Accueil > Business > Transports > MapLite, un logiciel de conduite autonome pour les routes de campagne
route de campagnes maplite

MapLite, un logiciel de conduite autonome pour les routes de campagne

Dans une vidéo publiée le 16 avril 2018 sur Youtube, le MIT CSAIL (Computer Science and Artificial Intelligence Laboratory) a présenté une solution de conduite autonome développée en partenariat avec le Toyota Research Lab. Le logiciel MapLite permet aux véhicules sans chauffeur de se passer de la cartographie 3D leur donnant accès à la plupart des routes de campagnes.

Les véhicules autonomes des différentes entreprises comme Waymo, Uber, Volvo et autres roulent essentiellement en ville. Pourquoi ? Parce qu’avant de mettre en circulation un véhicule autonome il faut effectuer la reconnaissance de parcours à l’aide de caméra dont les flux vidéos sont analysés par des algorithmes de computer vision afin de cartographier en trois dimensions la présence des feux, des panneaux de signalisation, des virages, des ponts, des lignes blanches, etc.

La conduite autonome dépendante de la cartographie 3D

Ces données visuelles sont associées aux informations du GPS et des capteurs Lidar qui permettent à la voiture de conserver la bonne trajectoire tout au long du trajet prédéfini. Or la majorité des environnements ruraux ne sont pas cartographiés en trois dimensions et ne disposent pas de marquage au sol.

Pour pallier cette difficulté, le laboratoire de science informatique et d’intelligence artificielle du MIT en partenariat avec le Toyota Research Institute développe une solution nommée MapLite. Il s’agit d’un logiciel de conduite autonome qui n’a pas besoin d’une cartographie 3D préalable d’un environnement.

Pour reconnaître la route, ce système se repose sur les différents capteurs du véhicule autonome. Les données GPS sont utilisées afin d’obtenir une estimation de la position de la voiture et les données des capteurs affinent sa position et sa trajectoire dans un rayon de trente mètres. Le ou les capteurs Lidar servent à estimer les bords de la route.

Le MIT CSAIL doit encore peaufiner MapLite

Dans un monde où l’automatisation croissante touche tous les secteurs, cette primauté de la circulation urbaine peut agrandir la fracture numérique avec les milieux ruraux, notamment aux États-Unis où la plupart des prototypes sont testés. L’adoption massive de la voiture autonome doit passer par une accessibilité à tous les territoires routiers. La solution MapLite du MIT CSAIL pourrait faciliter le travail des constructeurs automobiles.

Il faudra encore améliorer MapLite qui ne gère pas pour l’instant les routes de montagnes, ainsi que les changements de forme d’élévation d’une route. Pour autant, cela ne signe pas la fin de l’utilisation de la cartographie 3D des villes qui sont des espaces complexes à maîtriser. Une fois que le MIT CSAIL aura terminé ses recherches, les constructeurs bien adopter une approche hybride incluant MapLite ou un équivalent et l’utilisation de la cartographie 3D.

Cahier des tendances « RETAIL CONNECTE »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Send this to a friend