in ,

Les fermes flottantes ? Mythe ou avenir ?

farms

Une équipe d’architectes basée à Barcelone a dessiné les plans de ce qui pourrait bien être dans les années à venir la solution pour nourrir une population mondiale toujours plus importante : les fermes flottantes. Ce projet, baptisé Smart Floating Farms (SFF), et mené en partenariat avec l’entreprise Forward Thinking Agriculture a pour objectif de faire émerger une nouvelle agriculture smart, notamment en travaillant main dans la main avec des agriculteurs traditionnels.

La faim du monde : ennemi n°1

smart floating farm

D’ici une quarantaine d’années, l’ensemble de la planète va être confronté à un problème de taille : se nourrir. En effet, on estime que d’ici 40 ans la population mondiale dépassera les 9 milliards d’habitants. Mais on estime également que les importants changements climatiques à venir vont dans le même temps détruire plus d’un quart de nos rendements agricoles actuels. C’est ainsi que trouver des solutions pour préserver, voir augmenter, les productions agricoles d’ici là, occupent désormais largement les ingénieurs, chercheurs et designers de solutions «smart». C’est dans ce contexte que s’inscrit le projet mené par un cabinet d’architectes de Barcelone, qui a eu l’idée d’imaginer une ferme « durable » alimentée à l’énergie solaire, et flottant sur l’eau.

Les fermes flottantes, mode d’emploi

floating farms

Les deux architectes à l’origine du projet, Javier Ponce et Jakub Dycha se sont inspirés des fermes urbaines – dans lesquelles des plantations hors-sol sont placées dans des immeubles en hauteur – mais aussi des fermes piscicoles (très répandues en Asie) et des parcs solaires flottants pour concevoir des fermes intégrant tous ces systèmes en un même endroit. Ainsi les premiers dessins des fermes flottantes montrent qu’elles seraient composées de modules rectangulaires reliés entre eux, mesurant 350 mètres de long et 200 de large et que chacun pourrait générer près de 800 tonnes de légumes par an et permettre de pêcher plus de 1700 tonnes de poissons. Conçues sur trois niveaux, les fermes flottantes utiliseront toutes les dernières technologies intelligentes en matière d’agriculture déjà utilisées dans différents endroits du globe. Le niveau inférieur serait entièrement dédié à la pisciculture et au traitement de l’eau, tandis que le deuxième niveau serait consacré à la culture hydrologique (pour garantir l’apport en sels minéraux et en nutriments à la plantation présente sur le bâtiment flottant), enfin le troisième niveau sera constitué de panneaux solaires et pourra même assurer la collecte de l’eau de pluie. Un véritable bastion autogéré et ambitieux pour produire sans polluer, mais également pour récolter poissons, légumes et eau traitée. De même, les architectes précisent que chaque ferme flottante pourra être « paramétrée » pour répondre aux besoins précis de la zone ou région dans laquelle elle sera situé. Les fermes flottantes seraient-elles aussi le remède du futur contre le gaspillage ?

pcloud

Le futur visage de l’agriculture

smart floating farms
Les fermes flottantes seraient conçues sur trois niveaux. Cet étage serait dédié à la pêche.

L’installation de telles structures sera possible en zone côtière, mais aussi sur les fleuves ou autres plans d’eau. Selon les porteurs du projet, ces fermes présenteraient des avantages non négligeables si nous voulons assurer notre qualité de vie d’aujourd’hui dans le monde de demain : en effet, ces fermes permettront aux agriculteurs de moins sentir la pression foncière, mais aussi et surtout d’accroitre la production alimentaire mondiale, véritable problématique majeure des 50 prochaines années. Les deux architectes a l’origine du projet ont également fait savoir que ces fermes seraient idéalement placées près des plus grandes villes ou des plus densément peuplées et se trouvant à proximité de points d’eau, telles que Los Angeles, New York, Tokyo, Singapore, Mumbai ou encore Sydney. Avant de rappeler qu’avec des populations qui s’urbanisent de plus en plus, et une population en pleine expansion, les progrès en terme d’agriculture « urbaine » étaient plus importants que jamais.

Source

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *