in ,

Présenté comme propre, l’hydrogène « bleu » pourrait être pire que le gaz et le charbon

Convertir des eaux usées en hydrogène

L’hydrogène « bleu » est une source d’énergie qui implique un processus de fabrication d’hydrogène à partir du méthane présent dans le gaz naturel. Il se présente comme une énergie propre et verte permettant de réduire le réchauffement climatique. Mais des chercheurs des universités de Cornell et de Stanford estiment qu’elle pourrait nuire davantage au climat que la combustion de combustibles fossiles.

L’empreinte carbone de la création d’hydrogène bleu est supérieure de plus de 20 % à celle de l’utilisation directe de gaz naturel ou de charbon pour le chauffage. Elle est aussi supérieure d’environ 60 % à celle de l’utilisation de gazole pour le chauffage.

L’hydrogène bleu commence par convertir le méthane en hydrogène et en dioxyde de carbone. Il utilise ainsi de la chaleur, de la vapeur et de la pression, ou hydrogène gris. Toutefois, il va plus loin pour capturer une partie du dioxyde de carbone. Une fois que le dioxyde de carbone sous-produit et les autres impuretés sont séquestrés, il devient de l’hydrogène bleu. C’est ce qu’en tout cas a indiqué le ministère américain de l’Énergie.

Du méthane pour l’extraction de l’hydrogène « bleu »

Le processus de fabrication de l’hydrogène bleu nécessite une grande quantité d’énergie, selon les chercheurs. Il est généralement fourni en brûlant davantage de gaz naturel.

« Dans le passé, aucun effort n’a été fait pour capturer le dioxyde de carbone sous-produit de l’hydrogène gris. Les émissions de gaz à effet de serre ont donc été énormes », a déclaré Howarth.

« Maintenant, l’industrie promeut l’hydrogène bleu comme solution, une approche qui utilise toujours le méthane du gaz naturel, tout en essayant de capturer le dioxyde de carbone sous-produit. Malheureusement, les émissions restent très importantes. »

Selon M. Howarth, le méthane est un puissant gaz à effet de serre. Il est plus de 100 fois plus puissant en tant qu’agent de réchauffement de l’atmosphère que le dioxyde de carbone lorsqu’il est émis pour la première fois. Le rapport du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat des Nations unies, publié le 9 août, montre que, cumulativement, au cours du siècle dernier, la contribution du méthane au réchauffement de la planète est environ deux tiers de celle du dioxyde de carbone, a-t-il ajouté.

Les émissions de l’hydrogène bleu sont moindres que celles de l’hydrogène gris, mais seulement de 9 à 12 % environ.

L’hydrogène vert reste le meilleur hydrogène

« L’hydrogène bleu est loin d’être exempt d’émissions », ont écrit les chercheurs. « L’hydrogène bleu en tant que stratégie ne fonctionne que dans la mesure où il est possible de stocker le dioxyde de carbone à long terme. »

« L’hydrogène bleu sonne bien, sonne moderne et sonne comme une voie vers notre avenir énergétique. Ce n’est pas le cas. »

L’hydrogène « vert », respectueux de l’environnement, existe bel et bien. Toutefois, il s’agit d’un secteur restreint et il n’a pas encore été commercialisé. On peut obtenir de l’hydrogène vert lorsque l’eau passe par une électrolyse. L’hydrogène de l’eau se sépare ainsi de l’oxygène.

Cette recherche a été soutenue par une subvention de la Fondation Park. Howarth est membre du Cornell Atkinson Center for Sustainability.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.