisateurs de leur utilité.

Suivant Précedent
 etude de l'association sur les objets connectes
les objetsco les plus utilisés
perception des objetsco
Suivant Précedent

On peut voir grâce aux images ci-dessus que les objets connectés n’occupent pas une place importante dans le coeur des patients. 78% des personnes interrogées ont d’ailleurs précisé qu’elles ne possèdent pas d’objet connecté. Pour ceux qui en utilisent, il s’agit principalement des traqueurs d’activité et des balances connectées. Enfin, dans 81% des cas, le médecin ne voit pas l’intérêt de prescrire l’utilisation d’un objet connecté. 

Il semble donc que les objets connectés et l’E-santé ne soient pas des sujets encore importants à aborder. Il faut alors penser à éduquer la population, mais aussi à créer des solutions et des objets connectés qui soient utiles et non de simples gadgets. La relation patient/médecin commence déjà à évoluer, nous avions vu tout l’intérêt des consultations vidéos et des suivis il y a peu. Aujourd’hui, l’association souhaite agir.

Les startups E-santé, une aubaine pour l’emploi ?

Les membres de l’association étant des startups, elles ont un âge moyen d’existence assez récent. Et parmi ces 59 startups, 17 font partie du régime JEI, Jeune Entreprise Innovante.

Selon les estimations de France eHealth Tech, il s’agirait de 731 emplois soit 13 par startups, si l’on se base sur 56 d’entre elles. Et deux d’entre elles ont un effectif qui dépasse les 150 employés.

Autant dire que le monde des startups est donc un écosystème favorable à l’innovation et à l’emploi.

Source

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *