Accueil > Business > E-Santé > [Startup Tour] Instent développe un projet de télésurveillance des artères pour guérir les malades cardiaques
startup Instent

[Startup Tour] Instent développe un projet de télésurveillance des artères pour guérir les malades cardiaques

Avec Instent, Franz Bozsak et son équipe travaillent sur le développement d’un embout connecté, un système de télésurveillance, pour les stents, des petits ressorts en métal placés dans les artères pour éviter les crises cardiaques.

Et tout le projet est parti d’une « simple » thèse. Celle de Franz Bozsak, sur laquelle il planchait en 2009, alors qu’il terminait ses études dans l’aérospatial à Polytechnique Paris. « Mon professeur de thèse, Abdul l. Barakat, m’a toujours soutenu », précise-t-il. Il fait maintenant partie du projet.

Instent, illustration

De cette thèse est donc né Instent, qui vise à placer un système de télésurveillance sur les stents, pour anticiper, prévenir ou traiter au mieux les crises cardiaques. Un projet fou mais faisable, s’est entendu dire Franz Bozsak, qui ne s’est pas découragé. Et il a bien fait: en avril 2014, Instent gagne le concours mondial de l’innovation et s’officialise en tant que société. Un an plus tard, rebelote, l’équipe remporte le Hello Tomorrow Challenge, dans la catégorie santé.

Franz Bozsak, CEO & founder

Allemand d’origine, Franz Bozsak a obtenu un diplôme d’ingénieur à Stuttgart en 2009, avant de suivre le Fulbright Program (échange franco-américain). Il prépare ensuite un doctorat en ingénierie bio-médicale à l’école Polytechnique de Paris puis, en 2013, suite un Master d’ingénierie, innovation et entreprenariat à l’université de Stanford.
Instent team 2
Une partie de l’équipe d’Instent aux 16 kilomètres de Paris (photo Twitter)

Pour l’instant encore accélérée par Polytechnique Paris, l’équipe est également incubée chez Agoranov depuis septembre 2014, mais hors-murs. « C’est une vraie chance, pour une jeune startup, d’être incubée. On profite de l’expertise de professionnels, on a plus facilement accès à des réseaux et à certains contacts, sans parler de l’équipe techniques et des ressources mises à notre disposition », énumère Franz Bozsak.

« Si on n’avait pas été incubés, il est possible qu’Instent n’aurait jamais vu le jour »

Un marché à 7 milliards d’euros par an

Instent team
L’équipe d’Instent attend l’arrivée du président François Hollande (photo Twitter)

 Le marché des stents représente près de 7 milliards d’euros par an. En effet, 7 millions sont implantés chaque année dans le monde. A terme, le projet pourrait donc sauver des milliers de vie. Franz Bozsak prévoit un fonctionnement en B to B, pour équiper les grands fournisseurs d’hôpitaux avec la technologie. « C’est une étape encore en développement, nous n’avons pas finalisé de partenariat avec un grand fournisseur », confie-t-il.

Mais ce n’est évidemment pas l’argent, qui fut le moteur du jeune entrepreneur. L’idée lui est venue quand il s’est rendu compte du nombre de complications que peuvent rencontrer les malades cardiaques. « Pour moi, la solution était de personnaliser les traitements pour réduire les risques », précise-t-il. Et un problème: comment extraire les informations ?

Du stent au médecin

Il fallait un intermédiaire pour nouer le dialogue entre le stent et le médecin. Solution: un embout connecté composé de biocapteurs. Concrètement, le problème auquel faisaient face les professionnels de la médecine est d’assister, impuissants, à la non-cicatrisation des artères.

Instent propose donc, grâce aux biocapteurs, de transmettre les informations au médecin, qui pourra ajuster et personnaliser son traitement. Le projet est peut-être fou, mais il a reçu le soutien de grands cardiologues, qui l’ont soutenu financièrement.

« Je dois tout à mon équipe. Moi je gère et, eux, réalisent mes idées folles »

Une commercialisation pas à pas

Instent concours "Hello Tomorrow"
Instent au concours « Hello Tomorrow », avec un soldat de l’empire (photo Twitter)

 Les premiers résultats d’Instent seront livrés lors d’une conférence, « pour attirer l’intérêt des cardiologues », précise Franz Bozsak. Et donc des hôpitaux. « Nous avons deux conseillers médicaux dans l’équipe, qui sont des personnes importantes dans le domaine. Ca devrait nous crédibiliser », enchaîne-t-il.

Quand les futurs clients se seront montrés intéressés, le produit va continuer de se développer et, surtout, devra être homologué. « On va commencer par les profils médicaux les plus en danger, pour l’introduction du produit », achève Franz Bozasak.

Des essais concluants

Instent concours "Hello Tomorrow"
Instent au concours « Hello Tomorrow » (photo Twitter)

L’équipe a mené ses premiers essais sur un cochon fin juillet 2015, avec un capteur filaire (et non sur stent). Et ils se sont avérés concluants.

« Nous prévoyons de lancer le premier prototype à bonne échelle à la fin de l’année 2016 »

Fin 2016, un premier prototype implantable devrait voir le jour, puis être testé sur un animal. Un an plus tard, c’est la première étude sur l’homme qui devrait être menée, le produit devrait être homologué et, en 2019, commercialisé. En parallèle, Franz Bozsak aimerait terminer sa première levée de fonds d’1,4 million d’euros. « Nous en sommes à la moitié aujourd’hui », argue-t-il.

5 questions à Instent

 quelle cle de votre succes

Mon équipe, mes mentors et le soutien de Polytechnique.

quel est obstacle majeur que vous ayiez eu a surmonter

Les problèmes n’existent pas longtemps. C’est un projet très technologique, donc les obstacles sont souvent de ce ressort mais, grâce à mon équipe très compétente, ils sont souvent résolus sous 48 heures.

quels conseils entrepreneurs marché iot

S’ils ont une bonne idée, qu’ils foncent. Il faut d’abord qu’ils vérifient qu’il y ait un besoin, puis il faut y aller. La France est un pays qui soutient financièrement les projets, donc il n’y a aucune raison de se bloquer. D’autant plus que Paris est une ville, pour les startups, qui bouge beaucoup. Le soutien est là. Même s’il y reste des obstacles, il faut foncer, ils trouveront les solutions plus tard. Quelqu’un m’avait dit un jour : « l’entrepreneur est quelqu’un qui saute d’un avion et trouve comment actionner le parachute avant d’arriver par terre ».

Quel est l etape cle a franchir

Quand on a vu que les capteurs fonctionnent sur les cochons, nous étions rassuré qu’ils devraient fonctionner sur les humains.

Comment financer son lancement

Nous avons débloqué de l’argent après avoir gagné des concours et des prix (200.000 euros au concours de l’innovation), nous avons effectué une levée de fonds auprès de particuliers puis nous bénéficierons du crédit impôt recherche.

A lire également

prison telemedecine

Et si on parlait de télémédecine en prison ?

Créer une université d’été des déserts Numériques et Médicaux concernant la télémédecine au fond de …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *