in

[CeBIT 2015] Des annonces tentaculaires pour Huawei mettent la Chine sur le podium

Huawei
Le stand Huawei au MWC 2015, à Barcelone

Huawei est à Hanovre, en Allemagne du 16 au 20 mars 2015, à l’occasion du CeBIT 2015, ciblé autour du thème de la transformation digitale. Le CeBit ? C’est le plus grand événement autour de la bureautique et des technologies de l’information, un salon de deux ans plus âgé que la marque chinoise Huawei, fondée en 1988 et se tenant au parc des expositions de Hanovre. L’occasion pour la marque d’annoncer ses dernières innovations. 

Des avancées en matière d’industrie 4.0

Huawei participe à l’occasion du salon à plusieurs événements sur le thème « Innovative ICT to Build a Better Connected World » (Les innovations en matière d’Informations et de Technologies de la Communication pour construire un monde meilleur). Huawei dispose non pas d’un mais de deux halls pour présenter ses produits et solutions IT. C’est tout le portfolio de la marque chinoise qui sera présenté, en plus de nouveautés. En l’espace de deux jours, plusieurs annonces ont été faites :

Une coopération avec SAP, premier éditeur de logiciels en Europe, autour des innovations IoT pour étendre le marché en Chine, à Shenzen, siège social de Huawei, et à Walldorf en Allemagne, siège social de SAP. Le but : fournir de nouvelles solutions marketing et faire avancer la recherche autour de l’Internet des Objets.

Twitter Huawei
Signature du Memorandum Of Understanding, accord bilatéral de coopération entre SAP et Huawei à l’occasion du CeBIT 2015

 Et cette signature est loin d’être la seule, Huawei a prévu un plan massif de partenariats signés « en direct » avec 35 partenaires, dont SAP, mais également Hexagon, IBM, Sobey, Honeywell, mais également des partenaires dans les télécoms tels que Vodafone et Deutsche Telekom. D’autres partenariats seront noués à l’occasion du CeBIT autour de l’Industrie 4.0 avec des infrastructures IT, de cloud computing, et bien d’autres.

Huawei fera la démonstration de six produits clés et de sept solutions clés dans le domaine des transports, de l’énergie et de la finance avec notamment des projets de Smart cities, de collaborations autour de systèmes Agile, et de Cloud Data Centers.

La quatrième révolution sera industrielle, selon Huawei

Le gouvernement allemand a profité de l’occasion de ce salon pour mettre en avant des stratégies high-tech afin de promouvoir le développement des infrastructures liées aux technologies du numérique et de la croissance économique. M.Yan Lida, le Président du Groupe Huawei dans une conférence intitulée : « Les TIC permettent une nouvelle révolution industrielle » (TIC : Technologies de l’Information et de la Communication) a affirmé : « Le développement des technologies innovantes incluant le haut débit mobile, le SDN, le cloud computing, le Big Data et l’Internet des Objets permet de transformer les industries traditionnelles, déclenchant ainsi la quatrième révolution industrielle. L’Industrie 4.0 nécessite de nouvelles infrastructures de TIC fondées sur des réseaux plus intelligents et mieux connectés. »

Une image de marque, mais pas que…

Bref, un salon largement trusté par la présence de Huawei, déjà massivement implanté lors du Mobile World Congress à Barcelone avec plusieurs stands dont un village VIP entier intégré dans un des halls. Pour rappel, Huawei, c’est 170 000 employés dans le monde, une implantation dans plus de 170 pays et régions. En France, son image a été sévérement ternie par la diffusion en novembre 2014 du documentaire Cash Investigation, présenté par Elise Lucet, pour France 2, révélant le travail d’enfants dans les usines de fabrication de smartphones en Chine. Elise Lucet avait alors interpellé lors des assises organisées par le magazine « L’Usine Nouvelle », François Quentin, le Président du Conseil d’Administration de Huawei France, lui tendant des clichés d’une jeune chinoise de treize ans travaillant dans une des usines sous-traitantes du groupe. François Quentin s’était effacé rapidement, ne souhaitant pas répondre aux questions de la journaliste. Il avait ensuite réagi vivement sur les réseaux sociaux, menaçant la journaliste :  « J’ai activé tous mes réseaux et Madame Lucet n’aura plus aucun grand patron en interview, sauf ceux qui veulent des sensations extrêmes ou des cours de Media Training !» avant de regretter ses propos et de les corriger sur Twitter. Le rappel est à l’ordre du jour car le documentaire a été rediffusé le 16 mars 2015 sur France 2, premier jour du CeBIT 2015.

Elise Lucet Huawei
Elise Lucet tendant à François Quentin des clichés d’une jeune chinoise de treize ans travaillant dans les usines Huawei

Aujourd’hui, il ne fait aucun doute que la marque chinoise n’a pas tremblé sur son socle et poursuit son avancée sur le marché, étendant ses voiles et diversifiant ses secteurs d’activité, afin de s’instaurer comme un acteur majeur de la transformation digitale. 

source

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.