in ,

Isotropic envisage des communications hybrides par satellite pour les trains

communications hybrides par satellite

Isotropic Systems, le spécialiste de la connectivité par satellite basé à Reading, a rejoint un consortium du gouvernement britannique et de l’Agence spatiale européenne (ESA). L’objectif étant de tester des communications hybrides par satellite pour les trains.

Le projet démontrera l’utilisation de la 5G dans le domaine du transport et de la logistique. Plus précisément, il explorera comment les réseaux hybrides, basés sur la technologie 5G multi-porteuse, pourraient améliorer la disponibilité du réseau et offrir un meilleur rapport qualité-prix.

pcloud

Baptisé « Satellites pour la numérisation des chemins de fer » (SODOR), ce projet vise à faire des démonstrations pilotes de connectivité améliorée des réseaux. Une connectivité utile tant pour la surveillance des trains que pour le haut débit des passagers, en 2022. Le consortium sera dirigé par CGI, la société canadienne de services de conseil aux entreprises.

Communications hybrides par satellite

L’objectif est que l’antenne d’Isotropic Systems offre plusieurs connexions simultanées à des satellites sur n’importe quelle orbite. Des orbites comme les constellations NGSO (orbite de satellite non géostationnaire) que des entreprises comme SpaceX, OneWeb, SES et Telesat lancent. Il s’agit donc de répondre au problème de l’amélioration de la connectivité terrestre dans les trains. Une connectivité qui souffre d’une couverture peu fiable ou limitée le long des sections de voie.

« Nous sommes ravis de participer à un projet qui augmentera considérablement l’attrait des voyages en train par rapport aux autres modes de transport », a déclaré John Finney, PDG d’Isotropic Systems. Le terminal de nouvelle génération d’Isotropic Systems améliorera considérablement l’expérience à bord pour les passagers. Il apportera des améliorations opérationnelles et de sécurité essentielle pour les opérateurs.

« Notre collaboration avec ScotRail, Northern et LNER signifie que les passagers de tout le Royaume-Uni en verront les avantages. Ils peuvent travailler dans le wagon plutôt qu’au bureau ou profiter de meilleures options de divertissement. Nous espérons que cette initiative contribuera à faciliter une nouvelle ère du transport ferroviaire de masse. »

Le projet vise notamment l’amélioration de la fiabilité du Wi-Fi pour les passagers. Mais l’objectif est aussi de générer des informations précises en temps réel. Des informations surtout centrées sur l’emplacement des trains et la capacité des wagons. De plus, en théorie, un plus grand nombre de trains pourraient rester en service en prévoyant les besoins de maintenance en temps réel.

Un exemple de la stratégie spatiale nationale en action

L’Agence spatiale britannique a cité le projet comme un exemple de la stratégie spatiale nationale en action.

« Les satellites jouent un rôle vital en permettant aux gens de rester connectés. Mais ils peuvent également contribuer à notre sécurité. Ils fournissent en effet des liens de communication fiables entre les trains, les conducteurs et les opérateurs », a déclaré Mike Rudd, responsable des télécommunications à l’Agence spatiale britannique.

« Ce nouveau projet est un excellent exemple de la stratégie spatiale nationale en action. Une stratégie s’appuyant sur l’expertise de CGI en matière de communications hybrides par satellite. Elle travaille en étroite collaboration avec nos partenaires de l’ESA. Ils pourront ainsi démontrer comment cette technologie pourrait contribuer à surcharger la connectivité mobile sur le réseau ferroviaire national. »

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *